WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

De la nécessité de la renaissance de la RDC face à  l'impératif de la recomposition stratégique africaine et globale post-blocs

( Télécharger le fichier original )
par Rossy MUKENDI TSHIMANGA
Université pédagogique nationale (RDC) - Licence en relations internationales 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3. Choix et intérêt du sujet

Le choix de ce sujet est dicté par le sens du devoir qui caractérise les intellectuels en général et les internationalistes en particulier, celui de penser le devenir de leur nation dans un monde complexe et dynamique. Cette étude nous permet non seulement d'intérioriser la configuration et les dynamiques du système international post blocs mais également et surtout de pénétrer les dimensions internes et externes de l'effondrement et donc du déclin de l'Etat congolais présenté comme moteur d'intégration économique et de stabilité pour l'ensemble du continent africain. Cela en vue de rechercher des mécanismes efficaces d'empuissancement de l'Etat et de sa réinsertion dans la dynamique de la gouvernance mondiale.

L'intérêt de cette étude réside dans le fait que les analyses qui en découleront pourront vraisemblablement éclairer l'action du pouvoir public, orienter objectivement et rationnellement les stratégies ou politiques à mettre en oeuvre dans le cadre de la reconstruction du pays. Il s'agit pour nous, en tant que scientifique, de donner à la volonté politique de reconstruction du Congo démocratique telle qu'exprimée par ses dirigeants une grille de lecture, un référentiel parmi tant d'autres dans l'atteinte de cet objectif.

4. Approche méthodologique et théorique

La scientificité d'une étude repose essentiellement sur la démarche intellectuelle que le chercheur adopte dans l'explication du phénomène étudié (méthode), sur les mécanismes employés pour la collecte des données (technique) ainsi que sur le cadre théorique auquel il fait référence.

4.1. Méthodes et techniques de recherche

Dans le cadre de cette étude, nous avons opté pour la méthode géopolitique et pour la technique documentaire.

La géopolitique, écrit François Thual, construit sa démarche sur des conflictualités des pouvoirs autour des enjeux territoriaux, le territoire étant porteur des promesses d'identité, de prospérité et de puissance. Face à ces conflictualités congénitales, deux postures stratégiques semblent s'imposer aux Etats en vue d'assurer leur survie et de garantir leur destin respectif. Il s'agit de « contrôler » et « contrer ». Contrôler consiste à imposer directement où indirectement sa volonté ou son influence sur les autres pour satisfaire ses ambitions identitaire, économique et de puissance qui fondent ce désir de territoire. Contrer suppose en retour un refus de se faire imposer une volonté ou influence extérieure quelconque. C'est donc de cette dialectique entre le désir et son objet que se forme la méthode géopolitique1(*).

L'action de l'Etat étant d'abord « réflexive » ou ethnocentrique par essence, il importe au préalable pour chaque Etat de maîtriser parfaitement sa propre géographie ou espace, de contrôler effectivement et efficacement son propre territoire par des administrations civiles et militaires pour espérer s'engager sans risque ou avec un coût réduit, marginal dans l'autre volet stratégique, celui de la puissance. La renaissance de la RD Congo devrait impérativement s'articuler autour de ces deux variantes stratégiques c'est-à-dire travailler à doter l'Etat des ressources ou moyens propres pour exercer l'autorité publique sur l'ensemble du territoire national d'une part, et d'autre part de s'engager dans le jeu de puissance et d'interdépendance à l'échelle continentale et/ou globale. Car de l'avis de Robert Bosc, un Etat qui ne dispose pas de consistance propre ne peut jouer ni de la puissance, ni de la communication2(*).

Faudrait-il cependant insister sur le fait que ce projet de renaissance de la RDC étant porteur des ambitions ou intentions de puissance ne suscitera absolument pas l'enthousiasme de certains Etats du continent et d'ailleurs qui tirent visiblement profit du déclin de ce pays. Le Congo doit donc se préparer à faire face à l'adversité que va immanquablement lui imposer certains Etat qui voient dans ce réveil du géant une menace de transformation de l'équilibre stratégique dans cette partie du monde. C'est pour ainsi dire que l'aboutissement du processus de reconstruction du Congo entraînera la déchéance de certains Etats qui paradoxalement travailleront à le contrecarrer ou à en limiter l'impact.

La technique documentaire pour sa part nous permet de collecter des données dans divers supports scientifiques (documents écrits) en fonction desquelles nous allons élaborer nos faits.

* 1 Thual. F, Contrôler et contrer, stratégies géopolitiques, Ellipses, Paris, 200 pp6-7.

* 2 Bosc. R, Le Tiers monde dans la politique internationale, Aubier Montaigne, Paris, 1968, p114.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net