WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Menaces sur la mangrove au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Uilrich WAFFO
Université de Yaoundé 1 - Maitrise 2009
  

précédent sommaire suivant

DISCUSSION

Il est clair que les mangroves sont profondément exploitées au Cameroun toutefois aucune utilisation sur large échelle ou conversion n'est actuellement en cours. Un défrichage localisé peut avoir lieu dans certaines zones (étangs salés, urbanisation, développement des infrastructures) qui ne cause pourtant pas de grosses dégradations (FAO 2007). Dans le bassin du Ndian et l'estuaire du Wouri, il existe des surfaces importantes de mangrove primaire ceci malgré la pression démographique. On remarque aussi que dans le temps les surfaces de mangroves au Cameroun n'ont pas subies de sérieuses régressions. D'après les chiffres de la FAO, les superficies de mangroves au Cameroun sont passées de 272.000 ha en 1980 à 250.000 ha en 2005 soit une dégradation de 8,09% en 25 ans ce qui est loin de la moyenne mondiale de 19%. Sans compter que l'absence d'utilisation des ressources peut aussi devenir un inconvénient. En effet, la dégradation de la mangrove au Cameroun à ralenti considérablement après 1990(voir tableau 2) période à la quelle l'exploitation s'est intensifiée l'évolution de la dégradation est presque constante après 1990 (voir graph. 3) c'est donc dire que la préservation des mangroves ne signifie pas forcément une protection intégrale exempte de toute activité anthropique.

Les superficies des mangroves sont mal connues celles-ci varient en fonction des sources. On a pas de données fixes et certaines y relatives de même qu'un inventaire de ses ressources n'a jamais été fait dans un tel contexte, il est difficile d'évaluer avec certitude les menaces et donc de mesurer l'impact de ceux-ci afin de mieux comprendre leurs rythmes de dégradation.

Source FAO 2007

Fig5 : variation de l'étendue des zones de mangroves entre 1980 et 2005

CONCLUSION GENERALE

En somme, parvenus au terme de notre travail qui portait sur les menaces sur la mangrove au Cameroun, au cours du quel il s'est agit de faire une présentation générale des mangroves du pays, d'identifier l'ensemble des menaces qui mettent en péril ces mangroves, puis de proposer les stratégies pour une gestion soutenable de ces mangroves et enfin d'évaluer les efforts de toutes les parties prenantes dans la lutte pour la préservation de celles ci. Il en ressort que les mangroves occupent une superficie importante dans le pays et de part leurs fonctions économique scientifique et socioculturelle ont une importance inestimable et de ce fait elles subissent de nombreux assauts anthropiques qui conduisent à leur dégradation notamment l'exploitation irrationnelle et incontrôlés de ses ressources, que sont le bois le poisson le sable et les P.F.N.L ; ainsi que les activités humaines de natures industrielles, agricoles et l'expansion démographique. Cette dégradation entraîne des conséquences fâcheuses tant sur le plan environnemental que sur le plan socioéconomique. La question de trouver les stratégies pour gérer notre mangrove largement dégradée au point de risquer l'extinction de cet écosystème très rare, fragile et important n'est plus négociable. Le gouvernement camerounais l'a compris et fourni des efforts dans le sens d'une gestion durable de cet écosystème par la mise en place d'un arsenal juridique et institutionnel y relatif appréciable. Le rôle de la société civile, y compris, des organisations internationales pour soutenir les efforts du gouvernement n'est plus à démontrer. Le Cameroun dispose déjà d'un réseau de mangrove né des initiatives et enthousiasmes des membres des associations et ONG de base. Notons cependant que s'il est vrai que beaucoup d'efforts sont fournies jusqu'ici pour sauver la mangrove au Cameroun, force est de constater que beaucoup reste encore à faire surtout en ce qui concerne l'application des textes sur le terrain. Il est clair qu'il faut régénérer la mangrove, la remplacer et la préserver mais il faut à la fois qu'elle soit utile aux populations riveraines ainsi qu'au peuple camerounais tout entier. Trouver le juste équilibre est alors le défi qui interpelle toutes les parties engagées dans la lutte pour la gestion durable de la mangrove au Cameroun à l'occurrence le RCM.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.