WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution de l'audit interne à  la maitrise des risques dans la gestion d'une entreprise.


par Augustin BATABABUDI
Institut Superieur de Commerce « ISC/GOMBE» - Licence 2015
  

précédent sommaire suivant

5.3. ANALYSE DE LA PERFORMANCE DU CONTROLE INTERNE

La performance n'est possible pour une entreprise que si le contrôle interne garantit trois critères :

Ø L'économie : se procurer les ressources à moindre coût ;

Ø L'efficience : utiliser les ressources de la manière la plus productive ;

Ø L'efficacité : capacité à se comporter conforment aux objectifs de l'entreprise.

Ce sont les trois « e » de l'audit de performance.

La performance est une notion globale qui se rapporte à la réalisation des objectifs, lesquels dépendent eux-mêmes de la stratégie et d'acteurs de référence. La protection de la performance varie que l'on se place du point de vue des actionnaires, des dirigeants, des clients... toutefois, il existe des critères de mesures de la performance reconnus : rentabilité, profitabilité, productivité et rendement.

Il existe deux conceptions de l'audit de performance ; pour l'une, il s'agit de la qualité des performances techniques des systèmes mise en oeuvre par l'entreprise atteindre ses objectifs, pour l'autre, il s'agit de porter un jugement sur les performances de l'entreprise elle-même et sur sa gestion.

Un audit efficace permet d'accroître la performance des entreprises par la maîtrise des risques, par l'amélioration des processus de production et de gestion, par la maintenance d'un contrôle interne lui-même performant.

Le contrôle interne constitue donc pour l'audit interne, un outil de base, à la fois de l'appréciation portée sur l'entreprise, le système ou la fonction faisant l'objet de la mission d'audit et du voix des méthodes d'audit à employer puisqu'un contrôle défaillant oblige l'auditeur à examiner de manière plus approfondie les activités et fait peser un risque permanent sur leur performance, voire leur opportunité, même si ce risque ne s'est pas encore manifeste.

5.4. L'AUDIT INTERNE DANS LA GESTION DE L'OGEFREM

La gestion se définit comme étant la manière de piloter une entreprise en utilisant de façon optimale les ressources allouées pour atteindre les objectifs visés.La gestion induit donc des prévisions, et une décentralisation des responsabilités. La gestion doit être prévisionnelle, pour permettre à l'entreprise de modeler son avenir et de ne pas subir les événements.

La prévision est donc :

v A évaluer l'environnement,

v A définir les objectifs à atteindre,

v A évaluer et à effectuer les ressources (humaines, matériels, financières) nécessaires,

v A contrôler périodiquement la réalisation des objectifs.

La gestion doit être décentralisée, compte tenu de la décomposition des objectifs globaux de l'entreprise en objectifs élémentaires assignés à chaque responsable de centre préalablement définis par la direction générale.

Placée sous l'autorité du directeur, la direction de l'Audit interne est chargée de :

ü Maitriser les opérations des activités de l'entreprise pour un diagnostic des dispositifs de contrôle.

ü S'assurer de l'application des règlements de saine gestion à tous les niveaux

ü Proposer à la Direction Générale, aux directeurs et aux services de l'office des mesures correctives ou des redressements permettant l'optimisation des ressources humaines, techniques et financières en vue d'améliorer le rendement

ü Procéder périodiquement aux audits administratifs, financiers, techniques

ü Procéder à l'évaluation et au contrôle, du coût des prestations, des commandes, des services facturés à l'office

ü Participer aux réunions techniques dont la matière intéresse la direction

ü Participer aux travaux du comité de suivi OGEFREM-DGDA

ü Participer à l'inventaire physique des immobilisés de l'office (mensuellement et annuellement)

ü Procéder à la clôture des opérations des trésoreries et comptables de l'office (mensuellement et annuellement)

ü Exploiter un rapport mensuel relatif aux activités des directions, entités et représentations ainsi qu'à leurs procès-verbaux des réunions y différentes pour des dispositions utiles

ü Evaluer périodiquement les activités des services de l'OGEFREM opérant aux guichets uniques

Dans la direction de l'audit interne, il y a deux sous directions à savoir :

0. Sous-direction de l'Audit Comptable et Financier

Sous l'autorité du directeur, le sous-directeur de l'audit comptable et financier supervise les activités d'un collège d'auditeurs internes secteur comptable et financier qui sont chargés de :

· Etablir un diagnostic des activités de l'office dans le secteur comptable et financier

· Proposer à la direction générale, aux directeurs et services de l'office des mesures correctives ou des redressements permettant l'optimisation des ressources financières en vue d'améliorer la rentabilité de l'entreprise.

