WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion de trésorerie dans des EMF tchadiennes

( Télécharger le fichier original )
par Baltazar Loubandingar Ngargoto
Institut superieur la Francophonie de Ndjamena - Licence en Comptabilité et Finances 2008
  

précédent sommaire suivant

II.1- CRITIQUES

Durant notre participation au processus de gestion de trésorerie de la Coopérative Amana, les situations suivants on pu être relevés :

· l'absence d'un suivi quotidien de la trésorerie en général ;

· l'absence dans les comptes de liquidités importantes de remboursement ;

· la durée des crédits accordés longue ;

· Les dépôts de la clientèle moins considérables ;

· l'existence de capitaux moins importants et une rotation très forte de ceux-ci .

Ces situations qui peuvent être qualifiées d'anomalies sont en effet de nature à entraîner une dégradation de la trésorerie de la Coopérative Amana dans un avenir proche et avoir des incidences sur la vie de l'entreprise elle-même et sur ses relations avec ses partenaires.

Nous présenterons ici tous les faits qui sont à l'origine des anomalies relevées dans la gestion de la trésorerie de la Coopérative Amana. Par la suite nous essayerons de comprendre les origines profondes de ces anomalies, ceci pour pouvoir mieux mesurer leurs incidences sur les indicateurs de performance tels la rentabilité et les équilibres financiers.

a) Origines des problèmes de trésorerie

Traditionnellement, les problèmes que peut rencontrer toute entreprise ont des origines soit structurels soit conjoncturel. Il importe ici de nuancer l'analyse en fonction de la gravité présumée des problèmes. Ces derniers peuvent impliquer le haut du bilan (Fonds de roulement) ou le bas du bilan (besoin en fonds de roulement) voir, dans certains cas les deux. D'autres problèmes peuvent également émaner de l'organisation de la gestion de la trésorerie dans une entreprise.

1) Problème structurels de trésorerie

Ces problèmes structurels de trésorerie sont essentiellement des problèmes à moyen et long terme qui tiennent essentiellement à des difficultés telles qu'une insuffisance de fonds de roulement qui peut amener des problèmes de trésorerie, ce qui est chose probable au Amana. Les causes principales de ses problèmes pourraient être engendrées par une insuffisance de capitaux permanents due notamment :

- à la faiblesse du capital social de la société ;

- au sous endettement à moyen et long terme de l'entreprise ;

- à la faiblesse des bénéfices mis en réserves ;

- à des pertes successives et donc à l'insuffisance de rentabilité de l'entreprise.

même si elle dispose d'un Fonds de roulement moins important fonctionne avec ses Fonds propres, donc recoure peu ou presque pas à l'endettement.

Il existe une deuxième série de problèmes structurels : ceux liés au besoin en Fonds de roulement à financer et donc aux décalages induits par le fonctionnement de l'activité de l'entreprise. On peut citer :

- des niveaux de capitaux permanents moins importants ;

- la durée des crédits accordés aux clients trop longue ;

- la faiblesse de l'épargne de la clientèle ;

Ce BFR structurellement défavorable pour l'équilibre financier de l'entreprise implique de prendre des actions au niveau du bas du bilan afin de restaurer la trésorerie de l'entreprise.

Nous avons vu plus haut que la Coopérative Amana détenait des capitaux moins importants une faible proportion de dépôts.

En plus de cette épargne moins importants, la Coopérative Amana favorise ses clients en leur accordant un délai de remboursement supérieur à 3 mois

Cet état de la trésorerie la Coopérative A la Coopérative Amana mana constitue donc un paradoxe qu'il importe d'analyser, au regard des écarts qu'il existe dans sa gestion.

2) Problèmes conjoncturels de trésorerie

Nous entendons par problèmes conjoncturels, des problèmes touchant le court terme, tels ceux qui résultent de fluctuations à court terme de l'activité de l'entreprise et donc des mouvements encaissements et de décaissement.

Les principales causes indentifiables sont les suivantes :

· les variations saisonnières de l'activité qui peuvent conduire à d'importants besoins de trésorerie à certaines périodes (semaine, mois, années).

· La baisse accidentelle des capitaux par suite d'une forte demande de la clientèle ;

· Le retard ou la défaillance du règlement  d'un client qui provoque un manque d'encaissement. En effet, il n'existe pas encore dans la comptabilité tierce de la Coopérative Amana des créances clients non soldées étant donné que la structure est nouvelle et prend toutes les précautions nécessaires.

Les solutions à des problèmes conjoncturels ne sont pas aisées à trouver. Il peut s'agir soit de choisir des modes de financements appropriés ou de chercher une hausse d'activité.

3) Les problèmes d'ordre organisationnel

Les problèmes organisationnels sont liés aux dispositions prises au sein d'une entreprise pour faciliter la gestion par les responsables financières de l'entreprise. On peut ainsi avoir des informations erronées sur la situation des soldes des comptes bancaires par un suivi en date comptable des opérations de banque. Ici les origines peuvent être les suivantes :

· la non existence d'un poste clairement défini de trésorerie ;

· l'absence dans l'entreprise d'un service de trésorerie .

La situation de trésorerie relevée de la Coopérative Amana est donc en grande partie due à l'absence en son sein d'un service de trésorerie et d'un poste explicite de trésorerie qui serait charger de mener à bien la politique en matière de gestion de trésorerie.

Nous avons pu dans ce paragraphe préciser les causes immédiates des divers problèmes de trésorerie. Il sera donc question dans le paragraphe suivant de pousser l'analyse vers les causes lointaines.

II.1.2 Expliquer la dégradation de la trésorerie

La mise en place de la fonction de trésorerie suppose une nécessité qui est provoquée par un besoin qui lui-même, est consécutif à une défaillance du système ou à des mesures en place non adaptées.

La variation de trésorerie est la résultante de tous les flux financiers traversant l'entreprise. Cette variation du FR ou du BFR a automatiquement des répercutions immédiates sur la trésorerie.

Celle-ci devient par concept comme l'indicateur synthétique le plus illustratif de la santé financière de l'entreprise

La dégradation de la trésorerie peut avoir des origines diverses. Nous en énumérons 5 principales.

a) La crise de croissance

C'est la cause fréquente de la défaillance d'entreprises récentes qui sont victimes de leur succès commercial et du manque de connaissance financière de leurs dirigeants. L'entreprise surprise par son succès donc impliquant un besoin en fonds de roulement risque de ne pas avoir des ressources suffisantes pour financer son exploitation. Il s'ensuit un risque de cessation de paiement. Deux solutions peuvent paraître raisonnables pour juguler le problème on procède soit à une augmentation des capitaux propres pour maîtriser un rapport FR /BFR suffisant soit on modère la croissance en freinant la progression « (des ventes) »

b) La mauvaise gestion du BFR

C'est la conséquence du laxisme de la gestion et du manque du personnel outillé en termes de gestion de trésorerie pour mettre en place des procédures adéquates. Dans ce cas, l'entreprise a souvent tendance à laisser se dégrader le délai d'écoulement des stocks et le crédit client provoquant ainsi une croissance du BFR. La sortie de cette crise passe tout simplement par une bonne gestion du BFR.

Remarque : l'entreprise doit tout d'abord, comprendre que les difficultés de trésorerie sont à résoudre « en amont ». Contrairement à ceci, l'expérience montre en effet que beaucoup d'entreprise n'identifie pas les causes réelles de leurs difficultés de trésorerie. Elles se contentent d'y pallier en négociant une augmentation de découvert avec leur banquier ou des délais supplémentaires auprès des fournisseurs.

c) Le mauvais choix de financement

Un investissement dont la rentabilité n'a pas permis d'amortir les dépenses est estimé mauvais car il entraîne une dégradation de la trésorerie obligeant ainsi l'entreprise à mettre en place un financement moyen ou long terme pour équilibrer sa structure financière

d) La perte de la rentabilité

C'est généralement une suite logique des décaissements supérieurs aux encaissement. Par conséquent la trésorerie subit avec une incidence sur les capitaux propres en cas de cumul de pertes

e) Réduction de l'activité

La baisse d'activité s'accompagne souvent par la perte du niveau d'activité ne permettant plus ainsi d'aborder la totalité des charges dues. L'accumulation de stock (mévente) entraîne une augmentation des dettes fournisseurs à leur date d'échéance.

· En définitive on peut affirmer que la trésorerie est le régulateur de tous les flux financiers de l'entreprise. L'évolution de celle-ci constitue donc une mesure synthétique de la santé financière de l'entreprise.

· la durée des crédits accordés longue ;

· Les dépôts de la clientèle moins considérables ;

· l'existence de capitaux moins importants et une rotation très forte de ceux ci .

Ces situations qui peuvent être qualifiées d'anomalies sont en effet de nature à entraîner une dégradation de la trésorerie de la Coopérative Amana dans un avenir proche et avoir des incidences sur la vie de l'entreprise elle-même et sur ses relations avec ses partenaires.

Nous présenterons ici tous les faits qui sont à l'origine des anomalies relevées dans la gestion de la trésorerie de la Coopérative Amana. Par la suite nous essayerons de comprendre les origines profondes de ces anomalies, ceci pour pouvoir mieux mesurer leurs incidences sur les indicateurs de performance tels la rentabilité et les équilibres financiers.

II.1.3 Origines des problèmes de trésorerie

Traditionnellement, les problèmes que peut rencontrer toute entreprise ont des origines soit structurels soit conjoncturel. Il importe ici de nuancer l'analyse en fonction de la gravité présumée des problèmes. Ces derniers peuvent impliquer le haut du bilan (Fonds de roulement) ou le bas du bilan (besoin en fonds de roulement) voir, dans certains cas les deux. D'autres problèmes peuvent également émaner de l'organisation de la gestion de la trésorerie dans une entreprise.

a) Problème structurels de trésorerie

Ces problèmes structurels de trésorerie sont essentiellement des problèmes à moyen et long terme qui tiennent essentiellement à des difficultés telles qu'une insuffisance de fonds de roulement qui peut amener des problèmes de trésorerie, ce qui est chose probable de la Coopérative Amana. Les causes principales de ses problèmes pourraient être engendrées par une insuffisance de capitaux permanents due notamment :

- à la faiblesse du capital social de la société ;

- au sous endettement à moyen et long terme de l'entreprise ;

- à la faiblesse des bénéfices mis en réserves ;

- à des pertes successives et donc à l'insuffisance de rentabilité de l'entreprise.

La Coopérative Amana même si elle dispose d'un Fonds de roulement moins important fonctionne avec ses Fonds propres, donc recoure peu ou presque pas à l'endettement.

Il existe une deuxième série de problèmes structurels : ceux liés au besoin en Fonds de roulement à financer et donc aux décalages induits par le fonctionnement de l'activité de l'entreprise. On peut citer :

- des niveaux de capitaux permanents moins importants ;

- la durée des crédits accordés aux clients trop longue ;

- la faiblesse de l'épargne de la clientèle ;

Ce BFR structurellement défavorable pour l'équilibre financier de l'entreprise implique de prendre des actions au niveau du bas du bilan afin de restaurer la trésorerie de l'entreprise.

Nous avons vu plus haut que la Coopérative Amana détenait des capitaux moins importants une faible proportion de dépôts.

En plus de cette épargne moins importante, la Coopérative Amana favorise ses clients en leur accordant un délai de remboursement supérieur à 3 mois

Cet état de la trésorerie de la Coopérative Amana constitue donc un paradoxe qu'il importe d'analyser, au regard des écarts qu'il existe dans sa gestion.

II.b) Problèmes conjoncturels de trésorerie

Nous entendons par problèmes conjoncturels, des problèmes touchant le court terme, tels ceux qui résultent de fluctuations à court terme de l'activité de l'entreprise et donc des mouvements encaissements et de décaissement.

Les principales causes indentifiables sont les suivantes :

· les variations saisonnières de l'activité qui peuvent conduire à d'importants besoins de trésorerie à certaines périodes (semaine, mois, années).

· La baisse accidentelle des capitaux par suite d'une forte demande de la clientèle

· Le retard ou la défaillance du règlement  d'un client qui provoque un manque d'encaissement. En effet, il n'existe pas encore dans la comptabilité tierce de la Coopérative Amana des créances clients non soldées étant donné que la structure est nouvelle et prend toutes les précautions nécessaires.

Les solutions à des problèmes conjoncturels ne sont pas aisées à trouver. Il peut s'agir soit de choisir des modes de financements appropriés ou de chercher une hausse d'activité.

c) Les problèmes d'ordre organisationnel

Les problèmes organisationnels sont liés aux dispositions prises au sein d'une entreprise pour faciliter la gestion par les responsables financières de l'entreprise. On peut ainsi avoir des informations erronées sur la situation des soldes des comptes bancaires par un suivi en date comptable des opérations de banque. Ici les origines peuvent être les suivantes :

· la non existence d'un poste clairement défini de trésorerie

· l'absence dans l'entreprise d'un service de trésorerie

La situation de trésorerie relevée de la Coopérative Amana est donc en grande partie due à l'absence en son sein d'un service de trésorerie et d'un poste explicite de trésorerie qui serait charger de mener à bien la politique en matière de gestion de trésorerie.

Nous avons pu dans ce paragraphe préciser les causes immédiates des divers problèmes de trésorerie. Il sera donc question dans le paragraphe suivant de pousser l'analyse vers les causes lointaines.

d) La mauvaise gestion du BFR

C'est la conséquence du laxisme de la gestion et du manque du personnel outillé en terme de gestion de trésorerie pour mettre en place des procédures adéquates. Dans ce cas, l'entreprise a souvent tendance à laisser se dégrader le délai d'écoulement des stocks et le crédit client provoquant ainsi une croissance du BFR. La sortie de cette crise passe tout simplement par une bonne gestion du BFR.

Remarque : l'entreprise doit tout d'abord, comprendre que les difficultés de trésorerie sont à résoudre « en amont ». Contrairement à ceci, l'expérience montre en effet que beaucoup d'entreprise n'identifie par les causes réelles de leurs difficultés de trésorerie. Elles se contentent d'y pallier en négociant une augmentation de découvert avec leur banquier ou des délais supplémentaires auprès des fournisseurs.

e) Le mauvais choix de financement

Un investissement dont la rentabilité n'a pas permis d'amortir les dépenses est estimé mauvais car il entraîne une dégradation de la trésorerie obligeant ainsi l'entreprise à mettre en place un financement moyen ou long terme pour équilibrer sa structure financière

f) La perte de la rentabilité

C'est généralement une suite logique des décaissements supérieurs au encaissement. Par conséquent la trésorerie subit avec une incidence sur les capitaux propres en cas de cumul de pertes.

En définitive on peut affirmer que la trésorerie est le régulateur de tous les flux financiers de l'entreprise. L'évolution de celle-ci constitue donc une mesure synthétique de la santé financière de l'entreprise.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.