WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le pouvoir de la population sur son environnement! Cas du Plateau de Millevaches

( Télécharger le fichier original )
par Julien Dupoux
Université Paris Sorbonne IV - master 2 2012
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

Mea ultima culpa

C'est l'heure de l'ingratitude. Je voyage, j'analyse j'observe et on pourrait bien croire que je rends un verdict. Je suis dans un environnement, je m'y mêle et je m'en départis. Je tire des conclusions, ou plutôt des positions, que j'attends être lues des intéressés. Conclusions froides, plantées, ingrates en ce sens que le papier les fige.

Je me suis rendu compte que le temps que je me suis imparti a handicapé quelque peu ma méthodologie. J'ai intégré de nombreux commentaires des habitants sur mon travail puisque je développais celui-ci au fur et à mesure de mes entretiens et les débats que j'ai pu tirer sur la science, l'autorité, la position de pouvoir ont été soulevés par certains retours sur ce que j'envisageais d'écrire. Mais je ne me suis donné que peu de temps pour, une fois une rédaction achevée, la soumettre de nouveau au commentaire : pour cela, il faut aller voir les gens, leur lire de but en blanc ce que vous avez écrit, ce qui dédouble presque les entretiens. Sinon, si j'envoie simplement mes notes, les laisse imprimées pour les faire lire, les personnes peuvent donner leur avis mais discutent moins de mes notes. Ensuite, il faut réintégrer leurs commentaires. Et le processus peut être infini. Mais des recherches géographiques, sociologiques, scientifiques peuvent-elles être finies ? Elles ne peuvent dire que ce qu'elles font de faux. J'ai lu à quelques paysans mes notes pour en discuter et les ai laissées aux personnes qui disposent d'un bureau (associations, institutions) quand je ne les trouvais pas sur place. Bien sûr, j'aurais mieux fait de les revoir physiquement. Si cette démarche apporte beaucoup de précisions à mes travaux : je n'en suis pas sûr. On peut se contenter de dire qu'on est plutôt d'accord. J'ai rendu les paragraphes qui concernaient les intéressés en premier chef, il est donc des chances -si je ne me suis pas trop trompé- que ce qu'ils lisent sur eux ne porte pas trop à débat. Montrer un autre chapitre risque de susciter davantage de réactions. Risquera. Car ce n'est pas parce que la conclusion s'écrit que tout doit être classé. Ce n'est arrêté que pour la première présentation que j'en ferai à l'université.

Cette conclusion, j'y viens. J'ai pris le cas du Plateau de Millevaches pour regarder quelles formes de pouvoir émergeaient de la population locale, de quelle façon les habitants pouvaient décider de leur environnement.

J'ai supposé le contexte paysager assez peu révélateur de ce pouvoir puisque les champs sont peu nombreux et les résineux omniprésents bien que personnes extérieures au Plateau puissent le considérer comme un espace protégé et sauvage. S'il est vrai qu'on trouve des landes et

126

tourbières, entretenues et maintenues par des troupeaux (donc par des paysans), on remarque surtout l'étendue spatiale qui est mangée par les conifères. Les données du Limousin font même apparaître le Plateau comme un territoire dédié aux résineux. Cette occupation des sols est bien un pouvoir qui échappe aux habitant puisque la majorité de la surface appartient à des non-habitants et est gérée par des coopératives forestière. On peut même aller plus loin, puisque le bâti, lui aussi n'est pas majoritairement détenu par les habitants pour dire que la propriété est un frein aux pouvoir des habitants sur leur environnement. Ce qui laisse champ libre à une gestion industrielle, coloniale et très peu écologique des sols et une confiscation du bâti qui limite un renouveau démographique, condition essentielle du maintien des services primaires dans cette zone. Ceux qui tirent des richesses, des capitaux du plateau de Millevaches n'y habitent pas. Une redistribution de la propriété me paraît essentielle sur le Plateau et pour ceux qui voudraient s'installer et pour ceux qui y habitent sans presque avoir de terrain. Les tourbières et landes font l'objet d'une gestion concertée entre le Parc Naturel (ou Natura 2000) et les paysans mais le reste des sols demeurent la proie de ceux qui les veulent piller et ne font l'objet d'aucun partage, d'aucune concertation. La détention du foncier doit être remise en cause ; certaines associations -comme l'ARBAN- s'y attèlent et d'autres comme « Nature sur un Plateau » revendiquent leur droit de décision quand à l'environnement physique qui les entoure. Les habitants sont nombreux à dire que les possédants extérieurs au Plateau sont un problème, un moyen de domination sur leur espace de vie et potentiellement sur leur vie ; reste à savoir si les possédants (et exploitants comme les coopératives) trouvent juste cette situation. Toujours est-il, selon Sophie Le Floch, qu'ils se conçoivent comme un milieu fermé, sont favorables à la fermeture du paysage par l'enrésinement et condamnent l'installation de « marginaux » sur le Plateau contrairement aux habitants qui souhaitent l'ouverture du paysage, le partage du terrain et s'ouvrent plus facilement aux touristes et aux nouveaux venus [Le Floch, 2008].

