WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La cartographie et les caractéristiques lithologiques des formations géologiques affleurant dans la commune Tshopo, ville de Kisangani, province de la Tshopo


par Mc Michael Batsu Iyele
Université de Kisangani - Gradue en geologie 2021
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.2.4. HYDROGRAPHIE

Le secteur d'étude, étant une entité de la région de Kisangani, appartient au bassin versant du fleuve Congo. La région de Kisangani comprend un réseau hydrographique bien développé. Plusieurs grandes rivières drainent toute la région d'est à l'ouest et se jettent dans le fleuve Congo. Il s'agit notamment de la Tshopo, la Lindi, etc. Le réseau hydrographique présente une série de particularités liées à l'évolution et à l'état actuel du relief. (Binibangili,2021).

I.2.5. SOL ET VEGETATION

Ce secteur a un sol présentant les mêmes caractéristiques reconnues aux sols de la cuvette centrale congolaise. Ce sol est rouge ocre, avec un faible rapport silice sesquioxyde de la fraction argileuse, une faible capacité d'échange cationique de la fraction minérale, une teneur en minéraux primaires faible, une faible activité de l'argile, une faible teneur en éléments solubles et une assez bonne stabilité des agrégats (Binibangili,2021)

I.3. CADRE GEOLOGIQUE

I.3.1 GEOLOGIE REGIONALE

I.3.1.1. Présentation de la carte géologique

La figure 2 illustre la carte géologique de la province de la Tshopo. On y relève des ensembles géologiques d'âge allant de l'Archéen au Phanérozoïque.

La carte de la figure 6, montre les principales formations géologiques de la région de Kisangani et ses environs. La lithostratigraphie de cette région se présente de la manière suivante, de bas en haut :

? Supergroupe de la Lindi (LI)/ Groupe de l'Aruwimi ;

- 8 -

· Groupe de la Lueki (KA Lue) ;

· Groupe de Kisangani (Kis) ;

· Supergroupe de la Cuvette centrale (CC).

Figure 2: Carte géologique de la province de la Tshopo selon le Ministère des Mines (2015). I.3.1.2. LA LITHOSTRATIGRAPHIE GENERALE

A1. Le Supergroupe de la Lindi LI (Néoprotérozoïque).

Le Supergroupe de la Lindi est exposé principalement dans la partie nord de Kisangani le long des rivières Tshopo (à Kisangani), Lindi et Aruwimi (à Banalia), et se prolonge vers le centre de la ville. Quelques lambeaux du Lindien s'observent au sud-est de la ville de Kisangani dans le territoire d'Ubundu. Il est recouvert en discordance par les séries méso-cénozoïque de la cuvette congolaise dont il forme une grande partie du soubassement.

- 9 -

T. VERBEEK (1970), a distingué trois groupes dans le Lindien qui sont, de haut en bas : Aruwimi, Lokoma, Ituri. Une discordance existe entre les groupes de Lokoma et d'Ituri, elle n'est pas parfaitement établie entre les groupes de l'Aruwimi et de la Lokoma.

Du point de vue lithologique, le Lindien est constitué de : arkose, shale, quartzite, calcaire et tillite (conglomérat à pâte gréso-schisteuse grise englobant des blocs et galets de nature diverse).

A2. Groupe de la Lueki ; Trias : roches typiques de faciès rouge.

Dans la partie orientale de la cuvette centrale, ce groupe est composé des alternances de grès gris violacés à rouges, et d'argilites verdâtres à rouges ; accessoirement des calcaires gréseux.

A3. Groupe de Kisangani (Kis). Le jurassique supérieur post Oxfordien : série de Staley ville.

Il est constitué par une alternance d'argilite et grès reposant sur deux couches de schistes bitumineux avec parfois les horizons de calcaire intercalaire sont observés dans la partie est. Ces formations d'âge Jurassique s'étendent entre Kisangani, au nord et Ubundu, au sud.

A4. Supergroupe de la Cuvette centrale (CC) : pléistocène, pliocène : alluvions, éluvions et colluvions.

Selon CAHEN (1954) les sédiments du pléistocène inferieur au pliocène recouvrant une grande partie de la Cuvette centrale sont continentaux. Il s'agit de sables plus ou moins argileux avec quelques conglomérats à la base qui recouvrent la plaine tardi-Tertiaire.

1.3.1.3. LITHOSTRATIGRAPHIE DU GROUPE DE KISANGANI

CAHEN (1983) a divisé le groupe de Stanleyville (actuellement de Kisangani) en 14 horizons stratigraphiques (figure 3). Ses descriptions sont plus détaillées pour les horizons 2 à 10 que désormais les hauts horizons. Le groupe de Stanley ville a été déposé sur un sous-sol irrégulier (Passau, 1923), avec une épaisseur composite maximale estimée de 370 m. Les zones déprimées de cette paléotopographie sont remplies par les horizons 1, 2 ou 3, tandis que les horizons 4, 5 ou 6 transgressent les sommets. Le groupe de Stanley ville est largement divisé en deux sous-groupes :

1. La partie inférieure (horizons 1 à 7) comprend une séquence de 50 m d'épaisseur de schistes / marnes sablonneux vert-gris et des bitumes gris foncé bitumineux parfois

- 10 -

intercalés avec des calcaires blancs (la chaux Beaux lits de Cahen et al., 1959). Cette partie inférieure est observée dans les carottes d'exploration et les affleurements épars le long des rives de la rivière Lualaba et des affluents entre Kisangani et Ubundu.

2. La partie supérieure (horizons 8 à 14) est composée d'une séquence de schistes, marnes et fines pierres, rouge violacé jusqu'à couronne rouge. Ces partisans 320 m d'épaisseur, affleurant autour de Kisangani, sont également observés dans le puits Samba (165 m d'épaisseur).

I.3.2. GEOLOGIE LOCALE

Notre secteur d'étude se trouve dans un terrain phanérozoïque (Mésozoïque) appartenant au groupe de Kisangani (Jurassique supérieur). Dans la région de Kisangani, ce groupe est essentiellement composé de pélites avec des intercalations de grès à grain fin, de teinte brun-rouge. (Cours de Géologie de l'Afrique et de la République démocratique du Congo, G2 GEOLOGIE).

- 11 -

Figure 3: Lithostratigraphy of the Stanleyville Group (Kimmeridgian to Barremian Valanginian) in the Kisangani sub-basin as summarized by Linol et al. (2015a) based on an interpretation on Cahen (1983).

- 12 -

DEUXIEME CHAPITRE : ETUDE CARTOGRAPHIQUE DU SECTEUR D'ETUDE

II.1. INTRODUCTION

Une étude géologique sérieuse ne peut pas se faire sans levé géologique, sans cartographie. C'est ainsi qu'avant d'aborder l'aspect pétrographique il nous est paru incontournable de cartographier notre site d'étude. (Tshimanga K., Lever Géologique, 2016, inédit)

Ce chapitre se base aux résultats de levé géologique réalisé in situ et à l'élaboration des différentes cartes géologiques de notre secteur d'étude. Ces cartes sont des premiers outils permettant une approche documentaire aux scientifiques intéressés par la région.

II.2. METHODES DE CARTOGRAPHIE GEOLOGIQUE

La cartographie des affleurements : c'est la Méthode la plus utilisée pour la cartographie de détail. Il s'agit ici de recenser tous les affleurements et de porter sur la carte leur extension réelle. Cette méthode est très objective, puisqu'elle permet au lecteur de se rendre compte immédiatement des faits (les affleurements) sur lesquels repose l'interprétation (les tracés) ; Selon les objectifs assignés à cette étude, nous avons couvert le secteur d'étude par des travaux de levé géologique itinérant.

Les traitements des données sont réalisés sur les différents logiciels en fonction des objectifs poursuivis. Les logiciels utilisés sont les suivants :

? Qgis 3.16.0 pour l'élaboration des cartes de localisation et d'affleurements ; ? Surfer 22 pour l'élaboration des cartes avec les courbes des niveaux.

II.3. REPRESENTATION DES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES

Longitude Latitude Altitude

297477

57907

382

297411

57923

384

297465

57935

382

297475

57944

384

297693

57995

388

297612

57990

385

Figure 4 : Fond topographique en 2D (A) et 3D (B) du secteur d'étude

- 13 -

297494

57970

383

297525

58011

387

297615

58077

383

297621

58107

388

297606

58116

385

297583

58182

384

297644

58185

387

297657

58189

389

297358

58449

381

297297

58552

382

Tableau 1 : Les coordonnées Géographiques récoltées sur terrain II.4. CARTE TOPOGRAPHIQUE DU SECTEUR D'ETUDE

- 14 -

II.5. CARTE D'AFFLEUREMENTS DU SECTEUR D'ETUDE

Figure 5: Carte d'affleurements du secteur d'étude

II.6. CARTE D'ECHANTILLONNAGE

Figure 6: Carte d'échantillonnage du secteur

- 15 -

II.7. CARTE GEOLOGIQUE ET LOG-STRATIGRAPHIQUE

Une carte géologique est la représentation des roches et structures géologiques, présentes à l'affleurement ou en subsurface d'une région. Son Objectif est de présenter la répartition spatiale des faciès lithologiques, leur succession, ainsi que les diverses structures d'ordre tectonique.

La corrélation par extrapolation des limites des affleurements a conduit à l'esquisse géologique.

Figure 7: Esquisse géologique du secteur d'étude Esquisse géologique du secteur d'étude

Les coupes ponctuelles dressées sur le terrain ont permis à l'élaboration des logs stratigraphiques locaux.

- 16 -

Figure 8 : Log-Stratigraphique du secteur d'étude

II.8. CONCLUSION PARTIELLE

Les données du lever géologique nous a permis de confectionner des cartes entres autres une carte topographique montrant le relief du secteur, une carte d'affleurements ainsi qu'une carte d'échantillonnage et une carte géologique montrant les formations rencontrées dans le secteur en utilisant la méthode corrélative.

C'est un terrain d'environ 1 Km et d'une topographie diverse dont l'altitude varie entre 381 à 389 m.

- 17 -

TROISIEME CHAPITRE : DESCRIPTION DU SECTEUR ET INTERPREPATION DES RESULTAS

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net