WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Menaces sur la mangrove au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Uilrich WAFFO
Université de Yaoundé 1 - Maitrise 2009
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

III- INITIATIVES DE PRESERVATION POUR UNE GESTION DURABLE DES MANGROVES AU CAMEROUN

A- METHODES POUR GESTION DURABLE DES MANGROVES AU CAMEROUN

1- Stratégies d'actions

Le constat est clair il faut agir la protection et la réhabilitation des écosystèmes de mangrove constituent une préoccupation majeure et permanente à travers le monde et au Cameroun où il est question de trouver des stratégies d'actions pour freiner le massacre de nos mangroves.

La première des choses consiste à savoir l'étendue exacte des mangroves du pays on doit les recenser, les cartographier et recenser toutes les ressources qu'elles regorgent, les habitant qui les exploitent ainsi que les différents usages auxquels elles sont consacrées. Ainsi, on pourra savoir avec exactitude l'état de santé des mangroves et évaluer plus facilement les conséquences de sa dégradation afin de prendre les mesures qui s'imposent et les appliquer efficacement.

La vulnérabilité particulièrement prononcée des mangroves exige l'intervention d'experts d'horizons divers. La création d'un groupe constitué de tous les représentants des secteurs identifiés dans leur exploitation est indispensable à leur gestion. Les spécialistes préparent les documents qui servent de bases de discussions pour l'établissement d'un plan directeur. Cette approche participative doit être intégrée dans un programme global de gestion des écosystèmes marins et côtiers du pays qui est chargé d'élaborer un plan global de gestion des mangroves.

La gestion des mangroves, en tant qu'écosystème forestier, doit trouver son cadre juridique dans la politique forestière avec pour objectif général la pérennisation et le développement des fonctions économiques, écologiques et sociales de cet écosystème, dans un cadre de gestion intégrée qui assure de façon soutenue et durable la conservation et l'utilisation de ces ressources. L'implication et l'éducation des populations riveraines sont des actions indispensables pour la conservation et la réhabilitation des mangroves (ISME 1993; Hamilton and Snedaker 1994).

Une législation doit préciser le statut juridique de ces écosystèmes. Elle doit tenir compte de la protection de ses valeurs économiques de marché, et surtout des valeurs qui ne sont pas commercialisables. Elle doit expliquer les conditions d'exploitation en excluant toute possibilité d'activités industrielles qui sont difficiles à réprimer à cause du chantage éventuel sur l'augmentation du chômage. Elle doit transférer certains pouvoirs et prérogatives de gestion de l'environnement des ministères au comité.

Les ONG doivent avoir une place de choix dans l'organigramme du comité de gestion. La vulgarisation des textes et l'éducation environnementale doivent leur être confiées. Elles devront disposer d'un personnel relativement qualifié et le comité se chargera de la formation des formateurs par le biais de séminaires. Dans chaque campement elles devront identifier, parmi les populations, des leaders qui se chargeront du suivi au niveau local.

La coopération internationale devra être impliquée à travers les organisations des Nations Unies chargées de la protection de l'environnement et du développement. Les organisations comme la Banque Mondiale, l'union mondiale pour la nature (IUCN), l'organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), le World wide fund for nature (WWF), l'international waterfowl and wetlands research bureau (IWRB) et surtout l'international society for mangrove ecosystems (ISME) peuvent être sollicitées pour l'élaboration de programmes qui orientent les diverses activités mais surtout pour peser de tout leur poids et influencer les décisions gouvernementales vers la gestion durable des mangroves.

Après toutes ces concertations nationales et internationales, il convient de créer un comité de gestion qui est chargé de l'exécution et de l'application des résolutions sur le terrain en vue de la préservation des mangroves dans tous les sites actuels, quelle que soit la taille des peuplements. Il doit comprendre des agents permanents et des bénévoles à coopter pour leur passion dans la conservation et la réhabilitation des mangroves. Un cahier des charges doit être établi pour une évaluation périodique et efficiente. Des accords de collaboration avec des autorités administratives et du maintien de l'ordre doivent être prioritaires, surtout au début du fonctionnement effectif.

Ces stratégies proposées visent un certain nombre d'objectifs pour la conservation de la mangrove et sa gestion durable.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour