WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude comparative de la production du manioc dans les différents districts de l'ex-province du Katanga de 2005-2014

( Télécharger le fichier original )
par Loddy LOBWA KABABILA
ISS Lubumbashi - Graduat 2016
  

précédent sommaire suivant

C. COMPARAISON DES EFFETS MOYENNES

Lorsqu'à l'issu d'une ANOVA on est amené à répéter une hypothèse d'égalité de plus de deux moyennes (ont de plus de deux effets) relatives à un critère de classification fixe, la question se pose de savoir, quelles sont parmi les moyennes considérées, celles qui différent significativement. Cette question peut être résolue par différentes méthodes de comparaison multiple.

Dans notre travail nous allons utiliser la méthode de la plus petite différence significative ppds ; il est plus facile de calculer une fois pour toute la quantité tl_a2/ (N-p) J2T(1), et

de rejeter l'hypothèse d'égalité des moyennes chaque fois que la différence | XL -- X L | >_ à cette quantité.

L'expression (1) est appelée la plus petite différence significative (ppds).

18

Chap2. APPERCUE HISTORIQUE DE L'EX-KATANGA

I. ASPECT GEOGRAPHIQUE

1. Localisation

Entièrement localisée dans l'hémisphère austral, la province du Katanga est comprise entre 5° et 13° degrés de latitude Sud, soit près de 880 km du Nord au Sud et entre 22° et 31° degrés de longitude Est, soit près de 1000 km de l'Est à l'Ouest. Sa superficie est de 496.877 km2, soit juste un peu plus du cinquième du territoire de la RDC, ce qui la place en deuxième position du point de vue étendue, après la Province Orientale. La province est limitée au Nord par le Maniema, au Nord-Ouest par les deux Kasaï, au Nord-Est par le Sud-Kivu. Le lac Tanganyika sépare à l'Est la Province du Katanga de la Tanzanie et fait aussi frontière au Sud et au Sud-Ouest respectivement avec la Zambie et l'Angola.11

2. Climat et relief y' Climat

Le Katanga connaît une saison pluvieuse et une saison sèche dont la durée augmente au fur et à mesure que l'on se dirige vers le Sud. Deux types de climat donc prévalent sur l'ensemble du Katanga : Le climat tropical humide et le climat tempéré chaud Ces deux grandes saisons sont séparées l'une de l'autre par des phases de transition.12

y' Relief

Partant de sa position dans la partie méridionale de la République du Congo, la Province du Katanga est entièrement dominée par les plateaux et des vieux massifs montagneux présentant un profil orographique en gradins du sud au nord.

Le relief du Katanga se divise en 2 régions distinctes, séparées par une altitude de 1000 mètres: le Katanga des hauts plateaux qui se déroule au Sud, au Sud-Est et à l'Est de la Province.13

La zone du Sud-Est est caractérisée par un ensemble des montages compris entre le Luapula supérieur, le lac Moëro et le Lac Bangwelo. La dislocation de la roche -

11 Monographie de la province du Katanga ; ministère du plan, Kinshasa 2005, p11

12 Monographie de la province du Katanga ; ministère du plan, Kinshasa 2005, p11

13 Monographie de la province du Katanga ; ministère du plan, Kinshasa 2005, p11

19

mère a provoqué, par effondrement, les failles du Luapula, de la Lufira et du Haut-Lualaba.

Cela a occasionné l'apparition de nombreux lacs dont l'Upemba et le Kisale. Par ailleurs l'exhaussement des bords des lignes de ruptures a créé les massifs de Mitwaba, de Kundelungu, Hakansson et autres. La chaîne des monts Mitumba dont l'altitude varie entre 1.500 et 1.750 mètres comprend le plateau de Manika entre Lualaba et la Luvua, un contrefort moins élevée (1.100 m) appelé les monts BIA, au sud-Est du Lac Upemba et les monts Kibara, entre la Lufira et la Luvua. Les monts Kundelungu (1.600 à 1.700 mètres) sont situés à l'Est du cours moyen de la Lufira et à l'Ouest du Haut-Luapula et du Lac Moëro.

