WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact des politiques macroéconomiques sur la pauvreté au Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Mouhamed LO
Université Cheikh Anta Diop de Dakar - Maitrise 2009
  

sommaire suivant

Introduction

Le demi-siècle qui s'est écoulé depuis la fin de la 2 éme guerre mondiale a été une période troublante pour le monde entier, mais aussi une ère de désespoir pour les centaines de millions d'être humains.

Au milieu d'un progrès matériel sans précédent, la misère humaine a atteint des proportions inimaginables en particulier la Pauvreté.

En ce début du nouveau siècle elle constitue le principal problème de tous les pays du monde. En Afrique subsaharienne, la situation est plus critique et la pauvreté y sévit en permanence. En effet la pauvreté au Sénégal est présente partout puisque selon les statistiques officielles, plus de la moitié de la population soit 65% de celui-ci n'a pas les ressources financières suffisantes pour subvenir à ses besoins de base. Cette situation est bien connue et les initiatives ne manquent pas pour essayer de réduire le nombre de pauvres. Concrètement, le but de la nouvelle stratégie d'accroissement accéléré présentée par les autorités sénégalaises est de réduire de moitié la part des populations vivant en état de pauvreté en 2015 par rapport au niveau qui était observé en 2000.

Le problème de la pauvreté au Sénégal, comme presque partout en Afrique, est qu'elle semble être dans une très large mesure immuable : on nait pauvre, on meurt pauvre. Pendant longtemps, l'espoir résidait dans l'émigration vers Dakar, où se trouvaient les emplois, notamment dans le secteur public. Cette voie de sortie n'existant plus, les jeunes ne pensent plus qu'à partir vers l'étranger. Les images de désespoir les plages espagnoles et italiennes illustrent cette fuite en avant, au mépris du danger.

Aujourd'hui il est indispensable de recréer une dynamique de l'espoir au Sénégal cela passe par de multiples facteurs comme la mise en place des politiques macroéconomiques fiables.

Il semble bien qu'une bonne partie de l'Afrique ait abdiqué face aux énormes défis du développement au profit des politiques macroéconomiques à court terme visant plus à ralentir la progression de la pauvreté qu'à réduire celle-ci, comme le prétendent les discours officiels de certains présidents de la république.

Malgré la baisse des taux de pauvreté individuel au Sénégal reste estimée, entre 50,6% et 57,2%. Le Document de la Stratégie de Réduction de la Pauvreté de 2009(DSRP) reconnait que l'insuffisance des systèmes de protection sociale qui couvrent moins de 15% de la population, entretient les cycles vicieux de la pauvreté et piège de plus en plus de personnes dans le dénuement, tout en affaiblissant l'investissement et la croissance économique.

La récente crise du prix des denrées alimentaires a intensifié l'emprise de la pauvreté ces deux dernières années, et les réponses gouvernementales par le biais de subventions générales des produits alimentaires et des carburants ont généré des coûts estimés entre 3 et 4 pour cent du revenu national.

Ces politiques se sont avérées largement inefficaces pour atteindre les pauvres, mais ont, aussi, généré des distorsions économiques qui compromettent les perspectives d'une croissance économique inclusive.

L'économie sénégalaise a connu en 2002 un brusque ralentissement de l'activité, avec une progression limitée à 2,4%, après avoir connu des taux de croissance supérieur à 5% pendant sept années consécutives. Cette décélération est imputable à la contraction des activités agricoles, pénalisées par des conditions climatiques très défavorables. Hors la croissance de l'économie est toutefois demeurée supérieure à 5%, grâce au dynamisme des secteurs du BTP et l'Investissement des entreprises privées et du secteur public.

Selon les projections du FMI, la croissance du PIB en volume pourrait atteindre 5,6% en 2010, assortie d'un taux d'inflation de l'ordre de 2%.

A moyen terme, la poursuite d'une croissance soutenue et durable repose sur la mise en oeuvre de la SRP, dont malheureusement, les pauvres n'ont pratiquement pas aucune main mise sur des politiques macroéconomiques fiables et durables. L'atteinte des ces politiques, nécessite beaucoup d'effort de la part de l'ETAT, de la société civile, des partenaires au développement et de tous les acteurs qui militent pour la réduction de la pauvreté.

L'objection principal recherché dans mon thème de mémoire : << Impact des politiques macroéconomiques sur la pauvreté au Sénégal >> est de parvenir à trouver une relation entre les politiques macroéconomiques et la réduction de la pauvreté au Sénégal.

Notre travail consiste à étudier la pauvreté au Sénégal et les moyens de lutter contre elle en se basant sur les politiques macroéconomiques.

Ce qui nous permet d'articuler notre étude sur deux parties. La première nous emmènera à donner la définition et mesures de la pauvreté. Ensuite nous essayerons de déterminer la pauvreté et de mettre en évidence les groupes vulnérables.

Dans la deuxième partie, nous étudierons l'impact des politiques macroéconomiques sur la pauvreté au Sénégal.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !