WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Chambre d'isolement : du point de vue des patients. Impact d'un temps d'élaboration sur le vécu des patients après un séjour en chambre d'isolement dans une unité d'hospitalisation de psychiatrie adulte

( Télécharger le fichier original )
par Charlotte Mouillerac
Université Paris 8 - Master 1 psychologie clinique et psychopathologie 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

6.2 LA RUPTURE SOCIALE

L'isolement peut être complet ou non, avec des sorties progressives ou pas.

S'il bénéficie de sorties temporaires, le patient peut conserver des contacts avec les autres patients.

Habituellement, les visites de proches sont suspendues pendant le temps d'isolement mais il arrive que ce ne soit pas le cas. Friard remarque que « les familles ne sont pas informées
(à 70 %)
 »37(*)

Le patient peut ou non recevoir son courrier.

Tant qu'il est isolé, il est vu quotidiennement par le médecin responsable. Cette visite peut se faire au pied du lit mais il est aussi possible que le patient soit reçu dans le bureau du médecin pour un entretien formalisé.

Les passages des soignants, accompagnés ou non de temps de parole, rythment les journées.

6.3 LA CONTRAINTE

Les patients en CI sont normalement en hospitalisation sous contrainte (HSC).

Depuis 1990, le nombre d'hospitalisations sous contrainte n'a cessé d'augmenter.

La France est ainsi dans la moyenne haute du taux d'HSC des pays européens. Mais en proportion du nombre total d'hospitalisations, ce nombre reste très inférieur à ce qu'il était au début de la sectorisation (27% en 1971, pour 10% en 1990 et 13,1 % en 2001).

La sectorisation, en apportant des solutions de prévention et des alternatives à l'hospitalisation, a en effet contribué à diminuer fortement le nombre des HSC, qui étaient la règle générale sous le régime de la loi de 1838.

Selon les chiffres de la Direction Générale de la Santé, entre 1992 et 2001, le nombre des HDT a doublé, passant de 32 058 à 62 894. Celui des HO a augmenté de 37%, de 7 026 à 9 625.

En 2001, 72 519 patients ont été hospitalisés sous contrainte, soit 13,1% des patients hospitalisés en psychiatrie (11% en 1992).

En 2001, 40% des HDT ont été réalisées au titre du péril imminent (pour 12% en 1992).

Plus important encore, 72% des mesures d'HO ont été prises en urgence.38(*)

Dans les propositions de réforme de la loi du 27/06/9039(*), plusieurs hypothèses sont présentées pour expliquer cette augmentation des HSC. Les mêmes hypothèses peuvent sans doute être formulées pour l'augmentation du nombre de mises en CI, puisque les patients en CI sont toujours sous le régime de la contrainte et que, dans certains services, tout patient en HSC fait obligatoirement un séjour en CI.

Ø La loi assurerait une nouvelle publicité à l'existence de ces mesures,

Ø La population et les acteurs institutionnels seraient mieux informés et plus enclins à faire appel à la psychiatrie,

Ø La demande de soins serait accrue,

Ø La durée plus courte des hospitalisations entraînerait des hospitalisations répétées sur une année et les patients seraient donc comptabilisés plusieurs fois,

Ø Le besoin accru de sécurité entraînerait davantage de mesures de contrainte,

Ø Le manque de moyens et de personnel ne permettrait plus de faire assez de prévention,

Ø Le recours à l'HDT serait détourné de son but premier et utilisé pour imposer des patients dans des hôpitaux, qui, par manque de lits et en sur occupation, les auraient autrement refusés.

* 37 http://www.serpsy.org

* 38 Propositions de réforme de la loi du 27 juin 1990 relative aux droits et à la protection des personnes hospitalisées en raison de troubles mentaux et à leurs conditions d'hospitalisation. Rapport présenté par Docteur Alain Lopez et Isabelle Yéni, membres de l'Inspection générale des affaires sociales et Martine Valdès-Boulouque et Fabrice Castoldi, membres de l'Inspection générale des affaires judiciaires. Mai 2005 / http://afcap.free.fr

* 39 Propositions de réforme de la loi du 27 juin 1990 relative aux droits et à la protection des personnes hospitalisées en raison de troubles mentaux et à leurs conditions d'hospitalisation. Rapport présenté par Docteur Alain Lopez et Isabelle Yéni, membres de l'Inspection générale des affaires sociales et Martine Valdès-Boulouque et Fabrice Castoldi, membres de l'Inspection générale des affaires judiciaires. Mai 2005 / http://afcap.free.fr

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy