WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution de l'audit interne à  la maitrise des risques dans la gestion d'une entreprise.


par Augustin BATABABUDI
Institut Superieur de Commerce « ISC/GOMBE» - Licence 2015
  

précédent sommaire suivant

2.3. Le besoin de contrôle interne

Le développement du contrôle interne correspond à trois besoins différents :

§ La dérive des pratiques des entreprises. Elles sont de différentes natures comme le laxisme de l'application des règles de gestion, l'outil des règles de contrôle ou de sécurité, des fraudes internes. Elle est due à la perte de certains repères et à l'effacement progressif de la frontière entre ce qui est permis et ce qui ne l'est pas.

§ La montée des risques liée à la globalisation, à la dématérialisation des opérations, la financiarisation. Ce sont des tendances profondes. On n'y peut rien et cela se traduit par une multiplication des situations délicates. Il est pour cette raison nécessaire de mettre en place des mesures appropriées de façon à limiter le niveau des risques.

§ Le développement des systèmes d'information. En soit c'est une bonne nouvelle mais l'expérience montre que les applications mal conçues ou insuffisamment protégée peuvent se traduire par fragilités importantes.

Le contrôle interne a pour objectif de renforcer et de systématiser les dispositifs de contrôle permettant de s'assurer que les opérations courantes de l'entreprise se déroulent normalement. C'est une évolution importante de la démarche de contrôle.

Traditionnellement les contrôles se faisaient de manière ponctuelle comme des audits. Dans une démarche de contrôle interne on cherche à mettre en place des contrôles permanents.

Parallèlement on assiste à l'apparition dans les entreprises de directions du contrôle interne et de directions des risques chargés de prendre en compte l'ensemble de ces opérations.

2.4. Les interlocuteurs concernés par le contrôle interne

Le contrôle interne concerne l'ensemble des organes de direction d'une entreprise et notamment :

§ Le conseil d'Administration. Il représente les actionnaires et il est à ce titre directement intéressé par le niveau de contrôle interne de l'entreprise. Il doit notamment s'assurer que les procédures internes garantissent la significativité et l'honnêteté des comptes sociaux. De plus en plus souvent les constatations faites sont reportées à l'Assemblée Générale des actionnaires.

§ Le comité d'audit est composé d'administrateurs indépendants chargés d'initier et de suivre les missions d'audit. A ce titre il a mission de demander le renforcement des procédures de contrôle interne.

§ La commission aux comptes doit, dans le cadre de sa mission légale, s'assurer de l'existence et de l'efficacité des procédures de contrôle interne. Dans les grandes entreprises il doit évaluer le rapport de la direction générale sur l'ensemble des procédures de l'entreprise.

§ La direction générale à la responsabilité de mettre en place des procédures de contrôle interne et, si c'est nécessaire, de les renforcer. Très souvent l'équipe d'audit interne lui est rattachée.

§ Le comité de direction est souvent amené à s'intéresser aux pratiques de contrôle interne mis en oeuvre par les principaux décideurs de l'entreprise qui en font partie. Ils ont la responsabilité de s'assurer qu'on applique effectivement les bonnes pratiques.

§ La direction de l'audit doit veiller à la mise en place des règles de contrôle interne. Il a la responsabilité de s'assurer qu'elles sont effectivement appliquées et donnent les résultats attendus.

§ La direction des risques à la mission de les évaluer. Ils peuvent être liés à l'activité principale de l'entreprise `risques métiers' mais aussi aux activités accessoires dont l'informatique `risques opérationnels'.

§ La direction financière et particulièrement intéressé par la mise en oeuvre des règles de contrôle interne. La sincérité des comptes est directement liée à leur application.

§ La direction juridique doit s'assurer que tous les contrats signés avec les clients, les fournisseurs et les salariés sont conformes aux règles contractuelles se trouvant dans la charte juridique de l'entreprise.

§ La direction des systèmes d'informations est au coeur de l'application des règles de contrôle interne. Les programmes les exécutent. Il faut s'assurer qu'ils fonctionnent correctement et donnent les résultats attendus.

Comme on le voit toutes les unités de l'entreprise de l'entreprise sont concernées par le contrôle interne. Il s'agit de l'affaire de tous.

précédent sommaire suivant