WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

De la nécessité de la renaissance de la RDC face à  l'impératif de la recomposition stratégique africaine et globale post-blocs

( Télécharger le fichier original )
par Rossy MUKENDI TSHIMANGA
Université pédagogique nationale (RDC) - Licence en relations internationales 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION GENERALE

La renaissance de l'Etat est un besoin bien réel en cette phase historique de la République Démocratique du Congo. L'idée fait depuis un certain temps l'unanimité au sein de sa classe politique ainsi que de l'ensemble de sa population. La vision centrale dans ce qui apparaît comme une nouvelle philosophie sociale est celle de redonner à l'Etat les moyens nécessaires et suffisants dans l'exercice de sa souveraineté sur son territoire et dans ses rapports avec d'autres entités souveraines. La reconstruction n'est en réalité que cette quête d'empuissancement de l'Etat congolais. Comment y parvenir dans un monde en recomposition ? comment faire passer l'Etat de son stade actuel de simple espace des matières première ouvert au commerce de tous et exposé aux convoitises étrangères à celui d'une véritable communauté de destin ? Quelles sont les opportunités qui lui sont offertes pour renaître à la grandeur, à la puissance et à l'influence ? C'est à ces différentes préoccupations que nous avons tenté de répondre dans ce mémoire.

Nous sommes partis de l'hypothèse selon laquelle, la redéfinition des rapports des forces mondiaux devrait impérativement amener le Congo à se réorganiser à l'intérieur en fonction des dynamiques mondiales. Cette réorganisation ne devrait pourtant pas se borner en une simple normalisation de la vie politique mais qu'à celle-ci devrait correspondre un sérieux travail de réinvention de l'ensemble du système publique. L'empuissancement serait l'axiome majeur dans la conduite du destin national.

Des résultats de nos investigations est analyses, il ressort que le monde n'est plus même dans sa configuration post blocs, il a changé tant dans ses caractéristiques que dans son fonctionnement. L'avortement du désire d'instauration d'un nouvel ordre mondial plus paisible et plus sécurisant, bâti sur des nouvelles valeurs politique et économique (la démocratie et le libéralisme) a accentué l'instabilité et les menaces qui pesaient déjà sur les sociétés parties, rendant ainsi difficile le contrôle des affaires mondiales par une entité quelconque. Mais le comble c'est que face à ces convulsions post-blocs, le Congo se retrouve dans un Etat d'effondrement poussé qui hypothèque l'exercice effectif de la souveraineté de l'Etat à l'intérieur et réduit considérablement sa marge de manoeuvre dans ses rapports avec d'autres souverainetés.

Tous les secteurs vitaux de l'Etat sont en faillite et nécessitent une profonde restructuration. Cette déliquescence ne s'explique fondamentalement que par la nature du système d'organisation politique que le pays a connu depuis son accession à l'indépendance et à la souveraineté. L'effondrement de l'Etat, comme nous l'avons souligné, était à la fois une cause et un effet politique qui ont leurs implications économiques, sociales et autres et qu'en définitive, la tyrannie détruisait elle-même l'Etat impitoyable qu'elle a créé.

Pour guérir de ce mal géopolitique, nous avons estimé, conformément à notre hypothèse ou position de départ que, l'Etat congolais devrait s'inscrire dans un processus de reconfiguration reposant sur une praxéologie binaire mais concomitante impliquant à la fois le redressement de son système public global interne et un effort de repositionnement sur la scène mondiale.

Le redressement du système public interne devrait se traduire par la continuation et la consolidation du processus démocratique, la restauration de l'administration et de la justice véritable, le renforcement des capacités de production et de mobilisation des richesses, la reforme en profondeur du secteur de sécurité ainsi que la redynamisation et rationalisation de l'appareil diplomatique du pays.

Certaines démarches ont déjà été amorcées dans ce sens, mais avec pourtant moins d'emphase et qu'il faudrait procéder d'urgence à des rajustements ou recadrages pour parvenir aux résultats escomptés c'est-à-dire doter l'Etat des moyens ou des capacités d'accomplir effectivement les missions inhérentes à sa raison d'être. Il s'agit en d'autres termes pour la Rdc de passer du stade de la souveraineté aspirationnelle consacrée par le droit internationale à la souveraineté praxéologique ou opérationnelle qui dépend de la maîtrise de certains déterminants de la puissance.

Le volet repositionnement prend en compte la conduite de l'Etat dans ses rapports avec le monde extérieur. Il présuppose le recouvrement par le Congo de son rang d'acteur stratégique régional au bénéfice du rayonnement national, de la stabilité et de la paix en Afrique centrale et sur l'ensemble du continent. Ce qui procéderait d'un engagement responsable du pays dans le jeu diplomatico-stratégique, dans le flux commercial et financier mondial ainsi que dans l'organisation des espaces d'intégration ou de solidarité africains. Un rapprochement avec les puissances occidentales est souhaitable dans sa quête de paix et de stabilité étant donné que celles-ci jouent un rôle majeur dans la distribution des cartes dans cette région. Sa participation au jeu de la mondialisation lui permettra de consolider son économie et de réaliser des excédents nécessaires à sa politique étrangère. Le jeu d'intégration devrait finalement servir de multiplicateur dans la résolution des deux précédentes équations.

Nous avons finalement insisté sur une série de mesures d'accompagnement qu'il faudrait adopter pour que le processus atteigne effectivement son point d'achèvement. Le destin du Congo ne pourra être que celui que les congolais eux-mêmes auront décidé. La réversibilité de l'informalisation de l'Etat dépendrait exclusivement de la volonté, de l'inventivité ou créativité et de la sérénité de toutes les composantes de la société. Une prise de conscience collective sous l'impulsion des dirigeants légitimes, patriotes et visionnaires reste le meilleur encrage pour la renaissance du Congo dans ce monde en recomposition.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net