WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des effets des exportations agricoles sur la croissance et le bien-etre au benin

( Télécharger le fichier original )
par Belmondo KINKPE et Fawaz AMINOU
Université d'Abomey-Calavi - Maitrise 2009
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

Le Bénin, à l'instar des autres pays de l'Afrique subsaharienne a subi de plein fouet les crises économiques et sociales des années 80. L'économie nationale était en effet confrontée à des déséquilibres importants. Cette crise se caractérisait essentiellement par un ralentissement sensible de la croissance économique, une baisse importante du revenu par habitant et l'aggravation des déséquilibres internes et externes (détérioration de la balance des paiements, déficits publics croissants).

Pour remédier à cette situation, le pays s'est engagé à partir de l'année 1989 dans un processus de libéralisation de son économie sous l'égide des institutions de Bretton Woods. Depuis cette date, d'énormes réformes couvrant tous les domaines de la vie économique ont été mises en oeuvre et celles relatives à la politique commerciale sont en bonne place. Dans ce cadre, les mesures de suppression des restrictions quantitatives et autres mesures non tarifaires ont été initiées.

Par ailleurs les exportations du Bénin sont essentiellement basées sur le coton et il est fort de constater une chute progressive des coûts du coton sur le marché international, ce qui jouera considérablement sur les recettes issues des exportations et sur la performance économique du pays. Le souci d'accroître les exportations et de réduire progressivement la vulnérabilité de l'économie aux chocs externes a conduit le Bénin à faire un choix en faveur de la diversification de l'économie par la promotion d'autres filières porteuses.

C'est pour analyser les effets qu'aura cette diversification agricole sur la croissance et le bien-être des populations que cette étude a été initiée.

Ce sujet est traité en quatre parties :

-Le premier chapitre définit le problème, présente la revue de littérature et les objectifs et hypothèses qui servent de base à l'étude ainsi que la méthodologie adoptée.

- Le deuxième chapitre analyse l'évolution du taux de croissance, de la consommation des ménages par tête, des exportations totales et des exportations agricoles du Bénin.

- Quand au troisième chapitre, il évalue les effets des exportations agricoles sur la croissance et le bien-être à travers la consommation des ménages par tête du Bénin.

- Enfin le dernier chapitre présente les conclusions et recommandations

CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE ET METHODOLOGIE

Ce chapitre comprend cinq (5) parties à savoir le problème de recherche ; la revue de littérature, les objectifs et hypothèses et enfin la méthodologie

1-1 LE PROBLEME

Le bénin, à l'instar de certains pays de l'Afrique, a eu son indépendance en 1960. Depuis cet évènement jusqu'à nos jours il a connu trois stratégies de développement économique :

-la première est dite économie de marché basée sur le libéralisme économique couvrant la période de 1960 à 1971,

-la deuxième (1972 -1989) appelée stratégie de développement marxiste-léniniste est caractérisée par le plan centralisé et impératif où toutes les décisions sont imposées à tous biens qu'étant prises par les gouvernements,

-Enfin la troisième est le retour à une économie de marché depuis 1990.

Ainsi au cours de la période caractérisée par le plan centralisé et impératif, la période 1981-1989 a été celle d'une morosité économique ayant comme source de nombreuses distorsions économiques (déséquilibres macroéconomiques aigus, effondrement du système bancaire, incapacité de l'Etat à assurer le service de la dette et à payer régulièrement les salaires aux fonctionnaires).

Pour remédier à cette situation, le Bénin s'est engagé à partir de l'année 1989 dans un processus de libéralisation de son économie. Des mesures énergiques seront mises en oeuvre pour faire disparaître les entraves aux échanges qui ont eu cours sur la période 1972-1989. On retiendra entre autres :

-La levée des mesures de prohibition et de contingentement frappant certains produits à l'importation ou à l'exportation ;

-La suppression des licences à l'importation sur tous les produits ;

-La suppression de la plupart des droits et taxes dont étaient frappées les exportations.

Ces distorsions ont aussi conduit le Bénin, appuyé par le FMI et la Banque Mondiale, à souscrire aux programmes d'ajustement structurel (PAS: 1989-1991, PAS2 : 1992-1993, PAS3 : 1995-1997) dont les objectifs principaux étaient la réduction des charges de l'Etat et le rétablissement des grands équilibres. La mise en application de ces programmes qui a permis d'amorcer le redressement économique, a par ailleurs engendré de vives tensions sociales. Ce qui a obligé le gouvernement à convoquer la conférence nationale des forces vives de Février 1990. Cette conférence a permis au Bénin d'enclencher un processus démocratique avec une orientation vers le libéralisme économique avec un accent particulier est mis sur le développement du secteur privé. De plus, l'appartenance du Bénin à certains regroupements régionaux comme l'UEMOA, la CEDEAO, le groupe ACP ainsi que son adhésion à l'OMC l'ont amené à avoir une politique commerciale plus ouverte sur l'extérieur.

Depuis 1999, le Bénin s'est engagé dans la mise en oeuvre d'une stratégie nationale de réduction de la pauvreté pour un développement humain durable. Après l'ébauche d'une Stratégie nationale de Réduction de la Pauvreté (SRP 2000), une stratégie triennale (2003-2005) a été définie et a servi depuis lors comme cadre stratégique de référence, de programmation et de budgétisation des actions du gouvernement, ainsi que pour le dialogue avec les partenaires techniques et financiers. Dans cette première stratégie, le gouvernement du Bénin a judicieusement mis l'accent sur le développement du secteur social et l'amélioration de la gouvernance pour renforcer respectivement les ressources humaines et l'efficacité des actions afin de bâtir les fondations pour le développement humain durable.

Le rythme de la croissance des dernières années a été bien en dessous des objectifs du SRP 2003-2005 et nettement insuffisant pour donner au Bénin les ressources propres pour soutenir la lutte contre la pauvreté et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ces moindres performances résultent en grande partie de la faible diversification et du manque de compétitivité de l'économie.

Pour corriger cet état de chose, une stratégie de deuxième génération pour le triennal 2007-2009, vise à consolider les acquis du précédent tout en mettant l'accent sur la diversification de l'économie et l'intensification de la croissance afin d'accélérer la lutte contre la pauvreté et la marche du Bénin vers l'atteinte des OMD. Ainsi pour intensifier la croissance, quatre domaines prioritaires d'intervention ont été ciblés à savoir :

-la stabilisation du cadre macroéconomique ;

-la dynamisation du secteur privé ;

-la promotion de nouvelles filières porteuses pour les exportations et enfin

-la promotion de l'intégration régionale.

Depuis 1997, la contribution du secteur primaire au PIB a enregistré une baisse ; actuellement il représente plus de 33% du PIB et plus de 95% des recettes d'exportation. La filière coton demeure l'activité dominante, représentant à elle seule 13% du PIB et 35% des rentrées fiscales (CAPOD 2000), 85% des recettes d'exportation et 77% (1999) des exportations totales.

Le souci d'accroître les exportations et de réduire progressivement la vulnérabilité de l'économie aux chocs externes a conduit le Bénin à faire un choix en faveur de la diversification de l'économie par la promotion d'autres filières porteuses telles que le manioc, le maïs, l'ananas, le riz, le palmier à huile, la noix de cajou et l'élevage porcin. Bien que les principaux produits agricoles d'exportation restent le coton, suivi par les cultures vivrières, le tabac et les huiles, une légère tendance à la diversification des exportations agricoles semble en cours puisque la part des produits autres que le coton est passée progressivement de 11% en 1996 à 18% en 1999. Selon les autorités, cette tendance serait plus due à l'évolution des coûts mondiaux du coton vers la baisse. Ce qui jouera considérablement sur la performance économique du pays. (Plan Stratégique Opérationnel, Juillet 2001)

De même, les objectifs sectoriels évoqués dans la Lettre de Déclaration de Politique de Développement Rural (LDPDR) de 1999 et le plan d'orientation « 1998-02 » consistent à : i.) contribuer à la croissance économique, à l'équilibre de la balance commerciale et à la création d'emplois ; ii.) contribuer à l'amélioration du niveau de vie des populations par l'augmentation du pouvoir d'achat des producteurs, la lutte contre la pauvreté, le contrôle de la qualité et l'innocuité des aliments ; iii.) maintenir la sécurité alimentaire et nutritionnelle d'une population en expansion rapide ; iv.) diversifier et intensifier la production agricole d'une manière durable, sans hypothéquer la base productive nationale et le patrimoine écologique et v.) contribuer, au sein des communautés rurales, à l'amélioration des rapports hommes/femmes.

En clair, le Bénin, à l'instar de nombreux pays et surtout suite aux crises alimentaires et financières qui ont sévis au cours de l'année 2008, accorde une grande place à la diversification agricole qu'il considère, non seulement, comme un facteur de diversification des recettes issues des exportations agricoles, mais surtout, de sécurité alimentaire et de son propre développement économique et social.

Tout ceci met en évidence l'intérêt de savoir comment les exportations agricoles du pays ont évolué, ainsi que la croissance, si la croissance est ou non tirée par les exportations agricoles et la nature du lien entre les exportations agricoles et bien-être au Bénin. Ceci est de nature à éclairer les responsables de la politique économique quant aux orientations à donner aux stratégies de développement fondées sur les exportations agricoles afin que celles-ci aient des effets positifs escomptés.

1-2 REVUE DE LITTERATURE

L'objectif ici, c'est de passer en revue les études théoriques et empiriques qui entrent dans le cadre de notre travail à travers l'approche théorique et empiriques des déterminants de la croissance et la relation entre exportation et croissance économique.

1-2-1 Approches théoriques et empiriques des déterminants de la croissance

Dans l'analyse économique, la croissance économique désigne, selon François Perroux (1961), l'augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes longues d'un indicateur de dimension, pour une nation le produit global net en terme réel. On limite généralement la notion de croissance à des critères uniquement quantitatifs. Toutefois on peut noter avec Perroux, cité par Nezeys (1990) que la croissance s'accompagne de changement dans les structures économiques et sociales. Elle peut donc ainsi contribuer à une amélioration du niveau de vie.

L'analyse de la croissance occupe une place importante déjà dans les questions que se posent les économistes classiques : Adam Smith, Thomas Malthus, David Ricardo, Karl Marx.

En effet, ces auteurs assistent à la révolution industrielle et s'intéressent de très près à ses conséquences. Ils cherchent à donner une interprétation scientifique des forces qui gouvernent le fonctionnement et le développement des activités économiques.

Adam Smith a mis l'accent sur le rôle des économies d'échelle, de la spécialisation et du commerce international. Il est aussi l'inventeur de l'approche historique dans l'analyse comparative de la croissance. Il a négligé le rôle du progrès technique dans la croissance en mettant l'accent surtout sur les économies d'échelle et sur la division du travail. (C. IGUE, Cours de macroéconomie approfondie, FASEG, UAC, 2009.)

Thomas Malthus avait un schéma de croissance basé sur deux facteurs : les ressources naturelles et le travail. Il est à noter que le rôle potentiel du progrès technique est totalement négligé. Le mécanisme principal qui conditionne la croissance correspondrait, selon Malthus, à la pression imposée par la croissance démographique et par les besoins de subsistance de cette population croissante. L'équilibre est alors atteint uniquement grâce aux différents catastrophes : la famine, la peste. Malthus préconisait alors d'adopter les politiques actives en vue d'éviter ces catastrophes en favorisant l'abstinence sexuelle, les mariages tardifs. (C. IGUE, Cours de macroéconomie approfondie, FASEG, UAC, 2009)

David Ricardo a une analyse relativement moderne et riche du capitalisme. Il reconnaît clairement la puissance productive supplémentaire qui peut provenir des machines et les perspectives de croissance forte que ces dernières peuvent fournir aux secteurs non agricoles. Etant en partie influencé par Malthus, il considère que les gains de productivité ne peuvent apparaître que dans l'industrie, mais l'utilisation progressive des terres de moins en moins fertiles ne peut que tirer vers le haut les prix agricoles et donc les salaires de subsistance. Cela doit conduire à l'épuisement des profits et donc à l'arrêt de l'expansion économique. (C. IGUE, Cours de macroéconomie approfondie, FASEG, UAC, 2009)

Karl Marx est sans conteste, l'économiste classique qui a l'analyse la plus riche du capitalisme. Il a notamment rejeté le pessimisme de Malthus et de Ricardo en reconnaissant la puissance productive qui réside dans la production en usine, et le rôle de l'accumulation accélérée du capital fixe dans le progrès économique. Il a anticipé une expansion continue du commerce et la concentration de la production dans des unités de plus en plus grandes, source d'économie d'échelle. Il a néanmoins souligné la possibilité d'un ralentissement de la croissance par la difficulté de soutenir un problème technique continu. Il a quand même considéré que cette baisse tangentielle du taux de profit pourrait être contrebalancée par d'autres facteurs. Le progrès technique et l'accumulation du capital sont donc les deux sources de croissance chez Marx. (C. IGUE, Cours de macroéconomie approfondie, FASEG, UAC, 2009)

Contrairement à Marx, Schumpeter met l'accent sur le progrès technique plutôt que sur l'accumulation du capital. Il rejette totalement l'analyse de Malthus et de Ricardo concernant la contrainte imposée par la pression de la population. L'auteur distingue deux modes d'opération d'une économie capitaliste : le flux circulaire qui correspond à une situation où la technologie est statique et le développement économique par la technologie et l'organisation de la production change avec une dynamique soutenue par les innovations. On a alors une suite d'équilibres potentiels qui ne sont jamais atteints car les innovations successives déplacent continûment l'économie. Le rôle de l'entrepreneur apparaît alors pleinement dans la recherche et la mise en oeuvre des innovations comme sources de profit. Ces innovations correspondent à l'invention et à la réalisation de nouvelles combinaisons qui peuvent correspondre à :

v l'introduction de nouveaux biens ;

v l'introduction de nouvelles méthodes de production ;

v l'ouverture de nouveaux marchés ;

v la découverte et la conquête de nouvelles sources de matières premières ;

v une nouvelle organisation pour l'industrie.

Toutefois les vraies analyses n'ont commencé qu'avec les auteurs keynésiens qui utilisent des variables agrégées pour la formulation des théories. Le modèle Harrod-Domard est une référence aujourd'hui pour l'analyse économique. En élaborant leurs modèles à partir de variables telles que l'investissement, l'épargne et la population, ces deux auteurs à quelques variantes près arrivent à la conclusion que l'investissement est un déterminant principal de la croissance. En introduisant le phénomène du « fil du rasoir » (dû notamment à la rigidité des prix et salaire et aux problèmes de coordination des décisions d'épargne et d'investissement) dans leur analyse, ils estiment que le chemin de la croissance équilibrée est très étroit et y rester procède du hasard car aucun mécanisme économique ne permet de s'en approcher ou de s'y maintenir. Dans la tradition keynésienne donc, l'action d'une force extérieure au marché est ainsi légitimée, en l'occurrence l'Etat.

Ainsi les politiques économiques et sociales peuvent aider à la croissance. Le modèle néoclassique de la croissance équilibrée apportera une solution au problème du fil du rasoir.

Solow (1956) souligne que les post-keynésiens ont utilisé des hypothèses d'analyse de courte période pour l'étude de la longue période. Le modèle de croissance de Solow présente donc une croissance équilibrée qui assure le plein emploi puisque l'intensité capitalistique et la quantité du travail s'ajustent du fait de leur flexibilité en longue période. La croissance dépend donc de deux éléments principaux qui sont d'une part la quantité de travail (qui dépend du taux de croissance de la population) et d'autre part du progrès technique. La croissance est équilibrée mais ses déterminants sont indépendants de la sphère économique.

Les nouvelles théories de la croissance au contraire considèrent que la croissance est un phénomène cumulatif et endogène. Elle ne serait donc pas un phénomène naturel.

Une première approche propose d'endogénéiser le progrès technique et de modéliser explicitement les nouvelles technologies (Khan et Villanueva, 1991). Robert Lucas quant à lui privilégie l'accumulation du capital humain dans une deuxième approche. Barro et Romer (1990) de leur côté suggèrent plutôt que les dépenses d'infrastructures publiques et l'accumulation du capital due à l'innovation et à la recherche-développement soient explicitement prises en compte pour expliquer la croissance.

Pour les théoriciens de la croissance endogène, ces différents éléments ci-dessus doivent être considérés comme des facteurs de la fonction de production du fait de leur contribution substantielle à la croissance économique. De plus l'hypothèse de productivité marginale décroissante sera abandonnée au profit de celle de productivité marginale constante car la première hypothèse aurait tendance à neutraliser la croissance de longue période. Les théoriciens de la croissance endogène en dépassant les perspectives de l'investissement en capital et du progrès technique exogène éclairent mieux sur les enjeux de la politique économique dans le processus de croissance. Ainsi de plus en plus de travaux tendent à mettre l'accent sur la nécessité de la politique économique dans la réalisation de la croissance.

Fisher (1993) s'est intéressé aux effets de l'instabilité macroéconomique sur la croissance. En utilisant des données de panel, il a relié le taux de croissance du PIB à certaines variables macroéconomiques clés. Ainsi le taux d'inflation, le déficit budgétaire et les termes de l'échange sont reconnus comme ayant un impact significatif sur la croissance. Pour lui, l'instabilité macroéconomique favorise les mauvaises performances économiques.

Gura et Hadjicamel (1996), en étudiant les déterminants de la croissance dans 29 pays africains y compris ceux de la zone franc, sont arrivés à la conclusion que l'investissement privé explique fortement la croissance économique. Une bonne politique devrait permettre d'accroître leur volume et leur efficacité. Ils mettent l'accent sur le déficit budgétaire soutenable, le maintien de la compétitivité extérieure et la mise en place des réformes favorisant le développement du capital humain.

