WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche méthodologique pour la constitution d'une base de données pour la surveillance des systèmes hydrogéomorphologiques de l'aire pionnière Ayi Noma (observatoire de Tamou, département de Say)


par Bachir ABBA
Université Abdou Moumouni de Niamey - DEA 2007
  

sommaire suivant

Sigles et abréviation

ABN : Autorité du bassin du Niger

CIDES : Centre d'information et de documentation économique et sociale DNM : Direction nationale de la météorologie

DRE : Direction des ressources en eau

IRD : Institut de recherche pour le développement

ME/F : Ministère de l'économie et de finance

PAC : programme d'action communautaire

RGP/H : Recensement général de la population et de l'habitat

ROSELT : Réseau d'observatoires pour la surveillance écologique à long terme. SIG : Système d'information géographique

SGBD : Système de gestion de base de données

USLE : Universal Soil Loss Equation (équation universelle de perte en terre)

Table de matières

LISTE DE TABLES 4

AVANT PROPOS 6

RESUME 7

INTRODUCTION 8

CHAPITRE I : LE CADRE DE TRAVAIL 10

1.1. CADRE THEORIQUE 10

1.1.1. Problématique 10

1.1.1.1 Contexte et justification de l'étude 10

1.1.1.2. Présentation du problème 10

1.1.1.3 Revue de la littérature 13

1.1.1.4 Pertinence de l'étude 23

1.1. 2 Objectifs 24

1.1. 3 Hypothèses de travail 25

1.1. 4. Méthodologie 25

1.1.4. 1. Phase de la recherche bibliographique 25

1.1. 4. 2 La phase de terrain 25

1. 1. 4. 3 La conception de la structure de la base de données 26

1.1. 5 Difficultés rencontrées 28

1.2. LE CONTEXTE GENERAL 28

1.2.1. Le contexte géographique 28

1.2.1.1. Le cadre physique 29

1.2.1.1.1. La géologie 29

1.2.1.1.2. L'hydrologie 30

1.2.1.1.3. L'hydrogéologie 31

1.2.1.1.4. La géomorphologie 31

1.2.1.1.5. Le cimat 31

1.2.1.1.6. Les sols 33

1.2.1.1.7. La végétation 34

1.2.2. Le contexte humain 34

CHAPITRE II : RESULTATS 38

2.1. CARACTERISATION DES UNITES GEOMORPHOLOGIQUES 38

2.1.1. Le sommet du plateau 38

2.1. 2 Les talus 40

2.1.3. Les glacis 41

2.1.4 Le Goroubi et ses affluents 41

2.1. 4.1 Le Goroubi 41

2.1. 4.2 Les affluents 44

2.1.4.2.1 Le kori de Tyala 45

2.1.4. 2.2 Le kori de Sibii Goungou 46

2. 2 ETAT DES LIEUX ET ANALYSE DES DONNEES EXISTANTES 49

2.3 PROPOSITION DE LA STRUCTURE DE LA BASE DE DONNEES : THEMES, ENTITES ET LEURS ATTRIBUTS 50

2.3.1 Identification des différents thèmes connexes à l'hydrogéomorphologie et leurs entités 51

2.3.2 Identification des différentes entités et leurs attributs 52

2.3.3 Proposition des différentes tables 56

2. 4. PERSPECTIVES : ACQUISITION ET TRAITEMENT DES DONNEES 58

2.4.1. L'acquisition des données 58

2.4.1.1. L'information cartographique 58

2.4.1.2. Les informations descriptives 61

2.4.2. Activité de suivi durant le doctorat 62

2.4.2.1 Le suivi du réseau hydrographique 62

2.4.2.2. Les mesures sur les pertes en terre 63

2.4.2.3. Le suivi de l'ensablement du fleuve Niger 64

2.4.2.4 Le suivi des précipitations 65

CONCLUSION 66

BIBLIOGRAPHIE 67

Liste de tables

Table de carte et figures

Carte de localisation de la commune rurale de Tamou 29

Figure 1 : Variation de la pluviométrie à Tamou de 1981 à 2006 32

Figure 2: Variation de la pluviométrie à Say de 1965 à 2006 33

Figure 3 : Evolution de la population de la commune rurale de Tamou de 1988 à 2001. 35

Figure 4 : Evolution de la population de quelques villages dans la zone de Tamou 36