La zone de l'Est qui s'étend sur environ une longueur de 1.400 Km et sur une largeur de 40Km, fait partie de la grande crevasse ou graben central. Celui-ci est borné de deux chaînes de montagnes parallèles orientées du Sud au Nord, à l'Ouest et à l'Est des grands Lacs Tanganyika, Kivu, Albert, Edouard. Dans cette zone, seuls les Marungu, hauts de 2000 mètres, constituent la zone orographique de l'Est.

3. Sols et sous-sols

Le KATANGA présente des affleurements rocheux appartenant au soubassement cristallin précambrien (gneiss, granite et schiste) et aux sédiments (surtout sableux) du pléistocène. Ces sols sont constitués de trois systèmes géologiques : le système de Lualaba-Lubilanshi, le système de Kundelungu et le système de Kibara.

Le système de Lualaba-Lubilanshi C'est des sols qu'on rencontre sur les flancs de la cuvette centrale et qui s'étendent pratiquement sur tout l'Ouest de la province. Ce sont des formations sableuses et argileuses, des grès, des argilites, des schistes diversement colorés et même des roches conglomératiques qui, toutes, ont conservé une structure très voisine de l'horizontale.

Le système de Kundelungu occupe la partie Sud-Est du Katanga. Les formations de ce système ont subi les plissements de la période orogénique Kundelungienne, à laquelle sont liées les venues cuprifères du Katanga.

20

L'étage supérieur du système de Kundelungu est formé de grès rouges feldspathiques, avec par endroits les intercalations des schistes rouges et des bancs de grès. Le système de Kibara Ce système s'étend dans la partie centrale et orientale de la province. On retrouve quelques poches dans la zone du système de Lubilanshi. Les sédiments de ce système ont été soumis aux plissements de la période orogénique Kibarienne. Les couches supérieures de ce système renferment des dolomites, des calcaires.

4. Végétation

Tributaire des régimes climatiques en présence, la végétation de la province du Katanga peut être subdivisée en 2 zones : la guinéenne et la soudano guinéenne :

La zone guinéenne, dans le nord de la province avec ses forêts denses dans les vallées qui est malheureusement souvent détruite par l'action de l'homme. Il s'ensuit une haute savane guinéenne parsemée de quelques arbres.

La zone soudano guinéenne dans la partie centrale et le sud Katanga. Ici, le paysage est principalement dominé par les forets clairs mêlés de bambouseraies et d'importantes savanes à Acacias.

5. Hydrographie

Véritable château d'eau, la province du KATANGA loge les cours d'eau et les lacs les plus importants du pays et même du continent. On pourrait encore dire que cette Province est le berceau de tous les cours d'eau importants qui s'écoulent dans la direction Nord, vers la Cuvette centrale. Le Lualaba, nom que porte le fleuve Congo à sa source, constitue l'épine dorsale du système hydrographique du Katanga. . Son régime est fortement lié aux saisons. Le Lualaba prend sa source au pied du mont Musofi à 1.500m d'altitude). Sur les 400 premiers kilomètres, il reçoit de nombreux affluents et poursuit un cours torrentueux, dans une zone de rapides au niveau des gorges de N'zilo où l'on a érigé un barrage.

Ses principaux affluents, sont la Lufira, la Luapula, la Luvua et la Lukuga. Par la suite, le fleuve traverse une vaste plaine vers le Nord et devient navigable sur 630 km jusqu'à Kongolo où les Portes de l'Enfer marquent la fin de sa navigabilité. A part le Lualaba qui est navigable sur environ 640 Km, de Bukama à Kongolo, et le lac Tanganyika sur toute sa longueur, les eaux du Katanga sont pour la plupart entrecoupés des chutes qui

21

empêchent un trafic quelconque à grande échelle Si la navigation est difficile sur certains cours d'eau de la Province par contre bien des chutes naturelles de ces cours d'eau peuvent favoriser la production de l'hydroélectricité.14

En rapport avec leurs origines et leurs formes, les lacs du Katanga sont classés en deux catégories :

? Les lacs de cratère (de Fossé ou Tectonique) cas du lac Tanganyika. Le lac Tanganyika, est le plus profond du globe après le Lac Baïkal et mesure 650 km en longueur sur 40 à 80 Km en largeur. Sa superficie dépasse 32 000 Km2.

