WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les déterminants relationels et contextuels de l'externalisation des systèmes d'information

( Télécharger le fichier original )
par Nizar BEN SAAD
Institut Superieur de Comptabilité et d'Administration des Entreprises à Mannouba Tunisie - Mastère en Organisation et Systèmes d'Information 2009
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Université de la Manouba

Institut Supérieur de Comptabilité et d'Administration des Entreprises

Mémoire de Mastère en Organisation et Systèmes d'Information (OSI)

Les déterminants relationnels et contextuels de l'externalisation des systèmes d'information

Elaboré par : Nizar BEN SAAD

Sous la direction de : Mr. Jamel Eddine GHARBI

Année Universitaire

2008-2009

Introduction générale..........................................................................................................1

CHAPITRE 1 : LA VALEUR PERÇUE ET LA DÉCISION D'EXTERNALISATION DES SI

Introduction.......................................................................................................................................4

Section 1.1.  Conceptualisation de l'externalisation des Systèmes d'Information (SI)...4

Introduction..............................................................................................................................4

1.1.1. Définitions et fondements théoriques de l'externalisation des SI..........................4

1.1.1.1. Définition et clarification du concept d'externalisation des SI......................4

1.1.1.2. Fondements théoriques de l'externalisation des SI.........................................6 

1.1.2. Les dimensions de l'externalisation des SI.................................................................9

1.1.2.1. Le degré d'externalisation des SI........................................................................9

1.1.2.2. La durée du contrat d'externalisation des SI.................................................11

1.1.2.3. Le type des fonctions SI externalisées.............................................................12

Conclusion...............................................................................................................................14

Section 1.2 : Conceptualisation de la valeur perçue de l'externalisation des SI.............14

Introduction............................................................................................................................14

1.2.1. Définition de la valeur perçue de l'externalisation des SI......................................15

1.2.2. Les dimensions de la valeur perçue de l'externalisation des SI............................16

1.2.2.1. La dimension économique.................................................................................17

1.2.2.2. La dimension stratégique...................................................................................18

1.2.2.3. La dimension technologique.............................................................................18

Conclusion...............................................................................................................................19

Section 1.3 : Impact de la valeur perçue sur la décision d'externalisation des SI...........19

Introduction............................................................................................................................19

1.3.1. Impact de la valeur perçue sur le degré d'externalisation des SI.........................19

1.3.2. Impact de la valeur perçue sur la durée d'externalisation des SI.........................21

1.3.3. Impact de la valeur perçue sur le type des fonctions SI externalisées................ 23

Conclusion...............................................................................................................................24

CHAPITRE 2 : LES DÉTERMINANTS RELATIONNELS ET CONTEXTUEL DE LA DÉCISION D'EXTERNALISATION DES SI

Introduction.....................................................................................................................................25

Section 2.1.  Les antécédents relationnels de la valeur perçue de l'externalisation des SI...............................................................................................................25

Introduction............................................................................................................................25

2.1.1. La confiance envers le prestataire............................................................................25

2.1.1.1. Définitions conceptuelles de la confiance........................................................26

2.1.1.2. Dimensions de la confiance...............................................................................28

2.1.2 : La dépendance envers le prestataire ......................................................................31

2.1.2.1. Définitions conceptuelles de la dépendance...................................................32

2.1.2.2. Les déterminants de la dépendance ................................................................33

2.1.2.3 Les dimensions de la dépendance.....................................................................34

2.1.3 : Le partage des connaissances...................................................................................36

2.1.3.1. Définitions conceptuelles du partage des connaissances..............................36

2.1.3.2. Les dimensions du partage des connaissances...............................................38

Conclusion...............................................................................................................................39

Section 2.2. Le variables contextuelles modératrices ..........................................................40

Introduction............................................................................................................................40

2.2.1. Le secteur d'activité des entreprises externalisatrices............................................40

2.2.2. La taille des entreprises externalisatrices.................................................................41

Conclusion..............................................................................................................................42

Section 2.3. L'impact des antécédents relationnels sur la valeur perçue de l'externalisation des SI...............................................................................................................43

2.3.1. Impact de la confiance sur la valeur perçue de l'externalisation des SI...............43

2.3.2. Impact de la dépendance sur la valeur perçue de l'externalisation des SI..........45

2.3.3. Impact du partage des connaissances sur la valeur perçue de l'externalisation des SI...........................................................................................................47

Section 2.4. L'impact modérateur des variables contextuelles sur la relation entre la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI...........................................................48

2.4.1 Impact modérateur du secteur d'activité sur la relation entre la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI....................................................................48

2.4.2 : Impact modérateur de la taille de l'entreprise sur la relation entre la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI....................................................................50

Conclusion.......................................................................................................................................51

CHAPITRE 3 : LA MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE

Introduction.....................................................................................................................................53

Section 3.1 : La description de la méthode de Collecte des Données..............................53

3.1.1. Le type de la recherche................................................................................................53

3.1.2. La conception du questionnaire.................................................................................54

3.1.3. La codification statistique du questionnaire............................................................54

3.1.4. L'administration du questionnaire............................................................................55

Section 3.2 : Le choix des échelles de mesure........................................................................55

3..2.1. Mesure de la confiance envers le prestataire..........................................................55

3.2.2. Mesure de la dépendance envers le prestataire.......................................................59

3.2.3. Mesure du partage des connaissances......................................................................61

3.2.4. Mesure de la valeur perçue de l'externalisation des SI..........................................66

3.2.5. Mesure de la décision d'externalisation des SI........................................................64

3.2.5.1. Mesure du degré d'externalisation de l'externalisation des SI.....................64

3.2.5.2. Mesure de la durée d'externalisation des SI...................................................65

3.2.5.3. Mesure du type des fonctions SI externalisées...............................................65

3.2.6. Mesure du secteur d'activité......................................................................................66

3.2.7. Mesure de la taille de l'entreprise..............................................................................66

Section 3.3 : L'échantillonnage.................................................................................................68

3.3.1 Le cadre de l'échantillonnage......................................................................................68

3.3.2. La méthode d'échantillonnage...................................................................................69

3.3.3. La taille de l'échantillon..............................................................................................70

3.3.4. Les caractéristiques de l'échantillon..........................................................................71

Conclusion.......................................................................................................................................72

CHAPITRE 4 : PRÉSENTATION ET DISCUSSION DES RÉSULTATS

Introduction....................................................................................................................................73

Section 4.1 : La Dimensionnalité et la fiabilité des échelles de mesure...........................73

Introduction............................................................................................................................73

4.1.1. Dimensionnalité et fiabilité de la mesure de la confiance envers le prestataire.74

4.1.2. Dimensionnalité et fiabilité de la mesure de la dépendance envers le prestataire................................................................................................................................75

4.1.3. Dimensionnalité et fiabilité de la mesure du partage des connaissances............76

4.1.4. Dimensionnalité et fiabilité de la mesure de la valeur perçue de l'externalisation des SI...........................................................................................................77

Conclusion..............................................................................................................................79

Section 4.2 : Vérification des hypothèses de la recherche...................................................79

Introduction : choix des méthodes d'analyse....................................................................79

4.2.1. Vérification de l'impact de la confiance envers le prestataire sur la valeur perçue de l'externalisation des SI.........................................................................................79

4.2.2. Vérification de l'impact de la dépendance envers le prestataire sur la valeur perçue de l'externalisation des SI.........................................................................................82

4.2.3. Vérification de l'impact du partage des connaissances sur la valeur perçue de l'externalisation des SI...........................................................................................................83

4.2.4. Vérification de l'impact de la valeur perçue de l'externalisation des SI sur la décision d'externalisation......................................................................................................84

4.2.4.1. Vérification de l'impact de la valeur perçue de l'externalisation des SI sur le degré d'externalisation ........................................................................................85

4.2.4.2. Vérification de l'impact de la valeur perçue de l'externalisation des SI sur la durée d'externalisation.............................................................................87

4.2.4.3. Vérification de l'impact de la valeur perçue de l'externalisation des SI sur le type des fonctions SI externalisées..........................................................88

4.2.5. Vérification de l'impact modérateur du secteur d'activité de l'entreprise sur la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI........................................................90

4.2.5.1. Vérification de l'impact modérateur du secteur d'activité sur la valeur perçue et le degré d'externalisation des SI............................................90

4.2.5.2. Vérification de l'impact modérateur du secteur d'activité sur la valeur perçue et la durée d'externalisation des SI...................................................................92

4.2.5.3. Vérification de l'impact modérateur du secteur d'activité sur la valeur perçue et le type stratégique des fonctions SI externalisées. ....................................94

4.2.6. Vérification de l'impact modérateur de la taille de l'entreprise sur la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI..............................................96

4.2.6.1. Vérification de l'impact modérateur de la taille de l'entreprise sur la valeur perçue et le degré d'externalisation des SI...................................................96

4.2.6.2. Vérification de l'impact modérateur de la taille de l'entreprise sur la valeur perçue et la durée d'externalisation des SI............................................98

4.2.6.3. Vérification de l'impact modérateur de la taille de l'entreprise sur la valeur perçue et le type stratégique des fonctions SI externalisées......................99

Section 4.3. Interprétation des résultats................................................................................103

Conclusion.....................................................................................................................................107

Conclusion générale...................................................................................................................108

Bibliographie................................................................................................................................110

Annexes

LISTE DES FIGURES

Figure.1. Relation entre le type des fonctions SI et le degré d'externalisation .....................13

Figure.2. Antécédents, dimensions et conséquences de la confiance.................................29

Figure.3. Le modèle conceptuel ...............................................................................52

Figure.4. Nombre des entreprises par secteur d'activité ................................................71

Figure.5. Fréquences du nombre des employés ..........................................................71

Figure .6. Le graphique des moyennes marginales estimées du degré d'externalisation avec la valeur perçue technologique et stratégique des SI.............................................90

Figure.7. Le graphique des moyennes marginales estimées du degré d'externalisation avec la valeur perçue économique des SI...............................................................................91

Figure.8. Le graphique des moyennes marginales estimées de la durée d'externalisation avec la valeur perçue technologique et stratégique des SI ............................................92

Figure .9. Le graphique des moyennes marginales estimées de la durée d'externalisation avec la valeur perçue économique des SI...................................................................93

Figure.10. Le graphique des moyennes marginales estimées du type des fonctions externalisées avec la valeur perçue technologique et stratégique des SI............................94

Figure.11. Le graphique des moyennes marginales estimées du type des fonctions externalisées avec la valeur perçue économique des SI...............................95

Figure.12. Le graphique des moyennes marginales estimées du degré d'externalisation avec la valeur perçue technologique et stratégique des SI.......................96

Figure.13. Le graphique des moyennes marginales estimées du degré d'externalisation avec la valeur perçue économique des SI ....................................................................97

Figure.14. Le graphique des moyennes marginales estimées de la durée d'externalisation avec la valeur perçue économique des SI ...................................................................99

Figure.15. Le graphique des moyennes marginales estimées du type des fonction SI externalisées avec la valeur perçue économique des SI................................................100

LISTE DES TABLEAUX

Tableau.1. Les fondements théoriques de l'externalisation des SI.....................................8

Tableau.2. Echelles de mesure de la confiance inter-organisationnelle.............................57

Tableau.3. Echelle de mesure de la valeur perçue de l'externalisation des SI ....................63

Tableau.4. Fréquence d'externalisation des fonctions SI................................................72

Tableau.5. Synthèse de la méthode de validation des échelles de mesure .........................74

Tableau.6. La matrice des composantes après rotation de l'échelle de mesure de la confiance envers le prestataire...............................................................................................75

Tableau.7. La matrice des composantes après rotation de l'échelle de mesure du partage des connaissances ......................................................................................................77

Tableau.8. La matrice des composantes après rotation de l'échelle de mesure de la valeur perçue de l'externalisation des SI ............................................................................78

Tableau.9. Tableau récapitulatif des résultats des analyses factorielles et de fiabilité des échelles de mesure des variables du modèle conceptuel................................................78

Tableau.10. Les principaux indices de l'analyse discriminante.......................................85

Tableau.11. Classification des coefficients de la fonction discriminante entre les différents groupes .................................................................................................89

Tableau.12. Tableau récapitulatif des résultas de la vérification des hypothèses de la recherche ..........................................................................................................101

Introduction Générale

Dans l'ère de globalisation des marchés, de volatilité technologique et de concurrence intense, les entreprises se basent de plus en plus sur les systèmes d'information (SI) pour développer leurs avantages compétitifs et garantir une meilleure performance (Goles et Chin, 2005). Cependant, accéder à la meilleure technologie disponible ou attirer et conserver les compétences technologiques et managériales nécessaires sont autant d'enjeux que l'organisation n'est pas toujours en mesure de satisfaire par ses propres moyens. Ainsi, l'externalisation apparaît de plus en plus comme un acte stratégique majeur.

La pratique de l'externalisation des SI n'est pas nouvelle. Elle a commencé depuis quelques décennies. En effet, suite à la décision de Kodak d'externaliser ses SI à IBM en 1989, ce phénomène ne cesse de s'accroître. Les investissements des entreprises européennes dans l'externalisation des SI ont dépassé 128 Milliards € en 2008, de plus le marché mondial de l'externalisation des SI a évolué de 180.5 Milliards $ en 2003 à 253.1 Milliards $ en 2008 avec un taux de croissance annuel de 7.2%. (Gonzalez et al., 2006). Cette croissance et propagation concernent principalement le marché américain et européen. Mais actuellement, et avec l'ouverture de la Tunisie sur le marché extérieur et l'accroissement de la compétitivité, les entreprises tunisiennes sont appelées à se recentrer sur leurs coeurs de métier (Bouattour, 2004). Ces entreprises se trouvent donc dans une situation de choix stratégique d'externalisation d'une partie où de la totalité de leurs activités autres que celle du coeur de métier, y compris leurs systèmes d'information.

Pour les professionnels comme pour les chercheurs, cette ampleur actuelle de la pratique d'externalisation des SI présente une opportunité majeure. Les études sont nombreuses et multiples. En fait, l'externalisation des SI signifie que les ressources physiques et/ou humaines relatives aux SI d'une organisation deviennent fournies et/ou gérées par un prestataire externe spécialisé. La situation peut être temporaire ou permanente, et peut affecter la totalité ou juste une partie des SI de l'organisation » (Gonzalez et al, 2005). D'après cette définition, l'externalisation des SI se manifeste comme décision stratégique assez complexe incluant plusieurs attributs.

A travers la revue de la littérature, les multiples recherches antérieures sur plusieurs facettes ont suggéré un ensemble de facteurs et des relations qui permettent de déterminer et de comprendre les attributs et les conséquences de la décision d'externalisation des SI. Toutefois, cette décision reste encore complexe et sujette à être étudiée davantage. En fait, Ketler et Walstrom (1993) ont déjà avancé que la décision d'externalisation des SI n'est pas une option que toute entreprise peut sélectionner. Elle dépend de plusieurs déterminants dont certains sont relatifs aux caractéristiques internes de l'entreprise et d'autres sont liées aux dimensions de l'environnement dans lequel elle opère. D'autre part, Fimbel (2003) indique que la décision d'externalisation des SI est une décision stratégique assez complexe qui modifie durablement les frontières de l'entreprise et l'engage dans une relation à long terme avec son prestataire. La gestion de cette relation parait ainsi déterminante du succès ou de l'échec de cette décision.

Ainsi, partant de ces constats, nous allons essayer dans le cadre de notre recherche d'étudier l'impact des principaux antécédents relationnels sur la valeur perçue de l'externalisation des SI, tout en intégrant des variables contextuelles qui nous permettrons d'appréhender la relation entre la valeur perçue et les attributs de la décision d'externalisation des SI dans une perspective de contingence comme dans celle universelle. Plus précisément, notre objectif de recherche consiste à répondre à la question suivante :

Quels sont les facteurs relationnels et contextuels susceptibles d'influencer la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI ?

Pour répondre à cette question principale, nous présentons dans ce qui suit les questions spécifiques de notre recherche:

§ Dans quelle mesure les antécédents relationnels influencent la valeur perçue de l'externalisation des SI ?

§ Quel est l'impact de la valeur perçue sur la décision d'externalisation des SI ?

§ Quels sont les effets modérateurs des variables contextuelles (secteur d'activité et taille de l'entreprise) sur la relation entre la valeur perçue et la décision d'externalisation des SI ?

Dans le cadre de notre recherche, nous avons fait recours à plusieurs théories, telles que la théorie des coûts de transaction (Williamson, 1985), la théorie basée sur les ressources (Barney, 1991), la théorie de l'échange sociale (Blau 1964, Emerson, 1972), la théorie de contingence (Mintzberg 1982). Suite à notre revue de la littérature, nous avons pu identifier les variables constituant notre modèle conceptuel. En premier lieu, concernant les facteurs relationnels, nous avons choisi de retenir trois variables largement employées dans l'étude des la relation inter-organisationnelles, à savoir : la confiance, la dépendance et le partage de connaissance. Nous allons étudier l'impact de ces trois variables sur la valeur perçue de l'externalisation des SI. De même, nous étudions l'impact de celle-ci sur les dimensions de la décision d'externalisation des SI. Enfin, concernant les variables contextuelles, les adeptes de la théorie de la contingence indiquent que la taille de l'entreprise et le type (secteur) de l'activité sont considérés parmi les variables contextuelles les plus intéressantes qui permettent de différencier les entreprises.

Notre travail sera structuré comme suit : dans un premier chapitre nous allons présenter, en premier lieu, la conceptualisation et les fondements théoriques de la décision d'externalisation des SI et de sa valeur perçue. Ensuite nous allons présenter et justifier les hypothèses reliant ces deux variables. Dans le deuxième chapitre, nous présenterons les conceptualisations des différentes variables relationnelles et contextuelles ainsi que leurs impacts sur la décision et la valeur perçue de l'externalisation des SI. Le troisième chapitre contiendra la méthodologie de recherche ainsi que les différentes échelles de mesure relatives à nos variables. Dans le quatrième chapitre, nous procèderons à l'analyse et discussion des résultats. Et nous achèverons notre travail par une conclusion.

INTRODUCTION

Dans le cadre de ce premier chapitre, nous allons présenter, sur la base de la revue de la littérature, la conceptualisation et les théories de base de la variable dépendante de notre modèle qui est la décision d'externalisation des SI. Puis nous présenterons la conceptualisation et les dimensions de la variable médiatrice qui est la valeur perçue de l'externalisation des SI. Enfin, nous allons étudier l'impact de la valeur perçue sur les différentes dimensions de la décision d'externalisation des SI et nous allons essayer de présenter une justification de cette hypothèse.

SECTION 1.1 : Conceptualisation de l'externalisation des SI

Introduction :

Avec le rôle croissant des SI qui s'étend à toutes les facettes de l'activité organisationnelle, les entreprises sont désormais obligées à se procurer de ces SI de la façon la plus efficiente possible. Ainsi forcée d'arbitrer entre « faire » ou « faire faire », les entreprises doivent savoir choisir judicieusement le mode d'approvisionnement qui convient le mieux à leurs besoins tout en tenant compte de leurs objectifs et des contraintes et impératifs qui accompagnent cette décision d'externalisation des SI. Pour ces raisons, nous essayerons dans le cadre de notre recherche d'étudier cette variable en tant qu'une variable à expliquer (variable dépendante).

Dans la présente section, nous passerons en revue, tout d'abord, les définitions et les différentes approches théoriques relatives à l'externalisation des SI, ensuite nous présenterons les dimensions de cette variable.

1.1.1. Définitions et fondements théoriques de l'externalisation des SI :

1.1.1.1. Définition et clarification du concept d'externalisation des SI:

Le concept «externalisation des SI » se présente sous différentes variantes : IS outsourcing, infogérance, impartition, et facilities management (Reix, 2000). Au delà de la confusion annoncée par Barthelemy (2004a), la littérature consacrée à l'externalisation témoigne un relatif consensus sur le fait que cette opération présente un mouvement de la firme vers le marché qui modifie ses frontières puisqu'elle décide, sur la fonction ou le périmètre externalisé, de ne plus en assurer la gestion en interne mais de la transférer à un prestataire spécialisé (Fimbel 2003). La recherche croissante sur le thème de l'externalisation nous offre des nombreuses définitions. Pour certains auteurs (Lacity et Hirscheim 1993 ; Teng et al. 1995), l'externalisation désigne le fait de recourir à un prestataire pour se procurer d'une ressource auparavant mobilisée en interne. Pour d'autres, elle réfère à «The significant contribution by external vendors in the physical and/or human resources associated with the entire or specific components of the IT infrastructure in the user organization». (Loh et Venkatraman 1992b, p. 9). Selon ces définitions, l'externalisation se présente d'une manière générale, comme la simple décision de confier une activité à un prestataire extérieur plutôt que de la réaliser en interne (Barthelemy 2004a). Dans cette perspective, l'externalisation s'inscrit dans le champ général de l'alternative « make or buy » (Williamson, 1985).

Gonzalez et al, (2005) proposent une définition qui manifeste plus les caractéristiques de la décision d'externalisation des SI selon laquelle « L'externalisation des SI signifie que les ressources physiques et/ou humaines relatives aux SI d'une organisation deviennent fournies et/ou gérées par un prestataire externe spécialisé. La situation peut être temporaire ou permanente, et peut affecter la totalité ou juste une partie des SI de l'organisation ». (Gonzalez et al, 2005. p.1). Selon cette définition, il est clairement remarquable que l'externalisation des SI constitue une décision stratégique assez complexe incluant plusieurs attributs, et qu'elle ne peut pas être étudiée comme une simple décision dichotomique.

Par ailleurs, bien que les résultats du Baromètre Outsourcing (2005)1 montrent que la pratique d'externalisation est désormais familière et reconnue par la majorité des dirigeants, la clarification et la distinction entre l'externalisation et d'autres pratiques (notamment avec la sous-traitance) est nécessaire. En effet, l'externalisation se distingue de la sous-traitance par le fait qu'elle modifie durablement les frontières de la firme et la configuration structurelle de ses ressources (Fimbel 2003) puisqu'elle est accompagnée généralement par le transfert des ressources humaines et matérielles vers le prestataire (Lacity et Hirscheim 1993).

En outre, l'externalisation ne signifie pas qu'une entreprise se détache totalement d'une activité, puisque généralement une fonction externalisée reste nécessaire pour le bon fonctionnement de l'entreprise, ce que l'engage dans une relation durable avec le prestataire (Gosse 2002). Tandis que pour les cas de la sous-traitance ou des cessions d'activité, l'entreprise se débarrasse totalement d'une activité (Barthelemy 2004a). En fin, selon Willcocks et Kern (1998), l'externalisation consiste à confier la gestion d'une activité SI d'une entreprise à un prestataire, qu'elle lui demande des résultats. Ainsi, l'externalisation consiste à un engagement sur les résultats, plutôt que la simple fourniture des moyens comme pour le cas de la sous-traitance. Toutefois, bien que la littérature nous offre une clarification du concept de l'externalisation des SI par rapport à d'autres pratiques, le processus décisionnel de cette opération ainsi que ses attributs varient considérablement en fonction des différentes approches théoriques qui ont traité ce phénomène.

1.1.1.2. Fondements théoriques de l'externalisation des SI :

De point de vue fondements théoriques, la recherche sur l'externalisation des SI fait référence à trois groupes de disciplines, à savoir, économique, sociale et stratégique. (Dibbern et al, 2004 ; Goles et Chin, 2005).

En premier lieu, l'approche économique, selon cette approche, la théorie la plus utilisée pour comprendre et expliquer la décision d'externalisation des SI est la théorie des coûts de transaction (Watjatrakul 2005). Cette théorie, développée principalement par Williamson (1985), explique pourquoi les firmes existent et comment sont déterminées leurs frontières. Elle explique également les raisons pour lesquelles une entreprise réalise une activité intérieurement ou bien à travers une transaction sur le marché (Gonzalez et al. 2005). Selon cette théorie, l'entreprise internalise une activité lorsque le coût sur le marché est supérieur au coût de gouvernance interne (Watjatrakul 2005). En outre, Gottschalk et Solli-Sæther (2005) affirment qu'en ce basant sur cette théorie, l'externalisation des SI apparaît comme une décision rationnelle prise par l'entreprise en prenant compte des facteurs liés à la transaction tels que la spécificité des actifs et l'incertitude de son environnement. Cependant, Dibbern et al, (2004) indiquent que cette théorie est basée sur deux prétentions comportementales fondamentales pour la décision d'externalisation des SI, la rationalité limitée et l'opportunisme. L'incertitude relative aux coûts de transaction (ex ante et ex post) varie en fonction de ces comportements.

En second lieu l'approche stratégique, selon laquelle la théorie basée sur les ressources rejette les prétentions économiques traditionnelles que les ressources sont homogènes et parfaitement mobiles (Watjatrakul 2005). Selon cette théorie, les ressources sont distribuées de façon hétérogène à travers les firmes et sont imparfaitement transférées entre elles (Barney, 1991). Dans le contexte d'externalisation, et selon la théorie basée sur les ressources, les firmes peuvent être plus dynamiques si elles produisent des plus values en employant leurs ressources existantes pour soutenir l'avantage concurrentiel, tout en exploitant des occasions sur le marché ou en neutralisant les menaces relatives aux ressources stratégiques des concurrents (Barney, 1991). Les firmes maintiennent donc les ressources SI stratégiques qui leurs permettent de soutenir l'avantage concurrentiel intérieurement (Watjatrakul 2005). La théorie basée sur les ressources suppose que les firmes internalisent lorsque les ressources SI ont une importance stratégique, et externalisent celles coûteuses ou peu stratégiques (Goles et Chin, 2005).

Ceci renvoie au défi de distinction entre activité de support et activité stratégique liée au coeur du métier. Pour les SI, cette distinction est assez complexe que Lacity et al, (1995) affirment que: « In the great majority of cases, the strategic-versus-commodity approach led to problems and disappointments » (Lacity et al, 1995, p.84). En effet, pour faire partie du coeur du métier, une activité doit remplir les quatre conditions énoncées par Barney (1991) : valeur, rareté, non-imitabilité et non-substituabilité. Selon Barthelemy (2004a), l'externalisation des activités a forte proximité du coeur du métier est peu recommandée pour deux raisons : d'une part, il est très rare de trouver des prestataires capables de prendre efficacement en charge des activités qui présentent de telles caractéristiques. D'autre part, plus une activité est proche du coeur du métier, plus le risque de standardisation des actifs se pose avec acuité.

Les deux approches, économique et stratégique, se limitent à la prétention que lors du choix du mode de gouvernance des SI, l'entreprise prendra une décision rationnelle qui permet de maximiser l'efficacité et de se protéger du risque de l'opportunisme de l'autre partie. (Goles et Chin, 2005).

En fin l'approche sociale, qui se distingue des deux approches précédentes par le fait qu'elle suppose que ce sont les normes partagées et la mutualité des intérêts qui influencent sur les interactions entre les parties d'échange, ce que renvoie à des notions - comme la confiance, l'équité et la coopération - qui n'apparaissent pas dans les autres approches. (Goles et Chin, 2005). La théorie de l'échange sociale (Blau 1964, Emerson, 1972, cités par Kern et Willcocks, 2000), explique les relations d'échange dyadiques comme étant un ensemble des transactions volontaires qui servent pour le transfert des ressources entre deux acteurs pour réaliser un bénéfice mutuel. Dans un contexte de relation contractuelle d'externalisation, l'échange social implique que chaque fois où des échanges et des transmissions des ressources sont effectués entre les acteurs, ils mènent à un cycle continu des interactions renforcées par la mutualité (Kern et Willcocks, 2000). Chou et al, (2006) prouvent que l'approche sociale intervient avec toutes ses composantes comme des facteurs déterminants de la décision d'externalisation des SI. L'étude de la décision d'externalisation des SI à travers les différentes approches théoriques permet d'identifier les caractéristiques des fonctions SI candidates d'être externalisées. (Tab. 1)

Théories

Ce que devrait être externalisé

Théorie des coûts de transaction

Toutes les fonctions SI dont leurs bénéfices (augmentation des revenues et réduction des coûts) pour l'entreprise sont supérieurs aux coûts de transaction.

Théorie basée sur les ressources

Toutes les fonctions SI que l'entreprise ne possèdent pas les ressources suffisantes pour les exécuter efficacement à l'intérieur.

Théorie du coeur de métier

Toutes les fonctions SI qui sont périphériques à l'activité principale de l'entreprise sur le marché.

Théorie d'agence

Seulement les fonctions SI, que l'agent (prestataire) et le principal (entreprise externalisatrice des SI) ont des objectifs communs et partagent le même niveau de risque.

Théorie des échanges sociaux

Seulement les fonctions SI, que chacune des parties peut suivre ses propres intérêts et interagir avec l'autre partie pour accomplir ses objectifs, sans toutefois causer des risques à l'autre partie.

Théorie contractuelle

Seules les fonctions SI, que l'entreprise peut prévoir et assurer que le prestataire partagera le même comportement contractuel. (intégrité, réciprocité, solidarité contractuelle, confiance, ...)

Théorie de partenariat et d'alliance

Seules les fonctions SI, que l'entreprise peut prévoir et assurer une relation avec le prestataire, qui est basée sur l'interdépendance, la confiance, la flexibilité, la résolution des problèmes et conflits...

Tableau.1. Les fondements théoriques de l'externalisation des SI

Source : Adapté de Gottschalk et Solli-Sæther-2005

Maintenant que nous avons passé en revue les référentiels théoriques qui servent à la conceptualisation de cette variable, il est fort important d'indiquer que l'opération d'externalisation des SI n'est pas du genre de décision qui se prend à la légère. Il s'agit d'une décision stratégique cruciale à long terme, difficilement réversible (Reix 2000), et qui ne doit pas découler d'une décision irrationnelle. En effet, Fimbel (2003) argue que l'irrationalité dans la décision d'externalisation des SI peut émaner : de l'effet de mode en management, de l'incompréhension des SI par les dirigeants, ou encore de l'effet de mimétisme managérial où l'entreprise essaye d'imiter des pratiques ou des stratégies réussites des autres entreprises. Or, la décision d'externalisation des SI n'est pas une option que toute entreprise peut sélectionner et peut l'adopter de la même manière. Ainsi, avant d'opter pour une telle décision il est indispensable d'étudier ses différents attributs et dimensions. Nous traitons cette question dans ce qui suit.

sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.