Figure 5 : Schéma simplifié du processus de dégradation 37

Table de photos

Photos 3 et 4 : Affleurement de cuirasse en dalle sur le plateau (premier faciès) sous l'action du ruissellement et de la déflation éolienne 39

Photo 5 : Surface de déflation éolienne et par endroit formation de nebkas liés à l'obstacle (végétation) sur le faciès sableux du plateau. 39

Photo 6 : Plage encroûtée et début du ravinement sur le faciès sableux du sommet du plateau 40

Photo 7 : Affleurement des altérites du versant dépourvu du manteau gravillonnaire issu du démantèlement de la cuirasse ferrugineuse 40

Photo 8 : Aspect ondulé du glacis au second plan et bordure du plateau couverte de la cuirasse ferrugineuse 41

Photo 9 et 10 : Culture de décrue le long du Goroubi (poivron, piment, maïs, tomate, et Moringa). Cependant ces cultures sont menacées de disparition par une dynamique érosive qui fait reculer les berges du Goroubi. 42

Photo 11 : Recul des berges du Goroubi et déchaussement et destruction des arbres sur les berges 43

Photos 12 et 13 : Puisards dans le fond du Goroubi : ce stock d'eau lié à l'importance des dépôts alluviaux permet aux maraîchers d'arroser leurs cultures pendant un bon moment après l'assèchement du Goroubi 43

Photos 14 et 15: Affleurement du socle cristallin sous forme de dalles non altérées sur le lit du Goroubi (a) mare de Garba Gounton ensablée, et en (b) dalles et création de retenue d'eau ensablée mare de Batancon. 44

Photo 16: Berge droite du kori de Tyala taillée dans le matériaux sableux d'origine éolienne (épaisseur environ 3 m) elle présente de fente retrait. 45

Photo 17 : Puisard mis enclos par un maraîcher dans le lit du kori de Tyala ; cette photo montre une fois de plus le rôle des alluvions dans le stockage d'eau dans les lits des kori 46

Photo 18 : Berge droite du kori de Sibili Goungou : elle est taillée dans des matériaux sableux épaisseur environ 3 m. 47

Photo 19 : Source liée aux caractéristiques des formations superficielles : celles-ci soutiennent l'écoulement dans le kori de Sibili Goungou. 47

Photo 20 : Sources liées à la nouvelle dynamique de l'occupation du sol et jetant dans le kori de Sibili Goungou, celle qui est à gauche sur la photo (1) a 3 ans et, celle qui se trouve à droite sur la photo (2) a 2 ans. 48

Photo 21 : Niveau où l'écoulement des résurgences a atteint à la date du 31/03/2007 juste à la latitude du village de Ouro Djoga 48

Table de tableaux

Tableau 1 : Affluents de la rive droite du fleuve Niger dans la commune rurale de Tamou.

30

Tableau 2 : Présentation des entités et leurs attributs par dossier 52

Avant propos

Ce travail est le fruit d'une collaboration entre l'université de Niamey en particulier le Département de Géographie et le Réseau National d'Observatoires de Surveillance Ecologique à Long Terme (ROSELT) qui l'a financé. Ce réseau a pour objectif de collecter et exploiter les données du terrain et de la télédétection en matière d'environnement et de gestion des ressources renouvelables en vue de :

la surveillance de l'évolution à long terme des écosystèmes ;

la compréhension du fonctionnement interactif entre les populations et leur environnement au niveau local, notamment pour la détermination de la part respective des causes climatiques et anthropiques de la dégradation des terres et de leur synergie éventuelle.

Au terme de ce travail, nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à :

M. BOUZOU MOUSSA Ibrahim pour l'encadrement de ce travail malgré ses multiples occupations, et ses judicieux conseils et ses pertinentes remarques.

M. WAZIRI MATO Maman pour son soutien en toutes circonstances et qui a accepté de juger de travail.

Pr. Hervé GUMUCHIAN qui a accepté de présider le jury.

Au Réseau National d'Observatoires de Surveillance Ecologique à Long Terme (ROSELT) qui nous a offert l'opportunité de mener ce travail qu'il trouve ici notre profonde gratitude. M. SALISSOU Ibrahim qui a fait la mise en forme du document final.