Ces richesses qui échappent à la population du Plateau et imposent une occupation rentable (pour les possédants extérieurs) des sols ne sont toutefois qu'une position de pouvoir qui ne sera réelle autant qu'elle sera adoubée. Car les habitants disposent bien de leviers de pouvoir. Le premier d'entre eux est de s'associer pour dynamiser le territoire : les associations et collectifs, en particulier sociaux, sont en effet très nombreux sur le Plateau. Non seulement sont-ils nombreux mais entretiennent-ils de forts liens entre eux ce qui leur vaut une certaine reconnaissance, notamment auprès des institutions locales : le Parc et les Communautés de Communes mais aussi extra-locales : les départements, la Région, voire la Nation. Il y a une réelle activité culturelle sur le Plateau de Millevaches. Si j'avais pu apercevoir son existence,

127

je n'imaginais pas les manifestations culturelles, les débats être aussi nombreux sur le Plateau. Dans le domaine de l'écologie, on trouve aussi diverses expériences. Expériences qui marquent physiquement le paysage et obtiennent une certaine reconnaissance, y compris scientifique. La culture libertaire s'exprime, quant à elle, à travers le fonctionnement horizontal des différents collectifs et à travers les médias. Elle porte une organisation différente de celle des institutions où les décisions sont perçues comme descendant d'une pyramide et où l'expertise, la science, est proposée, voire imposée à la population plus qu'elle ne lui est donnée ou n'en est tirée. Des initiatives d'éducation populaire permettent cette distribution des savoirs.

Cette force du tissu associatif et des revendications environnementales marque le paysage culturel, l'environnement humain ; c'est également le cas dans d'autres régions comme l'Intag en Equateur. La culture, l'influence idéologique peuvent être identifiées comme primordiales par certains auteurs comme Claude Levy-Strauss ou Paul Claval.

Et c'est peut-être ceux qui utilisent le plus la culture qui perçoivent le mieux leur pouvoir sur leur environnement. C'est un moyen de se sentir acteur de sa propre vie, susceptible de participer à des changements dans l'environnement local. Les habitants les plus isolés, même lorsqu'ils disposent d'une propriété importante semblent subir la faiblesse démographique régionale sans se sentir la possibilité d'y remédier, se sentir spectateurs de leur région davantage qu'acteurs intégrés à l'environnement.

Cette intégration, plusieurs habitants l'ont provoquée en adoptant un rythme de vie qui leur permet de s'extraire du rythme industriel astreignant et accaparant. Dans le domaine agricole, la gestion collective ou le couplage de l'agriculture à d'autres activités peuvent permettre de dégager des loisirs dans une profession qui est vécue comme en laissant peu. Ceux qui ne perçoivent pas leur leviers de pouvoirs, ni ne font le pas vers les leviers culturels peuvent se trouver exclus du dynamisme et des orientations locales. Un des enjeux pour les collectifs ou les institutions locales est d'apporter des services (ce qui est mis en place), des manifestations culturelles à proximité de chez ces habitants en les y invitant de visu... et sûrement organiser des possibilités de loisirs.

Malgré la réelle confiscation du paysage physique, exception faite du petit patrimoine qui est soigné par les habitants, des leviers de pouvoir sur l'environnement existent sur le plateau de Millevaches. Ils sont liés à l'activité des collectifs sociaux et donc saisissables davantage par les personnes qui ont des liens avec ces collectifs. Leur nature est liée à la transmission du savoir, de la culture, aux moyens de s'exprimer (comme les médias locaux) et à la conception

128

que le pouvoir puisse se passer de tête. Ce qui fait que le Plateau n'est pas qu'un espace géophysique mais aussi un espace social.

Je pense donc que le développement de ces leviers culturels, des moyens d'expression pour chacun, des conditions souples de travail -comme de propriété- qui permettent à chacun d'investir le territoire et d'être l'environnement sont primordiaux quant à la réalité de la démocratie, le pouvoir de décision de chacun sur son lieu de vie. La répartition de la propriété ne pourra se faire que s'il s'agit d'une demande exprimée des habitants tout comme le changement de gestion forestière. Demande qui débouchera sur des organisations mettant en place des actions dans ce sens.

L'hypothèse que l'influence culturelle devient un pouvoir local important quand il est utilisé reste à mon sens, pour le moment, confortable. Qu'il puisse y avoir une présence du plateau de Millevaches (comme de l'Intag ou du Larzac) à diverses échelles dénote aussi d'une reconnaissance du pouvoir local. Mais évidement, dans cette étude, je me suis concentré sur les points de vue locaux puisque je voulais savoir comment, localement, on pouvait décider de son environnement et le franchissement des échelles reste soumis à la perception que peuvent en avoir des collectifs, institutions ou habitants extra-locaux et aux discours qu'ils peuvent tenir sur la localité en question.

Le pouvoir local peut-il se concevoir à l'échelle locale ? L'environnement local est considéré comme un espace d'autonomie, que l'on peut connaître et susceptible de pourvoir à nos besoins. C'est un espace où l'on peut cultiver son champ, s'exprimer, monter un projet. L'autonomie vis-à-vis des échelles plus larges est vue comme un facteur de liberté, de pouvoir sur soi-même, de refus de la domination mais l'environnement est avant tout une question de dépendance. Dépendances qui peuvent être comprises ou subies. Elles nous amènent à regarder non seulement le pouvoir qui s'exerce mais celui qui se dilue. C'est ainsi qu'on peut entendre les discours qui déclarent ne désirer ni d'impact, ni d'influence, ni de pouvoir.

Si je veux considérer l'environnement comme un espace vécu, est-ce que je peux vraiment le considérer comme local ? La production de viande limousine n'est pas destiné au marché limousin. Il existe, non seulement une dépendance entre toutes les parties d'un environnement (au titre d'écosystème) mais entre les différentes dimensions de l'environnement. Tout m'entoure et l'une de mes premières dépendances est cette étoile autour de laquelle je tourne et par laquelle je vois le monde, qui rend mon ciel ou clair ou obscur.

Les relations se tissent à travers diverses échelles ; dans le pouvoir des habitants sur leur environnement, il y a le pouvoir d'environnements divers sur les habitants. Il est difficile de revendiquer l'origine de l'influence.

129

Les liens associatifs sont aussi nationaux et les diverses rencontres et débats sur le Plateau font intervenir des personnes extérieures. La culture mise en avant n'est pas qu'une culture locale, fabriquée par les habitants. Le pouvoir culturel ne consiste pas qu'à fabriquer sa propre culture mais à s'imprégner de celles des autres. Un levier de pouvoir culturel saisi par des habitants dépend aussi d'un pouvoir culturel à plus large échelle. La dépendance engendre davantage de dynamisme que l'autonomie. La communication avec l'environnement extra-locale est donc primordiale pour que chacun ait du pouvoir sur son territoire.

L'énoncé de telles trivialités remet toujours en cause la vanité dont on s'arroge de la fabrication d'une conclusion.

Si un espace se reconnait comme dépendant d'autres espaces, ce qui pourrait lui être accolée comme identité ne lui est en rien due. La direction de ce que j'ai nommé pouvoir est, par là même, abolie. L'erreur était déjà dans la question : quel est le pouvoir de X sur Y. Je peux, une fois considéré les dépendances, tout au mieux chercher comment circule le pouvoir. Ou plutôt comment s'exerce l'impuissance si la puissance réelle doit se trouver dans son non-exercice.

Les échelles des sociétés humaines, leurs organisations, l'aménagement du territoire, devenu culturel et humanisé une fois décrypté par des langues humaines, peuvent tous se lire à travers le pouvoir, ou à travers l'impuissance, des individus qui les composent.

Dimanche 13 mai,

Le pouvoir peut très bien faire de nous des victimes. Nous pouvons nous concevoir comme telles : des victimes du pouvoir et des victimes de l'environnement qui ne font que s'y mouvoir pour le servir à d'autres. A moins que nous soyons le pouvoir. Que nous considérions être une énergie plutôt qu'un corps, que nous nous définissions dans le doute entre notre nature corpusculaire ou ondulatoire. Comme la lumière. Dit comme ça, on réserverait plutôt ce regard aux rapports amoureux, au déplacement d'un cil qui doit vous mettre à genou. Comme un tyran qui courbe l'échine pour recevoir sa couronne.

Je devrais réfléchir à mon pouvoir. Parce que de la goutte de ce suc que j'aurais pu réclamer lors de mon étude sur le plateau de Millevaches dépend l'orientation de mes analyses et les limites qui vont nécessairement endiguer leur justesse.