Dans le même ordre d'idée, Odjo et Oshikoya (1998), ont montré que l'investissement, le taux de croissance de la population, les exportations, le taux d'inflation, le taux de change, la dette extérieure constituent les principaux déterminants de la croissance. Leur travail a consisté à estimer économétriquement toute les variables susceptibles d'influer le PIB par tête de 17 pays africains repartis dans les trois groupes de pays que sont: les pays exportateurs de pétrole, les pays à revenu intermédiaire et les pays à faible revenu. A travers une série de régressions, ils ont montés l'impact de chaque facteur sur le taux de croissance du PIB par tête. Pour eux, les pays exportateurs de pétrole sont relativement plus sensibles aux investissements que les autres groupes. La faible sensibilité des pays à faible revenu à l'investissement semble s'expliquer par le manque de facteurs complémentaires (capital humain) pour assurer son efficacité. En revanche, la croissance de la population ne semble pas constituer un obstacle pour les pays à revenu faible, même s'il ne leur est pas recommandé de négliger les politiques de population.

De façon analogue, Dollar et Kraay (2001) se sont intéressés aux taux de croissance de 180 pays sur les vingt dernières années. Il ressort de l'étude que la taille du marché intérieur mesurée par le logarithme de la population, l'accès aux marchés étrangers, le droit de propriété et les règles juridiques affectent la volonté d'investir et d'innover et donc la croissance. La mise en place d'un cadre institutionnel adéquat stimulant l'initiative individuelle et la proximité avec un grand voisin par exemple (aidant à accroître les échanges extérieurs du pays) sont très bénéfiques à l'activité économique.

Toujours dans l'intérêt de souligner l'importance de l'enjeu des politiques économiques dans le processus de la croissance, Claude Sinzogan (2001) a fait une étude pour évaluer les déterminants de la croissance économique au Bénin. Il s'est intéressé non seulement aux effets des variables économiques (degré d'ouverture, l'espérance de vie à la naissance ...) sur les facteurs de production mais aussi à leur contribution aux performances de la croissance économique et ceci à partir de l'estimation d'un modèle de la croissance ayant pour base la fonction de production de Cobb-Douglas. Ce modèle a permis de mettre en relation le PIB (variable endogène) et les variables exogènes comme le degré d'ouverture, l'espérance de vie à la naissance. Les résultats de l'estimation montrent que l'élasticité de croissance des facteurs travail et capital est positive. En effet, lorsque le volume du facteur travail utilisé s'accroît de 1%, le PIB s'accroît de 0,25%. Ce taux d'accroissement est de 0,10% pour le capital. L'ouverture et l'espérance de vie à la naissance ont eu des effets escomptés sur la productivité et la croissance. Ces deux variables influencent positivement la productivité des facteurs avec, toutefois, une intensité plus élevée pour le degré d'ouverture.

De tout ce qui précède, nous retenons que dans la plupart des cas, l'ouverture commerciale est toujours représentée par une variable dans les modèles de croissance. Elle constituerait un déterminant majeur de la croissance économique. Son importance mérite d'être soulignée dans la mesure où l'ouverture commerciale joue un rôle important dans le contexte actuel de la croissance engendrée par l'intégration régionale et la mondialisation de l'économie. Mais il n'est pas exclusif. Il existe en effet une multitude de variables explicatives de la croissance économique liées aux politiques économiques et dont le choix dépend des objectifs poursuivis.

1-2-2 Exportation et croissance économique

Il est couramment admis que le commerce constitue un déterminant important de la croissance économique à long terme. Les politiques économiques privilégiant la croissance des exportations et la libéralisation commerciale ont été au coeur des stratégies recommandées aux pays en développement. Les origines des fondements théoriques du lien positif entre ouverture commerciale et la croissance sont doubles. D'une part, l'approche classique explique les gains tirés de la libéralisation commerciale par les avantages comparatifs, que ceux-ci soient sous la forme de dotations en ressources naturelles (modèle Hecksher-Ohlin) ou de différences technologiques (modèle ricardien). D'autre part, la littérature sur la croissance endogène suppose que l'ouverture commerciale affecte positivement le revenu par tête et la croissance au travers d'économie d'échelle et de la diffusion technologique entre les pays. Des travaux théoriques et empiriques ont tenté d'analyser les retombées de l'ouverture sur l'extérieur et de l'intégration à l'économie mondiale pour les pays.