Nous adressons nos remerciements à Mr. FARAN MAÏGA Oumarou avec qui nous avons fait le terrain. A LE BRETON Eric pour avoir corrigé le premier document, ALI Magagi, ABBA Halilou, MALAM ABDOU Moussa, MAMAN Isoufou, MANI ABDOU Amadou, au Coordonnateur du programme PAC de Say, MOUMOUNI Souley qui nous a guidé sur le terrain. Enfin, nous remercions tous ceux qui de près ou de loin ont contribué pour le bon déroulement de ce travail.

RésuméLe but de ce travail est de mettre en évidence l'impact du changement d'usage des sols sur le comportement hydrodynamique des systèmes hydrogéomorphologiques de l'aire pionnière «Ayi noma», et de proposer une méthodologie pour la constitution d'une base de données pour la surveillance de ces systèmes. En dressant un état de lieux sur les connaissances actuelles sur la zone, il a été possible de se rendre compte qu'il n'y avait eu des travaux préliminaires pouvant conduire à la constitution d'une base de données.

Après une caractérisation des unités géomorphologiques, seront décrits les différents processus suivis pour la constitution d'une base de données ou les différentes étapes de la conception. Enfin en guise de perspectives, nous avons décrit les processus d'acquisition des données et proposé une série d'activités pour un travail ultérieur.

Introduction

Le Niger est un pays sahélien dont sa position en latitude fait de lui un pays aux 2/3 désertiques. Cette situation a entraîné une inégale répartition de la population qui se calque sur la répartition des ressources naturelles. L'évolution récente des conditions pluviométriques s'est traduite par des importantes mutations environnementales. Cela a engendré un mouvement de la population des zones sinistrées vers le sud du pays où les conditions sont jusque-là favorables. Ainsi, la zone périphérique du parc national du W qui a connu pendant longtemps une faible densité d'occupation humaine (4 habitants/km2 jusqu'en 1975 (AMADOU, 1995), devient un pôle d'attraction des populations venues du nord de la région de Tillabéri. Face à cette situation, et à l'issue de l'éradication des maladies endémiques (l'onchocerchose, la cécité etc), le Gouvernement a déclassé une partie de la réserve totale de faune de Tamou (70 000 ha) en vue d'y transférer des populations sans terres du Département de Tillabéri (Ouallam et Filingué) dans les années 1980. Cet espace appelé zone « Ayi noma1 ». La zone se situe sur le plateau sableux de Dyabou comprise entre 2°15' et 2°25' de longitude Est, et 12°45' et 12°55' de latitude Nord. Ce projet de transfert fut intervenu en 1976 par le décret n°76/141/PLMS/MDR du 22 Août 1976 pour permettre le retour à la terre dans l'objectif d'atteindre l'autosuffisance alimentaire.

Cependant, même si par ailleurs la zone est considérée comme moins dégradée comparativement au reste du pays, la mise en culture a entraîné un déséquilibre en moins d'une génération. En effet, la zone présente aujourd'hui des signes révélateurs du phénomène de dégradation des terres, notamment la baisse de la productivité des sols, l'apparition des traces d'érosion ou encore des surfaces de déflation éolienne. Dans un tel contexte, il importe alors d'envisager une étude en vue de mettre en évidence les conséquences hydrogéomorphologiques et les changements d'usage des sols, ce qui permettra de mieux comprendre le comportement hydrodynamique et la susceptibilité de la zone à l'érosion et surtout de mettre la relation Homme/Milieu. La présente étude se propose de donner un cadre méthodologique en vue de constitue une base de données pour

1 Terme haoussa qui veut dire `'travailler la terre»

un suivi à long terme des systèmes hydrogéomorphologiques de l'aire pionnière «Ayi noma».

La base de données est définie un ensemble de données reliées et gérées par un système de gestion de base des données (SOURIS, 1986). Dans ce travail, nous avons décrit le processus pouvant aboutir à la constitution d'une base de données c'est-à-dire les différentes étapes de sa conception.

Ce travail se résume en deux chapitres :

- Le premier concerne le cadre de travail dans lequel nous avons fait une présentation du problème, un état d'art sur les connaissances actuelles dans la zone et un troisième présentant les aspects méthodologiques.

- Le second chapitre fait état des résultats obtenus. Il s'agit d'une caractérisation des unités géomorphologiques pour mieux comprendre la dynamique, un état de lieu sur les données existantes, la description des étapes pour la conception de la base de données et le dernier point concerne les perspectives en vue d'un travail futur.

sommaire suivant