Alors, je réfléchis sur le pouvoir que l'habitant peut avoir dans un endroit et je craindrais de parler de mon pouvoir ? Que dirais-je à leur place ? Evidemment, je n'ai pas envie d'être une victime, je ne vais pas dire que je n'ai pas de pouvoir. Je n'ai pas envie de croire que les lois

130

ou les détenteurs de l'argent dirigent ma vie. Je n'organise pas ma vie dans la croyance qu'ils ont le pouvoir. Mais que dire : je veux vivre, moi aussi. Alors quoi : ne regarder à rien et travailler n'importe où pour gagner de l'argent pour m'acheter le droit de dormir et de manger. Ce confort n'est que le résultat de l'esclavage. Alors j'ai vraiment du pouvoir puisque je peux choisir la direction de mon pas ou l'expression de mon visage. Mais de quoi dépend encore ce pas ? Je n'ai pas complètement choisi d'aller sur le plateau de Millevaches, et mon sujet nait de ma dépendance aux discours sur la démocratie, à la culture qui m'entoure. Et une fois sur place, est-ce que j'ai encore l'autorité de mon étude ? Si je venais pour vendre des carottes, aurais-je eu le même accès au territoire, la même appréhension ? Si j'avais mis une casquette de vendeur de carottes en gardant mes questions, aurais-je seulement tiré des réponses ? Je ne vais quand même pas dire que j'ai eu du pouvoir sur le plateau de Millevaches lorsque j'ai fait mon étude, ce ne serait que trop prétentieux. Peut-être que mon étude peut avoir de l'influence. Si je suis déjà déçu de dire que je n'ai pas de pouvoir ? C'est donc, in fine, que j'en cherche ? Ou je cherche des dépendances.

Grandeur et dépendance. Même si ce ne me sert à rien, je peux faire le pari que je veux bien exister. L'origine du pouvoir, ce ne peut pas être le prestige... Et je vais planter cette graine, de mes mains la planter, pour être sûr que cette bonne action, cet arbre planté, cet arbre qui va me survivre, que cette ombre vienne de moi. Et on cueillera des fruits, on se nourrira de mon pouvoir. Grandeur. Le prestige, qu'à cela ne tienne, j'ai voulu croquer les fruits, moi aussi. J'ai voulu, par cet acte voulu, que d'autres croquent mes fruits. Et pour croquer mes fruits, il fallait bien qu'ils ne les trouvent pas ailleurs. Dépendance. C'était moi qui dépendais de leur consentement à cueillir mes fruits, à ce que je propage mon environnement. Et voilà que je veux contrôler l'environnement, ce qui est bon, ce qui est comestible. Seul puisque je m'attire tant de monde par mes actes, seul puisque je crois en ma science et en la perfection de mon environnement. Alors il y a l'exercice de mon pouvoir depuis ma position reconnue de planteur acharné, de bienfaiteur. Il y a mon pouvoir qui n'a pour origine que mon ignorance. Puisque je ne sais plus rien de ce qui n'est plus moi, puisque mon être commande. Décadence. Je n'ai plus que ce pouvoir fictif qu'il me reste de mon action. Et on brise mon action plus loin, simplement en vivant. L'arbre me survit et je me rends à la terre. « Comptez mes trésors et mes actions, reconnaissez mon rayonnement » ai-je l'air de dire depuis ma tombe. Saluez votre bienfaiteur. Et battez-vous pour mon Empire.

Mais ce n'est pas moi qui aie existé, ce n'est pas mon Empire. Pourquoi aurais-je voulu faire ça ? La domination a balayé mon pouvoir, a balayé ma reconnaissance. Bienfaiteur et

131

dictateur, allons, plait-il, trouvez à cet homme une identité. D'ailleurs ce ne peut pas être moi ; je ne plaide pas en sa faveur. Regardez-le, il est couché sur son lit, imbibé de sa drogue, la seule qu'il a fini par connaître. Ayez pitié car, en réalité, c'est vous qui aviez du pouvoir sur lui et il ne s'agissait pour vous que de lui tendre vos fruits, de ne pas croire que la main qui enfouissait la graine faisait l'arbre. Mais l'eau qui l'arrosait, le sol qui la nourrissait et les vers qui permettaient à la nourriture de venir au sol.

Qu'on ne me doive rien, ce sera mon grand pouvoir.

Mais ce trésor, cet Empire, il reste encore à vous le partager. Vous pourriez bien en faire quelque chose. Le posséder, le dédoubler. Vous ne doutez pas que vous saurez en user intelligemment, en répartir les bienfaits sur la société. Que vous ferez la société plus grande, un environnement à votre taille.

Le prix du confort n'est que celui de l'éternité.

132

133

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.