WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La déperdition des soins prénatals au Tchad

( Télécharger le fichier original )
par Franklin BOUBA DJOURDEBBE
IFORD/Université de Yaoundé II - DESS en démographie 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION GENERALE

La mortalité maternelle et infantile est aujourd'hui au centre des préoccupations de toutes les sociétés. Chaque année, plus d'un demi million de femmes meurent des complications liées à la grossesse et à l'accouchement ; plus de 50 millions de femmes souffrent de graves maladies ou invalidités liées à la grossesse et à l'accouchement ; au moins 1,2 millions de nouveaux-nés meurent suite à des complications lors de l'accouchement dans le monde (OMS, 1997). La mortalité maternelle et infantile demeure encore plus élevée dans le monde et en particulier dans le monde en développement. Le Tchad est souvent présenté comme l'un des pays d'Afrique noire ayant un taux de mortalité maternelle élevé, bien au dessus de la moyenne africaine estimée à 800 décès pour 100 000 naissances vivantes. Le rapport mondial sur le développement humain (2003) fait mention de 1 500 cas pour 100 000 naissances vivantes. Par ailleurs, les données de l'EDST (1996-1997) ont montré que parmi les naissances enregistrées au cours des cinq années ayant précédé l'enquête, environ deux tiers (63,5%) n'ont fait l'objet d'aucune consultation prénatale, environ un tiers (32,5%) dont les mères ont consulté un professionnel de santé et 4% dont les mères ont consulté un professionnel de santé non formée. Ce qui apparaît très préoccupant, c'est que parmi les 33% des femmes qui effectuent au moins une CPN, nombre d'entre elles ne reviennent plus assurer la continuité des soins. Ainsi, on assiste à une déperdition des soins prénatals dans la mesure où la rétention des gestantes dans le système de santé n'est pas assurée. La déperdition des soins n'est pas souhaitable car elle constitue un obstacle à la lutte contre la mortalité maternelle et périnatale. Tout au long du processus d'enfantement, une femme devrait effectuer au minimum 4 visites, à intervalles réguliers comme l'OMS le recommande. La problématique de la discontinuité ou de la continuité des soins obstétricaux, moins encore celle de la déperdition des soins prénatals reste non soulevée par la communauté scientifique, la présente étude vient à point nommé compenser partiellement ce vide.

En entreprenant cette étude, notre objectif fondamental était de mettre à la disposition des chercheurs et décideurs des résultats pertinents pour l'amélioration de la continuité des soins prénatals au Tchad. Pour cela, nous avons défini un certain nombre d'objectifs spécifiques à savoir :

@ mesurer l'ampleur de la déperdition des soins prénatals ;

@ identifier les facteurs associés au phénomène et leurs mécanismes d'action.

Pour tester les hypothèses de recherche, nous avons eu recours à deux types d'approches d'analyse : l'approche descriptive et l'approche multidimensionnelle. A travers l'approche descriptive, le test de Khi-deux nous a permis de dégager les relations existant entre les variables indépendantes et la déperdition des soins prénatals. Au niveau bivarié, les variables telles que l'opportunité de la grossesse, le niveau d'instruction, le niveau de vie du ménage, la qualité des services, la distance par rapport au centre SMI, le milieu de résidence, le milieu de socialisation et la région de résidence sont fortement associées à la déperdition des soins prénatals quelle que soit la durée de la gestation à la CPN1. D'autres variables telles que la religion et l'ethnie ne sont associées à la déperdition que dans le premier trimestre. L'approche multidimensionnelle a permis d'examiner les mécanismes d'action entre différentes variables mises en évidence par la régression logistique ordonnée pas à pas et de cerner les variables les plus associées à la déperdition des soins au Tchad. Parmi les facteurs associés à la déperdition des soins prénatals quel que soit le début des CPN, on a entre autres le niveau de vie du ménage, l'opportunité de la grossesse, la région de résidence, l'ethnie (facteurs liés à la demande) et la qualité des services (facteur lié à l'offre). Lorsque les CPN commencent dans le premier trimestre de la grossesse, les facteurs associés à la déperdition des soins prénatals sont notamment le milieu de résidence, le niveau d'instruction (facteurs liés à la demande). A l'opposé, l'âge, la religion (facteurs liés à la demande) et la distance par rapport au centre SMI ne sont associés à la déperdition des soins prénatals que lorsque les CPN commencent au-delà du premier trimestre.

Au cours de ces analyses, certaines hypothèses que nous avons formulées ont été vérifiées :

H3 : La propension à la déperdition des soins prénatals est plus élevée chez les femmes dont la grossesse n'a pas été opportune que chez celles dont la grossesse a été opportune (partiellement).

H4 : La déperdition des soins prénatals diminue à mesure que le niveau d'instruction augmente (partiellement).

H5 : La déperdition des soins prénatals diminue à mesure que le niveau de vie augmente.

H6 : Les femmes résidant en milieu rural ou socialisées en milieu rural, ont une déperdition plus importante des soins prénatals, comparées aux femmes résidant en milieu urbain ou socialisées dans ce même milieu (partiellement).

H8 : La déperdition des soins prénatals augmente avec la distance par rapport au centre SMI (partiellement).

H9 : La déperdition des soins prénatals est plus importante lorsque la qualité des services est déficiente.

Nous ne saurions terminer ce travail sans relever ses limites relatives à :

@ La non disponibilité du calendrier de toutes les autres CPN qui auraient permis d'approfondir la problématique dans une approche dynamique.

@ La non prise en compte du qualitatif dans l'étude. Compte tenu de la complexité du social, le jumelage des données quantitative et qualitative aurait permis de mieux cerner les raisons culturelles associées à la déperdition des soins. Faute des données qualitatives, dans cette étude, les préférences et attentes liées aux coutumes ancestrales et comportements vis-à-vis des soins prénatals n'ont pas été prises en compte. L'hybridation méthodologique est d'une importance capitale.

RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS PROGRAMMATIQUES

@ Compte tenu de la forte déperdition observée entre la CPN3 et la CPN4, nous suggérons que l'Etat tchadien, les institutions et organismes intervenant dans le cadre des soins prénatals renforcent la sensibilisation de femmes à partir de la troisième visite prénatale, pour que celles-ci ne reviennent nécessairement à la quatrième visite assurer la continuité des soins. Ainsi, ce nombre minimum requis permettant de mettre relativement les femmes à l'abri de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement.

@ Nous recommandons que la sous-population utilisatrice (surtout les femmes âgées) des services prénatals soit sensibilisée et suivie de manière à la fidéliser au système de santé jusqu'à ce que la continuité des soins se garantisse. Cette sensibilisation pourrait consister à expliquer aux femmes les bienfaits de consultations prénatales.

@ Il serait recommandable de mettre en place des programmes de CCC (Communication pour le Changement de Comportement) dans les campagnes et petites villes afin d'amener les femmes issues de ces milieux à effectuer quatre CPN au minimum de façon régulière avant l'accouchement. Il faudrait que CCC soit particulièrement renforcée à partir de la troisième visite prénatale (CPN3), visite à partir de laquelle la prochaine devient moins sûre.

@ Il est également important d'améliorer la qualité des soins et des services de telle sorte que toute une panoplie de prestations puisse attirer les gestantes à revenir aux prochaines visites. Faire que le contact entre un prestataire des soins et une gestante soit harmonieux et plein de confiance.

@ Il serait, tout de même, indispensable de déclarer une guerre contre la pauvreté, obstacle majeur à l'accessibilité des services prénatals en encourageant la scolarisation de filles, la promotion les activités génératrices de revenus pour les femmes et en partageant le pouvoir de décision avec la femme.

RECOMMANDATIONS SCIENTIFIQUES

@ La déperdition des soins prénatals demeure encore un domaine inexploré, il serait souhaitable que des études comparées soient menées afin de cerner les fondements qui sous-tendent ce phénomène à travers les différents pays en développement. La bonne connaissance des facteurs associés à ce phénomène contribuerait à résoudre en partie la mortalité materno-infantile, jusqu'ici, élevée dans ces régions du monde.

@ La prise en compte des enquêtes qualitatives dans le cadre des études sur la déperdition des soins prénatals aiderait à combler les insuffisances des enquêtes essentiellement quantitatives.

@ Enfin, nous recommandons que les EDS saisissent le calendrier de toutes les visites prénatales permettant d'obtenir des informations plus raffinées afin de mieux appréhender les facteurs associés à la déperdition des soins prénatals à travers les pays du monde et ceux du monde en développement en particulier.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net