WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La problématique de l'intégration de l'Afrique face à  la multiplicité des organisations sous- régionales africaines

( Télécharger le fichier original )
par Timothée MBOMBO KASANKIDI
Université de Kinshasa - Licence 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2.La mauvaise gestion des affaires politiques en Afrique

La mauvaise gestion des affaires est un trait marquant qui ronge la quasi-totalité des pays africains dans le domaine politique et administratif. Le comportement des dirigeants politiques africains contemporains ne rappel ni celui des Rois et Empereurs de l'époque précoloniale ni moins encore du PHARAON d'Égypte, ce n'est d'autre que l'héritage direct des autorités qui ont régnés en maîtres absolus sur l'Afrique, à savoir les colons, qui ont laissés des traces profondes sur la psychologie des africains.

Cette confusion de l'espace public et privé dans la psychologie des acteurs politique et fonctionnaires publics africains a donné une liberté sans limite à la partie au pouvoir, dans le trafic d'influence et la capacité de détourner les sommes colossales du trésor public. Ce détournement des sommes colossales du trésor public se fait par des mécanismes administratifs et financiers, chacun des postes est transformé en patrimoine privé. Dans ce contexte, la méritocratie n'existe plus pour gravir le haut échelon de la hiérarchie administrative, car le but est de faire plaisir à celui qui contrôle ou gouverne.

Le népotisme, le clientélisme et la corruption s'imposent aussi comme des véritables critères de recrutement aussi politique. Ainsi donc, la mauvaise gouvernance qui a tendance à prévaloir dans le chef des gouvernants, des dirigeants dans la majorité des Etats africains hypothèque sérieusement tous les efforts de développement.50(*)

1.3.La contestation des pouvoirs en Afrique

L'Afrique postcoloniale sur le plan politique se singularise par une tendance dominante parmi tant d'autres en l'occurrence, la contestation des pouvoirs en place.

En effet, dans presque tous les États africains, des coups d'État ou des Mouvements Révolutionnaires ont conduit au renversement des Gouvernements démocratiquement élus et, cette réalité politique de contestation des pouvoirs n'est pas un fait nouveau en Afrique, car elle s'est posée déjà au lendemain des indépendances des pays africains, comme la République Démocratique du Congo (RDC) avec le Gouvernement LUMUMBA.

* 50 OKOKO LUMUMBA, B., De la contribution du COMESA dans l'intégration du continent africain,

Mémoire L2 RI, UNIKIN, 2007-2008.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.