WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des conditions de mise en oeuvre des normes issues des directives CEE/ ONU dans la production des noix brutes de Cajou à  Kouandé, Atacora, Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Boris HOUENOU
Université d'Abomey- Calavi faculté des sciences agronomiques - Diplôme d'ingénieur agronome, option économie-socio-anthropologie et communication pour le développement rural 2008
  

précédent sommaire suivant

1.3. HYPOTHESES

H1 : Le respect des normes est fonction des caracteristiques des exploitants

H2 : Globalement la production des noix brutes de cajou est rentable quelque soit l'itineraire technique.

1.4. CLARIFICATION CONCEPTUELLE

1.4.1. Les caractéristiques de la nouvelle économie : le marché moderne

L'economie du 21ème siècle est marquee, sans nul doute, par un environnement evolutif incontestable. Divers traits temoignent de cette evolution : la globalisation des activites et des entreprises, l'acceleration de la transmission des informations ou la « revolution numerique », l'hyper concurrence entre les entreprises, les technologies de « disruption » qui affectent radicalement l'activite dans de

nombreux secteurs, la consommation psychologique et ethique qui consacre le diktat des normes de qualite et accroissent surtout le pouvoir du consommateur. La standardisation, entendez la production en serie, fruit de la revolution industrielle, cède de plus en plus sa place à la production specifique (differenciee, adaptee et personnalisee).

Cette economie liberale imprime un nouveau profil au consommateur du siècle et de nouvelles options de gestion de l'echange que nous aborderons plus loin.

1.4.2. Notion d' « Evaluation »

Il existe un grand nombre de definitions de l'evaluation et la multiplicite des definitions proposees pour ce terme reflète egalement la volatilite du vocabulaire utilise pour aborder le sujet. Selon NEU (2001) : « evaluer, c'est apprecier la qualite pour faciliter la decision ».

Le Fonds International pour le Developpement Agricole (FIDA, 2007) definit l'evaluation comme un examen systematique (aussi objectif que possible) d'un projet prevu, en cours ou acheve. L'evaluation à postériori apparaît donc comme l'outil indispensable pour non seulement saisir les resultats mais aussi mettre en evidence les changements profonds du milieu (rural), elle permet de fournir aux decideurs tous les elements necessaires soit pour la reforme de l'operation en cours soit à la preparation d'autres interventions (Dèdèhouanou, 2007)

Quant à Beaudoux et Gueneau (1996), l'evaluation ne juge pas mais expose des faits bruts, objectifs, visibles par tous de la même manière. L'angle d'observation choisi peut varier selon le choix des critères et on peut choisir d'evaluer un aspect precis ou plus large de l'action.

L'evaluation est aussi un processus complexe qui aboutit à des resultats objectifs en vue de remedier à une insuffisance ou de suggerer des approches de solutions.

Ainsi, la Banque Mondiale (2002) la definit comme etant une mesure, aussi systematique et objective que possible des resultats d'un projet, en vue de determiner sa pertinence, sa coherence, l'efficience de sa mise en oeuvre, son efficacite et l'impact ainsi que la perennite de ses effets.

Selon le moment de l'evaluation par rapport au cycle de projet, on distingue :

· Evaluation ex-anté ou appreciation prealable pour analyser les rapports d'identification et de formulation des projets,

· Evaluation pendant l'execution du projet ou evaluation dite à mi-parcours,

· Evaluation à la fin du projet ou evaluation finale et

· Evaluation après l'arrêt du projet ou evaluation ex-post.

Le cas de figure de la presente recherche concerne l'evaluation ex-anté dans une large mesure. 1.4.3. Le nouveau consommateur

La conception liberale de l'economie de marche consacre la notion de « souverainete du
consommateur » ou du règne du consommateur qui stipule que ce dernier influence, par ses choix,
fixe les prix en adressant des signaux aux entreprises qui y repondent. C'est ce que consacrent tous

les manuels et traités d'enseignement économique qui confient au consommateur l'initiative du marché. C'est d'ailleurs l'analyse que fait Samuelson lorsqu'il établit le parallèle entre ce système et la démocratie politique. Cette conception du consommateur est celle classique ou de la « filière classique » comme le désigne J.K Galbraith et elle épouse le modèle de l'homoeconomicus.

Selon Veblen (1979, pp: 19-23): «consommer, c'est avant tout essayer de consommer plus que son voisin et de le faire savoir»

J.K Galbraith (1968) évoque le phénomène de la «filière inversée» qui entend s'opposer à la «filière classique ». Pour lui, la nouvelle économie est caractérisée par des technostructures qui s'emploient à pérenniser cette filière, en manipulant les consommateurs. Dans cette analyse, le consommateur n'est aucunement, dans le monde moderne, celui qui fait la loi mais plutôt celui qui subit et achète ce que les entreprises désirent lui vendre. Les entreprises modernes utilisent plusieurs moyens dont la publicité et déplument la souveraineté du consommateur.

Kotler et Dubois (2003, pp21-24) analysent le consommateur du 21è siècle et remarquent qu'il est caractérisé par:

- Un pouvoir accru lors du processus d'achat: le consommateur fait attention aux caractéristiques et prix des

produits. Cette caractéristique rejoint l'analyse de la « filière classique » dans une moindre mesure. Blle consacre le diktat des préférences des consommateurs. Bt c'est là où les normes de qualité s'imposent si l'on veut vendre au marché.

- La diversité des produits et services: Cela n'est que l'exigence du libre échange et de la libre concurrence qui caractérisent la nouvelle économie. Mais de la même manière, elle suppose des normes pour réguler un temps soit peu le marché du même produit, pour faciliter le commerce et satisfaire à la fois les exigences de qualité du consommateur.

- Une grande quantité d'information sur tous les sujets: la révolution numérique offre beaucoup d'atouts au consommateur qui peut désormais tout savoir sur le produit qu'il veut se procurer. Ceci renforce sa proéminence et conforte le règne du consommateur sans pour autant contrarier la thèse galbraithienne. Bn effet, d'où viennent les informations et qui est celui qui les conçoit ? Sans hésiter, il s'agit bien des entreprises qui matraquent par la publicité. Il semble bien que les consommateurs ne reçoivent que ce qui est émis et ce que l'on veut qu'ils entendent.

- Lafacilité de demande: les normes simplifieraient les pertes de temps liées à la comparaison des produits et faciliteraient la demande puisque grâce à elles, le consommateur connaîtrait les caractéristiques d'un produit et comment les identifier avant de venir sur le marché.

- L'accès aux commentaires sur lesproduits et services: cette caractéristique est complémentaire à la troisième.

En clair, la conception nouvelle, selon ces auteurs, jumelle, bien que dans des proportions diverses, celle de l'homoeconomicus, de la distinction provocante et de la filière inversée. Ceci implique de nouvelles options de l'échange avec le marché.

Nous espérons que ces éléments de caractérisation du consommateur puissent s'appliquer entièrement aux acheteurs des noix brutes de cajou et partant impacter la réaction des producteurs de celles-ci vis-à-vis des signaux émis à travers les normes. En fait, la filière classique continue de s'appliquer dans le marché des noix brutes de cajou où la marge de manoeuvre de nos producteurs reste faible.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.