WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Stratégie B to C de quelques grandes Banques françaises vis à vis de l'internet

( Télécharger le fichier original )
par Moustapha DIOP
Université Paul cezanne, Faculté des Sciences et Techniques de Saint-Jérôme, Marseille - Master Pro Sciences de l'Information et de la Communication 2008
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Sommaire Introduction 2

I/ Le secteur bancaire français 3

1 /Le secteur bancaire en chiffres 3

Principal canal de placement de placement de l'épargne en France, les banques offrent une vaste gamme de produits pour les particuliers et les entreprises et gèrent l'épargne des

ménages. 4

2/La pratique bancaire des français 4

II/Stratégie B to C de quelques grandes banques françaises à travers Internet 5

1/Passage du guichet au Banque à domicile 5

2/Les services proposés en ligne 7

3/Solutions de mesure de l'audience Internet 8

4/ Le rôle des banques dans le développement du commerce électronique : 10

III/ La révolution internet et ses conséquences sur le Minitel 16

L'âge d'or du Minitel 17

Le Minitel entre déclin et résistance 17

Le Minitel, affaire des séniors 18

La fin annoncée du Minitel 18

Conclusion 20

Sources : 21

ANNEXE : Le réseau société Générale, une offre moderne de Banque 22

Introduction

Avec le changement des attentes des clients qui ont désormais une nouvelle relation avec l'argent, les banques se sont retrouvées confrontées à l'obligation d'innover en matière de services en ligne proposés aux particuliers.

Plusieurs canaux comme le Minitel et les centres d'appel téléphoniques permettent d'assurer ces services en ligne. Toutefois, Internet demeure le canal indispensable pour être en phase avec les évolutions de la société.

Sur la toile, comme on désigne familièrement l'Internet, le client peut s'affranchir des contraintes temporelles et spatiales du guichet traditionnel et gagne ainsi en autonomie et en liberté. Il s'approche ainsi de la banque tout en s'en éloignant avec bien sûr des avantages et des inconvénients.

En France, les grandes banques ont vite compris la nécessité de s'adapter à la révolution et à la généralisation de l'Internet. A l'exception des banques décentralisées comme le crédit agricole et la Caisse d'épargne (Cf. Mémoire CESEM, Thibault Laffont, Avril 2000) qui ont été à la traîne en raison de l'hétérogénéité de leur parc informatique, les autres grandes bancaires françaises comme la Société Générale, Le Crédit Lyonnais et le BNP Paribas ont été vite au rendez vous sur internet.

L'Internet a donc révolutionné les pratiques bancaires des particuliers en France comme partout dans les pays développés.

Notre sujet de réflexion est de savoir quel est l'impact de l'Internet sur la stratégie B to C (Business to Customer) des grandes banques françaises notamment sur les services en ligne et le développement du commerce électronique. ?

La littérature sur ce thème concerne essentiellement des articles dans des revues économiques spécialisées (La Tribune, Les Echos..) ou dans des revues sectorielles comme Banque Magazine ou Revue AFB. Il n'existe pas d'ouvrages traitant spécifiquement le sujet de la banque et l'Internet.

Nous allons dans un premier temps présenter le secteur bancaire français.

Dans un second temps, nous traiterons la stratégie B to C de quelques grandes bancaires françaises à travers internet.

Dans un dernier temps, nous étudierons la révolution Internet ses conséquences sur le Minitel.

sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.