· Procéder périodiquement aux audits comptables et financiers tant au siège que dans les entités décentralisées et les représentations extérieures

· Participer aux réunions techniques intéressant la direction dans le secteur comptable et financier

· Participer aux travaux du comité de suivi OGEFREM-DGDA

1. Sous-directeur de l'Audit des Fonctions

Sous l'autorité du directeur, le sous-directeur de l'audit des fonctions supervise les activités d'un collège d'auditeurs internes secteur administratif, technique et connexe qui sont chargés de :

· Etablir un diagnostic des activités de l'office dans le secteur administratif, technique et connexe

· Veiller à l'application des règles des saines gestions dans le secteur administratif, technique et connexe

· Proposer à la direction générale, aux directions et aux services de l'office des mesures correctives ou des redressements permettant l'optimisation des ressources humaines, techniques et matérielles en vue d'améliorer la rentabilité de l'office

· Proposer périodiquement aux audits administratifs, techniques et connexes tant au siège que dans les entités décentralisées et représentations extérieures

· Procéder à l'évaluation des coûts des prestations, des commandes et des services facturés à l'office

· Participer aux réunions techniques intéressant la direction dans le secteur administratif, technique et connexe

5.4.1. La maitrise des risques en entreprise

Le risque est définit comme un événement incertain constituant une menace et dont la survenue peut affecter la capacité de l'entreprise à l'atteindre ses objectifs ou altérer sa performance.

Selon Georges Petit (1981), « le risque est le sel de vie des affaires qui sans lui, serait fade et ne vaudrait pas être vécue, mais point trop en faut ».

L'audit interne a évolué dans le temps. Ainsi, en matière de management des risques, alors qu'autrefois, il intervenait peu ou pas du tout, il s'implique aujourd'hui dans la vérification du processus et apporte souvent un soutien actif et continu dans son élaboration.

L'entreprise dans sa gestion globale fait face à des situations imprévisibles, à des aléas fréquents.

Il n'est pas toujours facile de maîtriser les activités d'une entreprise, dans ces conditions d'incertitude. C'est pourquoi le rôle de l'audit interne est particulièrement important dans ce secteur.

L'auditeur interne doit posséder des compétences sociales (facilité de contacte et de communication) qui leur permettent de mettre en valeur leurs compétences techniques.

Le responsable de l'audit interne doit s'informer auprès du management et du conseil, du rôle attendu de l'audit interne dans le processus de management des risques de l'entreprise. Ce rôle doit être dans la charte.

La sécurité informatique est un thème récurrent (dans la plupart des entreprises), complexe car en perpétuelle évolution : les technologies évoluent, l'organisation évolue, et, dans les nouveaux projets informatiques, la sécurité n'est pas la première exigence. L'audit interne a, dans ce champ, une responsabilité importante ; celui de réaliser d'abord des missions régulières, ensuite et surtout en contribuant à maintenir un « état de vigilance » face aux risque, non seulement à l'égard de l'informatique mais aussi de chaque utilisateur et des outils qu'il utilise (le mot de passe...).

L'audit interne peut faciliter ou permettre la mise en oeuvre des processus (établir une cartographie des risques, mettre en place des équipes des gestionnaires, animer des ateliers d'identification des risques...), mais ne doit en aucun cas, assurer la responsabilité du management des risques identifiés. Il doit obtenir la confirmation du management que c'est ce dernier qui veille à l'identification et au suivi des risques et qui en assume la responsabilité.

Si l'on intègre la gestion des risques dans l'audit interne, cela signifie que l'on accepte un « audit fondé sur les risques » et que l'on utilise des outils de gestion des risques pour planifier, réaliser et finaliser les audits internes. Il s'agit-là d'une démarche ou les rôles, les relations et le cadre doivent être clairement définis.

Pour aider à la maîtrise des risques, l'audit interne doit évidemment connaître ces risques mais également leur évolution, laquelle est constante. Il lui faut mettre ses compétences à jour en permanence.

précédent sommaire suivant