? Les lacs de confluence (de plateaux) cas des lacs : Moero, Upempa, Kisale,) Le Lac Moëro a une superficie de 4.501 Km2.

II. ASPECT HISTORIQUE

a) LE KATANGA PRECOLONIAL

Selon les légendes les premiers habitants seraient des Pygmées. Les Bantous arrivèrent au seuil de notre ère et formèrent une myriade de tribus (tabwe, lunda, minungu, hemba, holoholo, etc) apparentées mais souvent antagonistes. Chaque tribu ayant son secteur économique. Les échanges se faisaient à dos d'hommes d'un village à l'autre. Puis des marchands arabo-swahilis venus de Tanzanie arrivèrent dans le pays. Ils s'occupèrent du commerce et se marièrent avec des princes locaux. Les Arabo-Swahilis monopolisèrent le commerce de l'ivoire, des esclaves, des minerais, des épices, des armes, des textiles, et des produits agricoles. De nombreuses tribus essayèrent de s'affranchir de leur domination.15

Les Lundas contrôlaient le Sud du pays, tandis que les Balubas guerroyant contrôlaient le Nord, de la rivière Kasaï au lac Tanganyika. Les habitants utilisaient à côté du troc des croisettes de cuivre comme monnaie depuis le Xe siècle. C'est une monnaie d'échange alors à peine moins précieuse que l'ivoire. La fonte du cuivre était réservée à une secte masculine appelée « les mangeurs de cuivre ». Le symbole par excellence du Katanga était alors le cuivre. La production de cuivre était saisonnière (saison sèche pour la récolte de la malachite puis, en octobre, fonte dans un four en terre). La quantité de cuivre extraite

14 Monographie de la province du Katanga ; ministère du plan, Kinshasa 2005, p12-13

15 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/katanga

22

de cette façon était estimée à plus ou moins 15 tonnes par an. La coulée était faite dans un moule de sable en forme de croix ; puis on l'étirait en fil de cuivre de différentes épaisseurs.16

À la fin du XIXe siècle, un commerçant caravanier de Tanzanie, M'Siri, devenu beau fils d'un souverain local Wasanga appelé Katanga, fonda un éphémère royaume, le Garangeza, qui s'étendait entre la Lualaba et la Luapula et durera jusqu'à sa mort, lors de la prise de possession du territoire par les Belges en 1891. M'Siri se livrait à la traite des esclaves et livrait ses propres sujets à des commerçants swahilis, arabes, portugais ou mbundus contre des fusils. Il fut abattu par le colonel belge Bodson venu négocier au nom de la campagne anti-esclavagiste de l'État indépendant du Congo et qui, menacé par des guerriers de Wasanga, riposta en tuant le chef esclavagiste, mais en y laissant aussi la vie tout en ouvrant, d'un coup, le Katanga à la colonisation.

b) LE KATANGA SOUS CONTROLE BELGE

Léon Tonneau (1863-1919), Représentant du Comité Spécial du Katanga (CSK) de 1903 à 1906. Sous le contrôle belge à partir de 1884, les ressources minérales furent intensément exploitées par des entreprises européennes et belges en particulier (essentiellement l'Union minière du Haut Katanga). Comme la traite des Noirs avait dépeuplé la région, l'administration coloniale déporta des dizaines de milliers de Lubas (du Nord-Katanga ou du Kasaï), d'Angolais, de Rhodésiens, de Ruandais comme travailleurs forcés pour les mines (le travail forcé fut abandonné quelques années après la Seconde Guerre mondiale. La province connut l'arrivée de quelques dizaines de milliers de colons. Avec la construction du chemin de fer BCK reliant la province jusqu'à Port-Francqui, le Katanga connut un développement spécifique et devint un gros pilier de l'économie congolaise.17

c) LE KATANGA INDEPENDANT

À la suite de l'indépendance de la République démocratique du Congo en juin 1960, le Katanga fit sécession du Congo, alors gouverné par Patrice Lumumba en juillet et déclara son indépendance sous l'impulsion de Moïse Tshombe et des milieux d'affaires pro-occidentaux.

