WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Coopération transfrontalière en Afrique de l'ouest: Enjeux et perceptions des populations burkinabè

( Télécharger le fichier original )
par Monique Bassénewindé OUEDRAOGO
Université de Ouagadougou - Master 2 de recherche en Sociologie 2012
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

III. Concepts, champs et paradigmes

3.1. Définition des concepts

Dans le cadre de cette étude, nous allons définir les concepts ci-après : coopération transfrontalière ; Etat ; politiques publiques ; perceptions.

3.1.1. La coopération transfrontalière

Le concept de « coopération transfrontalière » est composé du nom « coopération » et de l'adjectif « transfrontalier ».

D'un côté, la coopération est une forme d'organisation collective qui encadre parfois des relations économiques. Elle existe sous des formes spontanées, souvent individuelles, en particulier avec les Systèmes d'échanges locaux (SEL), sous des formes organisées par des structures (économie sociale), par des comportements (économie solidaire) ou par des contrats (cas des logiciels libres avec le principe de copyleft)37(*). Dans un système basé sur la coopération, les différents acteurs travaillent dans un esprit d'intérêt général de tous les acteurs. Cela suppose un certain degré de confiance et de compréhension. Dans cet esprit, la coopération est antagoniste à la concurrence.

De l'autre, le concept « transfrontalier » a trait au franchissement d'une frontière, aux relations entre pays, de part et d'autre des frontières, selon le dictionnaire Larousse38(*). Pour Michel Foucher cité par Thomas Lothar Weiss (1997 : 653), «Les frontières sont des structures spatiales élémentaires, de forme linéaire, à fonction de discontinuité géopolitique et de marquage, de repère, sur les trois registres du réel, du symbolique et de l'imaginaire. ».

De nombreux concepts sont nés et sont relatifs, peu ou prou, aux frontières : espaces transfrontaliers, périphéries frontalières, dynamiques frontalières, pays-frontière, coopération transfrontalière.

Lassané Savadogo (1993) s'est intéressé à ce qui différencie la coopération transfrontalière de l'intégration régionale39(*). Pour lui, il existe une différence de nature et non de degré entre les deux concepts. Pour ce faire, il se base sur une certaine typologie des organisations internationales, laquelle typologie opère une distinction entre les organisations qui seraient de simple coopération et celles qui auraient un caractère d'intégration. A ce sujet, les Etats disposent d'une panoplie de moyens. En effet, ils ont le choix entre les moyens inorganiques et les moyens organiques. Dans le premier cas, les Etats ne créent pas « d'être juridique particulier » pour gérer leurs relations : ils restent en « tête-à-tête » : c'est l'organisation de coopération. Dans le second cas, les Etats créent une personne morale : c'est l'organisation d'intégration. Et l'intégration est vue à la fois comme une situation et surtout comme un processus. Autrement dit, écrit L. Savadogo (1993 :138), « Les organisations de coopération sont conçues comme étant celles dans lesquelles les Etats participants n'ont pas renoncé et ne sont pas disposés à renoncer à leur existence souveraine. ». Ces organisations ont donc des pouvoirs limités, non nécessairement dans leur étendue, mais surtout dans leur densité. En revanche, les organisations d'intégration sont d'un type moins rudimentaire que les organisations de coopération. « L'objectif qui leur est assigné est de réaliser, à terme, l'unité de l'ensemble constitué par l'organisation. », L. Savadogo (1993 :139). L'auteur signale par ailleurs que le traité constitutif de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) semble employer indifféremment le concept de coopération et celui d'intégration. Mais on aboutit au constat que la volonté des pères fondateurs est l'intégration des Etats participants. Ce projet est conçu comme devant se réaliser progressivement et la coopération est comprise comme une étape et un moyen pour y parvenir, conclut l'auteur.

En définitive, l'on peut retenir dans cette étude que la coopération transfrontalière est une coopération visant à développer les rapports de voisinage entre collectivités ou autorités territoriales relevant de deux ou plusieurs Etats, dans l'optique d'un développement politique, économique, social et culturel. Mais quel contenu donner à l'Etat ?

* 37 http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=89827428

* 38 http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/transfrontalier_transfrontali%C3%A8re/79124

* 39Pour l'étude du SNAT, Phase 1, volume 3 (2009 : 593), « L'intégration est un processus par lequel deux ou plusieurs pays cherchent à éliminer les barrières discriminatoires existant entre eux pour établir un espace économique unique ».

précédent sommaire suivant