WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La décroissance, panacée ou illusion face aux grands problèmes contemporains ?

( Télécharger le fichier original )
par Aymeric Guittet
Université Paris Sud-XI - Master 1 environnement, parcours économie 2012
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION

La croissance est un phénomène relativement nouveau à l'échelle de l'Histoire. Les sociétés n'ont pas toujours connu des phases de croissance. Mais que signifie ce terme, aujourd'hui si employé qu'il en devient galvaudé, et que son sens échappe ?

La croissance est l'augmentation d'une année sur l'autre du Produit Intérieur Brut (PIB), qui correspond à la somme des valeurs ajoutées (valeur de la production diminuée de la valeur des consommations intermédiaires) réalisée par les entreprises et les administrations publiques d'un pays sur cette période. À ce titre, on assimile le PIB à l'ensemble de la richesse créée.

Pourtant, malgré qu'elle nous apparaisse presque comme un phénomène économique naturel, la croissance est de nature contingente : elle n'a pas toujours existé. Si on ramène l'augmentation du PIB à celle de la population, on constate que du XVe siècle au début du XIXe siècle, celle-ci ne s'est accrue que très modestement : l'augmentation de la production était compensée par celle de la population. Après les guerres napoléoniennes, l'amélioration spectaculaire des techniques agricoles et industrielles changent la donne. L'Europe de l'Ouest connaît un taux de croissance moyen du PIB par habitant de 1,2 % de 1820 à 1913, les États-Unis de 1,5%, et le mouvement se diffuse progressivement aux autres régions du monde'.

Dès lors, la croissance sera continue, et malgré des ralentissements, les épisodes de retour à la croissance nulle (ou « stagnation ») voire même de récession, seront, hormis l'Asie jusqu'en 1950, rares et limités dans le temps. Les plus notables ont eu lieu au début des années 30, après le choc pétrolier de 1973, et très récemment en 2010.

Aujourd'hui, l'enjeu de la croissance est omniprésent. Celle-ci est considérée comme le ressort de la richesse, de l'emploi, du pouvoir d'achat, des politiques publiques, de l'avancée technologique, en somme de la prospérité d'un pays. Elle mérite les mensonges plus ou moins conscients du gouvernement, lequel, pour redonner confiance, annonce des taux de croissance optimistes, revoit ensuite pas à pas ses prévisions, et en dernier ressort, pour sauvegarder l'espérance et les apparences, prédit une croissance tout juste positive2. La croissance, et avec elle le spectre de la récession, font les beaux jours des médias, qui en font régulièrement leurs gros titres3, et le moteur de recherche « Google actualités » donne plus de cent résultats d'articles au

'VIDAL (J.-F.), « La régulation de l'économie : théories et applications à l'économie internationale », cours de Master 1 Études Internationales, Université Paris Sud-XI, année universitaire 2012-2013, tome 2.

2« Croissance : Moscovici officialise les prévisions de +0,1% en 2013 et +1,2% en 2014 », article du quotidien La Tribune, 7 avril 2013, http://www.latribune.fr/.

3Citons notamment Le Figaro des 9 et 10 mars, Le Monde du 21 mars, le site internet du Point les 22 et 28 mars.

4

cours du dernier mois pour la recherche « croissance économique »4.

La chute du communisme semble donc avoir consacré le modèle capitaliste et son corollaire, l'augmentation continue de la production, censée apporter richesse à la société entière. Il n'y a pas de débat, encore moins d'alternative : il faut coûte que coûte encourager la croissance, sans cesse la stimuler ou le chaos arrivera : l'économie et le modèle social s'effondreront, des emplois seront perdus, le pouvoir d'achat baissera, la pauvreté augmentera.

Il est nécessaire de combattre cette orthodoxie et de permettre les interrogations pour débattre des bases de notre raisonnement et de nos modes de pensée. Dès la décennie 1970, a été mise en avant l'idée qu'au lieu de s'accrocher à un modèle en déclin car à de nombreux égards non tenable, et de subir finalement la récession, il faut choisir librement le changement, par la décroissance.

La décroissance constitue-elle un solution alternative viable face aux grands problèmes contemporains ?

4 https://www.google.fr/search?hl=fr&gl=fr&tbm=nws&q=croissance+%C3%A9conomique&oq=croissance+%C3% A9conomique&gs l=news-

5

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)