16 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/katanga

17 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/katanga

23

Lumumba fut destitué en septembre 1960 lors d'un coup d'État orchestré par Joseph Mobutu. Tshombe fait alors appel à la fois à des mercenaires, dont Tony de Saint-Paul, et l'ex-sous-lieutenant de l'armée française, Bob Denard et au planteur Belge Jean Schramme. Ceux-ci combattront contre les troupes de Mobutu, mais aussi, et surtout, ils tiendront tête aux troupes des Nations unies depuis la fin de 1960 jusqu'à la fin de la sécession, en janvier 1963, épaulés par un unique Fouga Magister rescapé de la force aérienne belge d'Afrique. Leurs équipements hétéroclites, leurs vêtements improvisés et leurs visages souvent dévorés de barbes, les feront surnommer les « affreux » par la population belge qui était restée sur place. Les forces militaires sous l'égide des Nations unies menèrent une campagne de deux ans pour réintégrer le Katanga au Congo, conclue par un plan de conciliation national en janvier 1963.18

d) LA PROVINCE DU SHABA

En 1966, le gouvernement congolais nationalisa l'Union Minière du Haut Katanga, sous le nom de Gécamines. En 1971, le Katanga prit le nom de Shaba (signifiant « cuivre » en swahili). Au cours des années 1970, plusieurs insurrections furent matées par le gouvernement central zaïrois avec l'aide de pays étrangers. Par exemple, durant la deuxième guerre du Shaba, le 13 mai 1978, 4 000 rebelles venus d'Angola occupèrent la ville de Kolwezi, le principal centre minier de la province. L'armée nationale fut incapable de tenir le choc. Quelque 700 Africains et 280 Européens trouvèrent la mort lors de cette invasion. Le Zaïre demanda l'aide des États-Unis, de la France, du Maroc et de la Belgique pour restaurer l'ordre. Les 2 800 ressortissants européens restants furent sauvés par le 2e régiment étranger de parachutistes de l'armée française conduit par le colonel Erulin (voir : Sauvetage de Kolwezi). Cependant il y a toujours la rumeur à Kolwezi que ce sont les services secrets zaïrois qui ont tiré sur les Européens afin de faire intervenir les armées belge et française.

En 1993, après l'effondrement du bloc soviétique, la communauté internationale fait pression sur Mobutu afin qu'il démocratise le pays. À la suite d'une large consultation nationale initiée par le président, une conférence nationale dite souveraine fut organisée. À l'issue de cette conférence présidée par Mgr Laurent Mossengo, Étienne Tshisekedi, un Luba du Kasaï, est nommé Premier ministre. Cette élection provoqua des affrontements meurtriers entre les Katangais « d'origine » et les Kasaïens vivant au Katanga. Du côté

18 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/katanga

24

katangais, l'inspirateur du mouvement fut le gouverneur Gabriel Kyungu wa Kumwanza (un Luba du Katanga). Cette situation engendra des déplacements massifs des Kasaïens et la perte de leurs emplois. Pendant une longue période, les deux communautés sont demeurées dans un antagonisme qui fut fustigé par la société civile et notamment la conférence épiscopale de l'Église catholique du Katanga.19

e) LA PROVINCE DU KATANGA

La province reprit le nom de Katanga en 1997, après la chute et l'exil de Mobutu.

III. ASPECT DEMOGRAPHIQUE

Répartition spatiale des ethnies : A. DISTRICT DE TANGANIKA

a. Territoire de Kongolo : V' Basonge V' Bahemba

V' Baluba V' Bakusu V' Bayazi

b. Territoire de Nyunzu : V' Bena lengwe,

V' Baluba,

V' Bakalanga

c. Territoire de Kalemie : V' Baholoholo, V' Batumbwe, V' Baluba.

d. Territoire de Moba : V' Batabwa, V' Babemba, V' Baluba.

e. Territoire de Manono : V' Baluba

19 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/katanga

25

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !