WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'activité sexuelle de la brebis

( Télécharger le fichier original )
par mohamed ezine zebiri
Mentouri Constantine Algérie - Docteur vétérinaire 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

L'historique:

Comme l'a remarqué Stephan Jay Gould (2000): « Les bons naturalistes sont par nécessité des historiens » (41).

La classification est hiérarchique et binomiale, chaque animal étant nommé en Latin par un nom de genre et un nom d'espèce. Le mouton appartient au:

- Règne animal.

- Embronchement : les Chordés.

- Super-classe ou classe: les Vertébrés.

- Classe ou super-ordre: les Mammifères.

- Ordre : les Artiodactyles (40).

- Famille: les Bovidés.

- Sous-famille: les Caprinés (03).

- Genre : Ovis.

- Espèces : A titre d'exemple : Ovis orientalis, le mouflon, avec deux sous-espèce:

· Ovis orientalis musimon (le mouflon d'Europe).

· Ovis orientalis laristanica (le mouflon d'Asie) (41).

L'ovin est une espèce grégaire (42), Il est l'une des plus anciennes espèces domestiquées, après le chien et la chèvre. Plusieurs auteurs évoquent une date «classique» oscillant autour du VIIIème millénaire, av.J.C.

On propose une origine moins lointaine aux alentours de 6500-6000 av.J.C pour sa domestication. Défaut d'éléments concrets pousse à considérer cette estimation avec beaucoup de prudence.

Le premier endroit de domestication du mouton est localisé au Proche-Orient avec une diffusion progressive à partir de ce centre unique. Nombreux auteurs avancent la possibilité d'une origine multicentrique (41).

En Algérie nous avons trois principales races locales. La race arabe blanche dite Ouled Djellal ou djellalia a une origine qui demeure un mystère; est-elle venue avec les Beni-Hillal du Hidjaz (Arabie) au XIème siècle ou avec les Romains au Xème siècle de Tarente (Italie) ? Elle serait même à l'origine de la Mérinos introduite de Barbarie en Espagne par Don pédré roi du Castille.

Pour la race Hamra dite Beni-Ighil, elle est bien Autochtone d'Afrique du Nord plus précisément du haut atlas marocain où elle est élevée par la tribu Beni-Ighil d'où elle tire son nom (19).

 

ITA

I

lei Mi# e 'BIS

1. L'embryologie de l'appareil génital de la brebis:

L'appareil génital femelle est d'origine Mésoblastique (05). Pendant la vie embryonnaire et foetale se développent les caractères sexuels primaires : les gonades (ovaires), les conduits génitaux et organes génitaux externes. Les premières ébauches de l'appareil urinaire et génital sont en contact étroit. L'appareil génital passe par un stade indifférencié pendant lequel se mettant en place des éléments indifférenciés : crête génitale, gonades, canaux de Wolff et de Müller et ébauches des organes génitaux externes (32). L'épithélium germinal fournit des cellules qui restent incluses dans la profondeur de l'ébauche gonadique; ces éléments vont se diviser pour donner plus tard les follicules primordiaux (26).

L'ovogenèse se déroule pendant la vie foetale en quatre phases:

Phase de la différenciation sexuelle à l'apparition des ovocytes au stade leptotène, la phase dure 15 à 17 jours.

Phase de l'apparition des stades leptotène à l'apparition des premiers follicules primordiaux, la durée de 13 à 17 jours.

Phase de l'apparition des follicules primordiaux à la disparition des gonies et des premiers stades de la prophase méiotique, la durée de 30 jours.

Phase de la disparition des premiers stades de la prophase méiotique à l'apparition des premiers follicules à antrum, la durée de 45 jours (35).

Chez le foetus femelle il y a 5 x 106 follicules primordiaux (12). Les cycles de la croissance et de l'atrésie des follicules se succèdent depuis la fin de 4ème phase jusqu'à la puberté (35). Il reste 400000 follicules primordiaux à la naissance dont 300 à 400 seulement seront utilisés dans la vie génitale (12).

Figure 1 : L'anatomie de l'appareil génital de la brebis (39), (15).

1. 1. L'appareil génital de la brebis adulte (Figure 1):

1. 1. 1. Section glandulaire:

1. 1. 1. 1. Les ovaires (ovarium): Ils sont aplatis (35) et enveloppés dans des bourses ovariques qui résultent d'un dédoublement du ligament large (02), et ils sont suspendus dans la cavité abdominale par ce ligament (39). Dans l'épaisseur de ce dernier, entre le pavillon et l'ovaire et au contact à celui-ci se trouve un vestige du corps de Wolff: Organe de Rosenmüller ou époophoron (35), qui fait défaut chez la chèvre (03).

1. 1. 1. 2. La conformation de l'ovaire : La couleur des ovaires est en général blanc-rosé ou grisâtre. La consistance est ferme, un peu élastique (02). Leur poids individuel dépend de la saison et du moment du cycle oestral, et il est compris entre 3 et 5 grammes (39). Il a 2,5 centimètres de longueur (03), 10 à 15 millimètres de large (02). Sur chaque ovaire on distingue des bosselures plus ou moins apparentes qui sont des follicules à différents stades d'évolution (35).

1. 1. 1. 3. L'histologie de l'ovaire : Sur une coupe, l'ovaire présente, au-dessous d'un mince revêtement, une faible albuginée conjonctive (tunica albuginea) (03), et un parenchyme nettement divisé en deux zones: une zone médullaire (le stroma) ou la zone centrale vasculaire (zona vasculosa) qui comprend du fibroblaste, des nerfs et des vaisseaux sanguins, et une zone périphérique ou le cortex dans lequel les différents types de follicules se développent. C'est dans ce dernier que se déroule la folliculogénèse (35).

1. 1. 1. 4. Innervation, irrigation et moyen de fixité: Les nerfs sympathiques, qui proviennent du plexus mésentérique postérieur, accompagnent l'artère ovarienne pour former un plexus ovarien (03). L'ovaire reçoit le sang de l'artère ovarienne qui naît à la partie caudale de l'aorte abdominale (02). Les veines sont satellites (03) et aboutissent à la veine cave (02). Les vaisseaux lymphatiques sont abondants, ils aboutissent aux noeuds lymphatiques lombo-aortiques (02).

Les moyens de fixité de l'ovaire sont constitués : de mésovarium, de ligament suspenseur de l'ovaire, de ligament propre de l'ovaire anciennement appelé ligament utéro-ovarien, la fimbia ovarica jadis appelé ligament tubo-ovarique et le mésosalpinx, les vaisseaux sanguins et les nerfs (02).

Figure 2 : Coupe schématique d'un ovaire (58).

1. 1. 2. Section tubulaire:

La longueur moyenne de l'extrémité postérieure du cervix au pavillon est de 38 centimètres (35).

1. 1. 2. 1. L'oviducte (trompe utérine ou trompe de Fallope ou bien salpinx): Il constitue la partie initiale des voies génitales femelles (02). C'est un organe tubulaire circonvolutionné qui va de l'ovaire à la corne utérine correspondante (39). Il a une longueur de 10 à 12 centimètres (15), et il est constitué, dans l'ordre, du pavillon (infundibulum) qui capture l'ovule pondu par l'ovaire lors de l'ovulation, de l'ampoule et de l'isthme qui est relié à la corne utérine.

1. 1. 2. 1. 1. Le pavillon (infundibulum) : Il est en forme d'entonnoir et il a une surface d'environ 6 à 10 centimètres carrés chez la brebis. L'ouverture du pavillon est rattachée en un seul point central à l'ovaire (39).

1. 1. 2. 1. 2. L'ampoule : C'est la partie la plus longue et la plus large de l'oviducte où les oeufs sont conservés plusieurs jours après l'ovulation (39). Sa cavité est relativement large et ses parois minces et molles (02). La fécondation se produit dans cet endroit.

1. 1. 2. 1. 3. L'isthme : Il forme la partie la plus courte et la plus étroite de l'oviducte (39), les plis longitudinaux de la muqueuse y sont moins élevés et sa paroi est plus épaisse et plus rigide (02). La jonction utéro-tubaire constituée par des plis et des muscles circulaires ne peut être franchie que par des spermatozoïdes vivants (35).

1. 1. 2. 1. 4. L'histologie de l'oviducte: L'oviducte est composé d'un tissu épithélial formé de cellules ciliées, de cellules sécrétoires et d'un tissu musculaire (39). La muqueuse est dépourvue de muscularis mucosae et sa propria tient lieu de la sous-muqueuse par sa partie profonde, qui s'adhère à l'intima de la musculeuse. Cette dernière est modifiée par les adaptations fonctionnelles de chaque segment. Elle est formée d'une couche superficielle de fibres longitudinales et une couche profonde de fibres circulaires entre les deux se trouve une couche conjonctivo-vasculaire. La séreuse est représentée par les deux lames péritonéales qui constituent le mésosalpinx. La sous-séreuse est formée d'un tissu conjonctif riche en fibres collagènes et mêlées de fibres musculaires lisses (02).

1. 1. 2. 1. 5. Innervation, irrigation et moyen de fixité de l'oviducte : Les nerfs gagnent le mésosalpinx en suivant leurs rameaux tubaires. Les artères tubaires et les veines tubaires assurent la circulation sanguine. Les vaisseaux lymphatiques sont drainés par le noeud lymphatique lombo-aortique. Placé latéralement à l'ovaire, la trompe utérine en partage les moyens de fixité et les rapports (02).

1. 1. 2. 2. L'utérus (matrice): Il est bipartitus (02) et constitué de trois parties: les deux cornes utérines 10 à 15 centimètres de long (39), le corps utérin 4 centimètres (35), et le cervix (le col de l'utérus) 4 à 5 centimètres de long (03) et 2 à 3 centimètres de diamètre (39).

1. 1. 2. 2. 1. Les cornes: Ils sont cylindroïdes, incurvées (02) et accolées l'une contre l'autre dans toute la partie postérieure de leur segment libre et elle sont circonvolutionnées à leur sommet (03).

1. 1. 2. 2. 2. La conformation de l'utérus : La couleur de l'utérus est jaune rosé, parfois rougeâtre. Sa consistance est ferme et élastique sur le cadavre, elle est souple et plus molle, mais variable avec les périodes du cycle chez le vivant.

1. 1. 2. 2. 3. Moyen de fixité de l'utérus : Les moyens de fixité sont : le ligament large, le mésométrium, le ligament rond de l'utérus ainsi que les vaisseaux sanguins et les nerfs et la continuité avec le vagin et l'oviducte (02).

1. 1. 2. 2. 4. L'histologie de l'utérus: Les trois tuniques qui composent la parois de l'utérus sont: une séreuse, une musculeuse et une muqueuse, respectivement nommées périmétrium, myomètre et l'endomètre.

Le périmétrium est formé d'un tissu conjonctivo-élastique riche en vaisseaux et nerfs et revêtu en surface par le mésothélium péritonéal. Le myomètre est épais (02) et composé de muscles circulaires profonds et longitudinaux superficiels (39) et une couche musculaire moyenne (02).

L'endomètre est la muqueuse de l'utérus (02). Il comprend un épithélium cylindrique simple fait de cellules ciliées et de cellules sécrétrices (32) et il est pseudo-stratifié par endroits (02). Un chorion de tissu conjonctif, logeant les invaginations glandulaires (32) dont la structure est tubulaire, ramifiée ou torsadée (39). L'endomètre présente des tubercules pédiculés ou cotylédons, concave (03) de couleur jaunâtre en forme de disque arrondis ou ellipsoïde et sont creusés en cupule à leur centre (voir les photos) (32). Leur nombre est parfois de 80 par corne et ils sont disposés en quatre rangées (35).

1. 1. 2. 2. 5. Le cervix (col de l'utérus) : C'est est une partie très importante qui sépare, en permanence, la cavité utérine de la cavité vaginale (39). Sa muqueuse est mince (02) sécrétant le mucus cervical (39), l'épithélium est columnaire, avec seulement un petit nombre de cellules et de mucocytes. Le chorion est dense moins riche en cellules que celle de l'endomètre (02). Le tissu musculaire comprenant des muscles lisses et des fibres de collagène. Les anneaux cervicaux consistent en une série de crêtes dures ou de plis annulaires (39).

1. 1. 2. 2. 6. Innervation et irrigation de l'utérus : L'innervation est assurée surtout par des fibres sympathiques provenant des ganglions mésentériques caudaux et des ganglions pelviens. L'artère utérine naît de l'iliaque interne en commun avec l'artère ombilicale. Les veines de la paroi utérine constituent des réseaux similaires à ceux des artères mais plus anastomosées. Les vaisseaux lymphatiques sont nombreux (02).

1. 1. 3. Section copulatrice:

1. 1. 3. 1. Le vagin: C'est l'endroit où la semence est déposée lors du coït (39). Un organe impair et médian (02), cylindroïde musculo-membraneux s'étendant du col de l'utérus à la vulve ou sinus uro-génital (32) dans une longueur de 10 à 12 centimètres (35). Le vagin est dérivé de la partie la plus caudale des conduits paramésonéphriques (02) et il est très irrigué et sensible (39).

1. 1. 3. 2. La conformation intérieure: les canaux de Gaertner (vestiges des canaux de Wolff) sont généralement absents (35). La surface intérieure est lubrifiée par un mucus abondant et plissée longitudinalement (32), elle est jaune rosé dans les périodes de repos, plus rouge et congestionnée lors de l'oestrus (02).

1. 1. 3. 3. L'histologie du vagin: La muqueuse vaginale est relativement mince (02). L'épithélium est stratifié et pavimenteux (02) se kératinise et se desquame au cours du cycle (32). Le chorion ou la propria est un tissu conjonctif dense (02), caractérisé par l'absence de glandes (32).

La musculeuse est relativement mince de teinte rosée (02). Elle est faite de faisceaux de cellules musculaires lisses, circulaires et longitudinales (32).

L'adventice est constitué d'un tissu conjonctif dense pourvu de fibres élastiques (32). (Voire figure 3).

1. 1. 3. 4. Innervation, irrigation et moyen de fixité : Les nerfs proviennent du système sympathique par l'intermédiaire du nerf hypogastrique et du système parasympathique par l'intermédiaire des nerfs sacraux. Le sang est apporté au vagin par l'artère vaginale; une veine vaginale satellite de cette artère. Les lymphatiques sont disposés en trois réseaux largement communicants et sont drainés par des troncs volumineux qui aboutissent aux noeuds lymphatiques iliaques internes.

Le vagin est fixé crânialement par son insertion autour du col de l'utérus et par le péritoine, et caudalement par sa continuité avec son vestibule, qui le solidarise à la vulve, au périnée et à la paroi du bassin (02).

Figure 3: Structure histologique de l'épithélium vaginal (20).

1. 1. 3. 5. Les organes génitaux externes: Le vestibule qui a une longueur d'environ le quart de celle du vagin, le méat urinaire est très petit, à 1 centimètre en arrière ; parfois, on note un hymen rudimentaire (35). La paroi ventrale montre deux sillons longitudinaux séparés par un pli médian (02) et dans lesquels débouchent les glandes de Bartholin et les glandes de Skene (35) et des glandes vestibulaires mineures (02). La grande et la petite lèvre possèdent des glandes sécrétant un liquide visqueux qui facilite la copulation (39). Elles sont peu saillantes et le relief qui porte la commissure ventrale est nettement plus court (02).

Le clitoris est court (35). C'est un organe érectile et sensible (39); ses racines sont deux corps clairs, aplatis, minces, 2,5 centimètres de longueur et 0,6 centimètres de largeur, recouverts de muscles ischio-caverneux rudimentaires (35). Le gland est pourvu d'un rudiment tissu spongieux (02).

A

A

A

B

B

B

B

B

B

Photo 1 : Différentes parties de l'appareil génital de la brebis.

A : brebis Ouled Djellal âgée de 6 ans.

B : brebis Ouled Djellal âgée de 5 ans.

Réalisé par : ZEBIRI Med ezzine et DJAMAÏ Abdelhadi. Le 19 Avril 2007.

1 : Follicule cavitaire.

2 : Follicule préovulatoire.

3 : Follicule de De Graaf.

4 : Corps jaune fonctionnel.

1

2

3

4

5 : Coupe d'un ovaire portant des corps noirs.

5

 

TION

elV I i I iDignw

. L LB ' iwoo

précédent sommaire suivant