WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'évolution de la croissance économique en RDC.

( Télécharger le fichier original )
par Franck Kazadi Kitenge
Université Protestante au Congo - Graduat 2015
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE 2 : EVOLUTION DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE EN RDC

Dans ce chapitre, il sera question de présenter l'évolution de la croissance économique de 2010 à 2014, la contribution des différents secteurs au PIB (produit intérieur brut), l'utilisation du PIB, les parts respectives de composantes de la demande globale dans le PIB en pourcentageet enfin les parts relatives des différents secteurs au PIB en pourcentage.

SECTION 1. EVOLUTION DU PIB ET DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

En 2014, l'économie congolaise a été marquée par la consolidation de sa croissance économique, dans un contexte d'austérité et de reprise hésitante de l'économie mondiale. Le produit intérieur brut (PIB), exprimé en termes réels, a en effet enregistré une hausse de 9,5 %, après celle de 8,5 % en 2013; niveau largement supérieur à la moyenne de 4,9 % notée au niveau de l'Afrique subsaharienne. Comme en 2013, la croissance économique est restée essentiellement soutenue par la bonne performance des secteurs primaire et tertiaire, au niveau de l'offre, et par l'absorption à travers la consommation privée, au niveau des emplois finals. Parallèlement, le PIB par habitant a progressé de 6,2 % en 2014, atteignant 514,0 USD, en valeur nominale, contre 484,2 USD une année auparavant. Malgré ce progrès, des efforts considérables restent à entreprendre, notamment la poursuite des réformes structurelles pour maintenir dans la durée une croissance forte, susceptible de créer significativement l'emploi et, par conséquent, de réduire sensiblement la pauvreté. Sur le marché des biens et services, l'indice des prix à la consommation a ralenti en 2014, pour se situer à 1,03 % après 1,07 % une année plus tôt, soit le niveau d'inflation le plus bas enregistré depuis plus de 30 ans en RDC. Comparée à la moyenne de l'Afrique Subsaharienne, l'inflation réalisée demeure largement faible.

Graphique 1. Evolution de la croissance du PIB et du revenu réel par habitant (en pourcentage)

Source : Banque central du Congo

Tableau 1. Taux de croissance du PIB

Année

2010

2011

2012

2013

2014

Taux de croissance %

7,1

6,9

7,1

8,5

9,5

Source : Source : rapports de la Banque centrale du Congo (BCC)

De ce tableau, il ressort que le pays connait une réelle performance économique en termes de croissance. Elle est liée à la conjonction de plusieurs facteurs. Elle est principalement tirée par le secteur minier qui constitue encore le moteur de l'économie congolaise. En effet, les estimations de l'activité économique renseignent une progression de 9,5 % du produit intérieur brut réel, après une réalisation de 8,5 % en 2013. Cette vigueur de l'activité économique est en grande partie soutenue par le secteur primaire, selon l'approche par l'offre, et principalement par l'absorption du point de vue de la dépense. Cette progression du PIB devrait se poursuivre eu égard aux politiques conjoncturelles actives et aux réformes structurelles mises en place par les pouvoirs publics.Du point de vue de l'offre, cette croissance serait impulsée essentiellement par le dynamisme du secteur primaire, à travers les activités extractives dont la contribution à la croissance atteindrait 5,5 % contre 3,2 % en2013. Les secteurs secondaire et tertiaire seraient marqués par un ralentissement de leurs activités comparativement à l'année précédente, affichant des contributions de faible amplitude respectives de 1,2% et 2,6 % contre 1,7 % et 3,2 %.

Graphique 2. Contribution sectorielle au PIB

(En pourcentage)

Source : Banque Centrale du Congo

La forte contribution du secteur primaire est en liaison avec le dynamisme des activitésextractives, confirmant son rôle de moteur de croissance dans l'économie congolaise. En effet, la valeur ajoutée de l'activitéextractive devrait s'améliorer de 13,2% en 2014, après une hausse de 7,6% en 2013, bénéficiant des performances particulièrement encourageantes des volumes de production du cuivre et de l'or qui ont atteint des niveaux de production historiques de 1.030.129,0 tonnes et 23.539,0 kilos contre respectivement 919.588,0 tonnes et 4.900,0 kilos en 2013. Pour sa part, la valeur ajoutée de la production agricole se serait accrue de 4,7 % en 2014, après une amélioration de 4,2 %, à la faveur des campagnes agricoles menées par le gouvernement à travers le pays dans le cadre de la relance de ce secteur.

La croissance économique a largement augmente en 2014, s'établissant à 2,8 % contre 6,2 % en 2008. Selon l'optique du produit, ce ralentissement reflète principalement les effets de la crise économique et financière mondiale qui a été à la base de la contre-performance enregistrée au niveau du secteur minier en tant que l'un des secteurs moteurs de la croissance en RDC.

La situation économique de la RDC a été caractérisée par une reprise au cours de l'année 2010 comparativement à l'année 2009, attestée par la réalisation d'un taux de croissance situé à 1,1 point au-dessus des prévisions du PEG II. Selon l'optique du produit, cette croissance est soutenue essentiellement par le regain d'activité des «industries minières», du «Commerce de gros et de détail», de l'agriculture ainsi quedes «bâtiments et travaux publics». Suivant l'approche par la dépense, la croissance de la production a été tirée essentiellement par la demande intérieure.

L'environnement économique de la République Démocratique du Congo a été globalement caractérisé, en 2012, par la consolidation de la reprise de l'activité économique, en dépit d'un contexte international difficile. En effet, le taux de croissance économique a été de 7,2 % en 2012 contre 6,9 % réalisé en 2011 et 9,5% en 2014 contre 8,5% réalise en 2013. Cette évolution de la croissance traduit la vigueur de l'activité économique.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.