WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des conditions de mise en oeuvre des normes issues des directives CEE/ ONU dans la production des noix brutes de Cajou à  Kouandé, Atacora, Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Boris HOUENOU
Université d'Abomey- Calavi faculté des sciences agronomiques - Diplôme d'ingénieur agronome, option économie-socio-anthropologie et communication pour le développement rural 2008
  

précédent sommaire suivant

1.4.4. Les nouvelles options de l'échange

Kotler et Dubois (2003, pp21-24) dans leurs réflexions exposent les options d'échange que nous reprenons ici.

L'optique production: elle suppose que le consommateur choisit les produits en fonction de leur prix et de leur disponibilité. Elle semble appropriée dans deux cas: la demande est massive et peu fortunée (comme dans de nombreux pays en développement) et le coût élevé du produit doit être baissé substantiellement si l'on veut étendre le marché.

L'optique produit : elle repose sur l'idée que le consommateur préfère le produit qui offre les meilleures performances. Elle impose à l'entreprise de se consacrer à la qualité des produits et mais risque bien une certaine <<myopie » à l'égard des consommateurs.

L'optique vente: elle présuppose que le consommateur n'achètera pas de lui-même suffisamment à l'entreprise à moins que celle-ci ne consacre beaucoup d'efforts à stimuler son intérêt pour le produit. Elle est utilisée par des entreprises en surcapacité : leur but est de vendre ce qu'elles produisent plutôt que de produire ce qu'elles pourraient vendre.

L'optique marketing: elle se préoccupe avant tout des clients en cherchant à analyser leurs souhaits et à y répondre. Il s'agit de cultiver la relation avec les consommateurs. Elle considère que, pour réussir, une entreprise doit, plus efficacement que ces concurrents, créer, délivrer et communiquer de la valeur auprès des clients qu'elle a choisis de servir. Elle inverse la logique de l'optique vente.

L'optique client: elle est le superlatif de l'optique marketing et en complément de cette optique quis'applique au niveau segmentaire du marché, il s'agit ici d'élaborer des produits, des services et des

messages distincts pour chaque client individuel. Elle assure la fidélité sur le long terme. On la
désigne en marketing, le marketing <<one-to-one ». L'optique client est une réalité de la nouvelle

économie. Elle trouve une place de choix dans la consommation de nos jours et les questions de normes et/ou de consommation éthique de plus en plus en vogue y ont un attachement certain.

L'optique du marketing sociétal: elle améliore l'optique marketing dont la lacune principale est d'ignorer les conflits latents entre les désirs des consommateurs, leurs intérêts et le bien-être collectif. Elle se différencie de celle-ci en invitant à prêter attention aux intérêts des clients qu'à leurs seuls désirs et en prenant en compte le bien-être collectif. Elle est désignée par d'autres analystes comme <<marketing humaniste » ou <<néo-marketing ». Elle reconnaît que la tâche prioritaire de l'entreprise est d'étudier les besoins et les désirs des marchés visés et de faire en sorte de les satisfaire de manière plus efficace que la concurrence, mais aussi d'une façon qui préserve ou améliore le bien-être des consommateurs et de la collectivité.

Au regard de ces optiques d'échange avec le marché, la production des noix brutes de cajou recoupe à la fois l'optique produit et l'optique client dans le sens où le consommateur achète sur la base des performances du produit mais aussi - lorsqu'on considère une segmentation du marché international où des besoins - au gré des préférences. Ceci suggère une certaine adaptation en terme structurel (plantations à réorganiser selon l'écartement) par exemple pour éviter certaines maladies, une bonne productivité des champs et un certain gradage des noix, etc. Ainsi, le respect des normes ne peut et ne doit pas déboucher sur une destruction systématique des plantations en marge des normes retenues, mais plutôt sur une adaptation progressive de la conduite de la production au nouveau contexte ainsi apparu.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.