Smith et Ricardo sont les premiers à définir les avantages que peuvent tirer les pays à libéraliser leurs échanges. S'opposant aux mercantilistes, Smith affirme que tous les pays peuvent gagner au commerce car, pour lui, l'objectif du commerce ne réside pas dans le solde commercial mais dans le fait de pouvoir se procurer des produits à bon marché que si l'on les produisait soi-même. C'est tout le fondement de la théorie de l'avantage absolu qui mène à la spécialisation internationale et à la mise en place d'une division internationale du travail. Pour Adam Smith, le commerce n'est pas nécessaire au développement car la production est déterminée par le capital. Toutefois, le libre échange, reconnaît-il, peut favoriser à un certain niveau de développement du pays par l'accumulation du capital.

Dans le même registre, Ricardo soutient que le commerce extérieur quelles que soit son extension ne saurait augmenter tout à coup les valeurs nationales. Il est avantageux pour les pays qui le pratiquent parce qu'il augmente le nombre et la variété des objets auxquels on peut employer son revenu, c'est-à-dire le niveau de bien-être ou de revenu réel. Krugman (1995) utilise la notion « d'effet de diversification » pour décrire cette situation. Cet effet de diversification bénéficie non seulement aux consommateurs mais aussi aux producteurs qui auront un choix supplémentaire en biens de production.

Pour Johnson (1972), le développement des exportations est nécessaire dans la mesure où la croissance entraînée par le développement des investissements se heurte à plus ou moins long terme au déficit de la balance commerciale provoqué par l'accroissement des importations de biens intermédiaires et de biens de consommation. Les exportations peuvent ainsi contribuer au maintien de l'équilibre de la balance commerciale à long terme et à un taux de croissance élevé tout en rétablissant une demande solvable (Diaz, 1989)

Michaely (1977) a étudié la corrélation entre une variable de croissance des exportations et une variable de croissance des revenus. L'objectif de ce type d'étude était de montrer la supériorité en termes de croissance d'une politique de promotion des exportations par rapport à une politique de substitution des importations. Ainsi, à partir d'un échantillon de 41 pays en développement pour la période (1950-1973), Michaely (1977) trouve un coefficient de corrélation de Spearman de 0,38 significatif à 1% entre le taux de croissance de la part des exportations dans le produit national brut (PNB) et le taux de croissance du PNB par tête.

Enfin à partir de l'analyse de Michaely, Heller et Porter (1978) montrent que la corrélation correcte à tester concerne le taux de croissance des exportations et le taux de croissance de la composante non exportée de la production. Le coefficient de corrélation de Spearman obtenu est 0,57 pour les pays les plus riches et 0,09 pour les autres. Ce qui confirme les résultats de Michaely. Si les tests de corrélation permettent d'établir un lien entre deux variables, il ne donne aucune information quant à la nature de ce lien. Une façon d'appréhender plus précisément ce lien réside dans l'estimation d'une équation intégrant d'autres variables.

L'étude de Feder (1982) constitue un exemple de ce type d'analyse avec des régressions linéaires multiples. Son objectif est d'estimer l'équation théorique reliant le taux de croissance du PIB au taux d'investissement, le taux de croissance de la population, le taux réel des exportations et le taux de croissance réel des exportations multiplié par la part des exportations dans le PIB.

Cette dernière variable a un intérêt particulier puisqu'elle permet de détecter la présence de gains apportés par le transfert de facteur de production d'un secteur à faible productivité à un secteur à forte productivité réelle (Feder 1982). L'étude porte sur un groupe de 50 pays en développement pour la période (1964-1973) et teste l'hypothèse que d'une part, les productivités marginales dans le secteur exportateur sont plus fortes et que d'autre part ce secteur exportateur génère des externalités positives. La régression donne effectivement des coefficients significatifs valant respectivement 0,75 et 0,13, ce qui confirme l'hypothèse d'un effet bénéfique de l'ouverture via la concurrence et la diffusion technologique sur la croissance.

D'autres tests ont également mis en évidence un impact des exportations sur la croissance. Cependant, lorsque l'on s'intéresse à la détermination du sens de causalité entre la croissance des exportations et la croissance du revenu, ce consensus en faveur d'une politique de promotion des exportations tend à disparaître. Jung et Marshall (1985) ont testé le sens de causalité entre ces deux variables à l'aide d'un test de Granger sur la base de séries temporelles pour un échantillon de 37 pays en développement. Ils montrent que la prédiction habituelle d'un effet significativement positif des exportations sur la croissance n'est empiriquement validée que dans quatre cas seulement. A l'inverse, à partir d'un test de Sims, Chow (1987) met en évidence une forte relation causale bidirectionnelle entre la croissance des exportations et le développement industriel de huit (08) nouveaux pays industrialisés « ouverts » (parmi lesquels se trouvent la Corée du Sud, le Singapour, le Hong-Kong et la Taiwan) et conclut que les deux variables bénéficient mutuellement l'une de l'autre.

Plus récemment Love (1994) a utilisé un test de Granger amélioré sur 20 pays en développement à revenu faible et moyen et il ne parvient à corroborer que faiblement l'hypothèse d'une croissance tirée par les exportations.

Dans cet ordre d'idée, Nurke (1961) dans son étude avança la thèse selon laquelle les exportations furent au XIXième siècle le moteur de la croissance des pays en développement de l'époque, thèse qu'il illustra par l'analyse de la croissance de sept (07) pays : l'Argentine, Uruguay, l'Afrique du sud, la Nouvelle Zélande, l'Australie, les Etats-Unis et le Canada.

Kindleberger (1961) a, lui aussi, souligné le rôle essentiel qu'ont joué les exportations dans le développement de l'économie britannique au XIXième siècle, dans celui de la Suède et du Danemark à la fin du même siècle et du Canada et les Pays-Bas au début du XXième siècle.

Dans une étude au Chili, French-Davis (1990) note que ce pays a entièrement bénéficié des avantages du libre échange décrits par les théories du commerce international après que celui-ci a fait l'option de l'ouverture sur l'extérieur à travers notamment une réforme de son secteur exportateur dans les années soixante dix. La croissance y est maintenue depuis 1984, les niveaux de consommation se sont fortement accrus, les entreprises libérées de la contrainte protectionniste et étatique ont rationnalisé et modernisé leurs équipements, accru la productivité en réduisant les stocks, en informatisant la gestion. Des entrepreneurs plus dynamiques sont apparus et ont su profiter des opportunités du marché international tant à l'exportation qu'à l'importation.

En étudiant les facteurs internes de l'industrialisation de huit (08) pays asiatiques (dont les nouveaux pays industrialisés) et de sept (07) pays d'Amérique Latine, Chenery (1988) identifia la demande intérieure, les exportations, la substitution d'importation et le changement technologique comme les moteurs de l'industrialisation selon les pays. Dans des pays comme la Corée, la Taïwan, Israël et la Yougoslavie, les exportations ont été à la base du processus d'industrialisation.

C'est dans ce même registre que Malek (2000), dans sa thèse de doctorat intitulé «libéralisation des échanges extérieurs, croissance, salaire et emploi en Tunisie«, a analysé le rapport qui peut exister entre la libéralisation des échanges extérieur et la croissance économique dans les pays en développement.

Dans cette thèse, il a repris le débat théorique se rapportant aux bienfaits des politiques de libéralisation mise en oeuvre dans les pays en développement, débat qui a dépassé celui des classiques entre les tenants du livre échange et les défenseurs du protectionnisme. L'étude et la critique des différents modèles de croissance ayant traité la question de corrélation des exportations, comme indicateur d'ouverture à l'échange et la croissance économique lui ont permis de spécifier les éléments à prendre en compte dans l'étude de cas tunisien. Ainsi, les résultats de ces tests économétriques ont montré que l'orientation commerciale vers l'extérieur a eu des effets positifs sur les performances macroéconomiques et que ces effets positifs ont été plus présents au cours de la période de postérieur à l'application du Programme d'ajustement structurel.

Félix Fofana N'Zué (2005), dans une étude qui a pour objectif d'analyser la relation de causalité au sens de Granger entre l'expansion des exportations et la croissance économique de la Côte d'Ivoire et de déterminer ses implications en matière de création d'emplois et qui s'est faite sur la base des tests de stationnarité, de cointégration et de causalité à la Granger, conclut que malgré l'absence de cointégration entre les exportations et la croissance économique, il existe une relation circulaire entre elles. En outre, il n'y a pas de cointégration entre le facteur travail, les exportations, les dépenses publiques et la croissance économique.

Toujours dans l'intérêt de souligner l'importance des exportations dans le processus de la croissance, Honoré Lezona (2005) a fait une étude pour analyser l'impact des exportations sur la croissance économique sur la période 1972-2002 au Congo. Cette étude prend en compte les principales réformes économiques et sectorielles entreprises au Congo Brazzaville. Il a ainsi été amené à mettre en relief les facteurs favorables de la croissance économique, par le biais des exportations, et notamment, à déceler les obstacles qui freinent cette croissance. En ce qui concerne la méthode d'analyse utilisée, elle consiste à estimer un modèle de croissance qui fait recours à la fois, à la théorie du commerce international et à une fonction de production. Six variables (PIB par tête, formation brute du capital fixe, termes de l'échange, exportations pétrolières, exportations non pétrolières et instabilité politique) ont été utilisées dans ce modèle économétrique (modèle à correction d'erreur) qui prend en compte, aussi bien, les effets de court terme et de long terme.

Les résultats obtenus de l'estimation révèlent que les exportations pétrolières et les exportations non pétrolières ont une influence positive mais non significative sur la croissance économique. Par contre, l'instabilité politique pèse négativement sur les performances économiques. Seynabou Diallo (2001) avait observé des résultats similaires en faisant une étude intitulée «Exportation et croissance économique au Sénégal: Une analyse empirique«.

De l'ensemble de ce qui précède nous pouvons retenir que les exportations constituent une source importante de la croissance économique. La question que nous nous posons est de savoir comment ces différents modèles peuvent s'appliquer au Bénin ; pays faiblement industrialisé à dominance agricole où le secteur informel tient encore une place importance.

1-3 Objectifs et hypothèses

1-3-1 Objectifs

L'objectif général de cette étude est d'apprécier les effets des exportations agricoles sur la croissance et le bien-être au Bénin de 1975 à 2008. Ceci de nature à éclairer les responsables de la politique économique quant aux orientations données aux stratégies de développement fondées sur la croissance.

Plus précisément les objectifs spécifiques visés sont :

(1)-Evaluer la contribution des exportations agricoles à la croissance économique du Bénin.

(2)-Appréhender l'effet des exportations agricoles sur le bien-être à travers la consommation des ménages par tête au Bénin.

Pour y parvenir nous avons formulé un certain nombre d'hypothèses.

1-3-2 Hypothèses

Au cours de cette étude, deux (02) hypothèses seront vérifiées.

(1)-Les exportations agricoles ont des effets positifs significatifs sur la croissance au Bénin.

(2)-Les exportations agricoles ont un impact positif sur la consommation des ménages par tête.

1-4 Méthodologie

Dans un travail de recherche, la méthodologie suivie s'avère importante pour la fiabilité et la crédibilité des résultats. Elle se définit comme l'ensemble des démarches entreprises pour la collecte des données, des informations et leurs traitements en vue de produire des résultats qui permettent d'atteindre les objectifs fixés et de vérifier les hypothèses.

1-4-1 La collecte des données

Plusieurs centres de documentation et sites internet ont été visités ou consulté pour la collecte des données. Nous avons utilisé à cet effet les annuaires, les bulletins statistiques et les rapports annuels disponibles dans les dits centres. Il s'agit notamment :

-des publications de l'INSAE

-des publications du Ministère du Développement, de l'Economie et des Finances.

-des données publiées par la BCEAO

-du site Word Perspectives.

Ces différentes sources nous ont permis d'obtenir sur la période de 1975 - 2008 les données suivantes :

-les valeurs du produit intérieur brut

-les valeurs de la consommation des ménages

-les valeurs des exportations non agricoles

-les valeurs des dépenses publiques

-les valeurs des exportations agricoles

-les valeurs des importations

-les valeurs de l'investissement

-les valeurs de la population totale

-les valeurs du niveau général des prix représenté par le taux d'inflation

1-4-2 La collecte d'information

Pour la collecte des informations, la plupart des centres de documentations ont été sollicités. Les ouvrages disponibles nous ont permis de recueillir des informations concernant des précisions théoriques et des développements sur les techniques d'analyse.

1-4-3 Traitement des données

L'étude prend en compte toutes les données de 1975 à 2008. La méthode de l'analyse longitudinale a été retenue pour le traitement des données car cette méthode permet de dégager le comportement des exportations agricoles sur la période. Ce qui peut constituer les piliers autour desquels les maximisations de la croissance économique et le bien-être à travers la consommation des ménages par tête peuvent s'organiser à long terme.

1-4-4 Technique d'analyse

Nous avons utilisé essentiellement les modèles économétriques pour étudier les effets des exportations agricoles sur la croissance et le bien-être à travers la consommation des ménages par tête.

Le logiciel Excel est utilisé pour réaliser les tableaux et les graphiques et le logiciel Eviews 5.0 est, quant à lui, utilisé pour faire l'estimation des modèles économétriques.

1-4-5 Difficultés rencontrées

Les principales difficultés rencontrées au cours de cette étude sont liées à la collecte des données. L'éparpillement de celle-ci a rendu difficile leur collecte.

Toutefois avec détermination nous sommes parvenus à les collecter.

sommaire suivant