WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La fabrication artisanal de briques et conditions socio-économiques des briquetiers a Lubumbashi

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel SIPILA KAHOZI
Université de Lubumbashi - Graduat en sciences économiques et de gestion 2014
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

INTRODUCTION GENERALE

Le travail que nous vous présentons est le résultat d'une longue observation que nous avons pu faire dans notre environnement qui est la ville de Lubumbashi. Il s'agit de la fabrication artisanale de briques qui comporte des multiples problèmes.

Elle est une observation temporaire du faite que la période concernée s'étend de 2010 à 2014.

Cependant, avec l'absence d'une politique d'emploi, le non-paiement ou la modicité des salaires dans la fonction publique et les pertes d'emplois dans les secteurs privés ont renforcé les activités de subsistance, amplifiant ainsi la débrouillardise dans laquelle nous retrouvons la fabrication artisanale de briques.

En effet l'informel devient ainsi l'amortisseur social dans la mesure où il permet de traversé la crise sans trop des secousses social et il est donc impérieux que le pouvoir public congolais pense déjà à certaines pistes des solutions avant qu'il ne soit trop tard ; car gouverner, c'est aussi prendre anticipativement certaines résolutions1(*)

1. ETAT DE LA QUESTION

Plusieurs études ont abordé la question des activités informelles dans lesquelles nous retrouvons la fabrication artisanale de briques en vue de saisir sa logique ainsi que ses mécanismes de fonctionnement. Nous n'avons pas la prétention d'avoir lu tous les ouvrages que contiennent toutes les bibliothèques de la ville de Lubumbashi ou encore tous les travaux antérieurement élaboré dans ce domaine.

Cependant, nous avons pu élucider et choisir quelques-uns en raison de leurs rapprochements avec notre sujet.

v LOMAMI SHOMBA dans son travail :

« La promotion de l'économie informelle en droit congolais : quelle option lever entre sa réforme et sa formalisation ? » émet deux hypothèses :

1) L'incapacité pour l'Etat de faire observer la réglementation en vigueur est le corollaire d'une juridicité outrancière et contre nature de la loi.

2) La réforme du cadre juridico institutionnel est certes louable mais malheureusement ce cadre méconnait les activités informelles qu'il confond au capitalisme et les obligent à s'y conformer.

De ses analyses, il s'est dégagé deux résultats :

Ø Le premier découle du fait que l'économie informelle bien qu'exercer en marge de l'arsenal législatif et réglementaire constitue une soupape de sûreté par la création d'emplois qu'elle favorise ,malheureusement ces emplois sont précaires ,ils ne contribuent qu'à pérenniser la misère qui hante déjà la population.

Ø Le deuxième résulte du fait que reconnaissant certains mérites de cette thèse, la fonctionnalisation de l'économie informelle parait être la démarche la plus indiqué pour promouvoir le PME. Pour ce, faire, il faut l'intégration ou l'adaptation du cadre juridico institutionnel au vécu quotidien et non des recherches à conformer ce phénomène au cadre existant.

v MUKANYA MALEMBA John dans son travail intitulé :

« La fiscalité du secteur informel » Mémoire UCB/BUKAVU 1996(inédit).

Emet deux hypothèses selon lesquelles :

1) la fiscalisation du secteur informel passe par une connaissance suffisante des acteurs qui l'animent ainsi que leurs activités.

2) les micros-entreprises des secteurs informelles serait imposable à condition de bien évaluer les critères économiques relatif à la fiabilité et à la rentabilité de l'activité.

Dans son développement l'auteur s'est penché aux micros-entreprises et est arrivé a dégagé un schéma modèle de fiscalisation applicable au zaïre (RD Congo) qui prend en compte à la fois des besoins imposés de l'Etat et celui des contribuables du secteur informel.

Après cette brève revue de la littérature, en abordant ce sujet intitulé la fabrication artisanale de briques et conditions socio-économiques des briquetiers à Lubumbashi de 2010 à 2014,notre souci est de faire d'abord un état de lieu de la fabrication artisanale de briques qui est une activité du secteur informel ,ensuite analysé les causes de la prolifération de ce secteur et leurs retombées sur les conditions socio-économiques des briquetiers et voir aussi comment on peut arriver à élucider le problème et y remédier sans pour autant décourager les initiatives créatrices qui naissent.

Bref notre apport réside dans l'identification du problème et la mise en exergue des stratégies en terme économique, politique et social en vue de l'amélioration des conditions des vies des briquetiers de la ville de Lubumbashi.

* 1Par LOLA NTERANYA LWAMBA, la problématique de la fiscalisation du secteur informel en RDC, UNIVERSITE CATHOLIQUE de BUKAVU, licencie en économie (gestion financière)

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour