WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La question congolaise dans les relations interafricaines 1965 - 1970


par Omer KAZADI MUDIANDAMBU
Université Pédagogique Nationale/ UPN - Graduat 2006
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

Durant les cinq premières années de son indépendance, l'ancienne république du Congo - Léopoldville parait plutôt un « tournant dans l'histoire de l'Afrique » 1(*). C'est le moment de la grave crise politique dont la rébellion. A défaut d'une meilleure terminologie, cette période fut appelée « Congolisation » que l'on définit généralement comme synonyme de trouble politique sur le plan intérieur. De ces observations, la jeune république fut un terrain d'élection de la guerre froide et en même temps l'objet des interventions extrafricaines. Mais fut marquée par une politique basée sur la démocratie certaine.

Cette période n'est pas celle que nous nous sommes proposés d'analyser dans ce présent travail. notre propos concerne la « question congolaise dans les relations interafricaines » de 1965 à 1970. Au cours de cette période, nous allons essayer d'étudier les problèmes qui ont déterminé les attitudes des Etats africains vis-à-vis du gouvernement de Léopoldville. C'est ainsi que nous commencerons cet examen à partir de la prise du pouvoir par l'armée qui, le 24 novembre 1965, porta le Général Mobutu à la tête de l'Etat. L'étude va à la fin de l'an 1970, année durant laquelle fut tenu à N'selé le 1er congrès extraordinaire du MPR 2(*) par lequel Mobutu fut désigné comme candidat unique à la présidence de la république. Au même moment est promulguée la loi consacrant le MPR comme institution suprême de l'Etat zaïrois.

Toute fois certains phénomènes, ce cadre temporel a été élargi, tandis que la délimitation spatiale intéresse aux Etats de l'Afrique indépendante. L'année 1965 par rapport aux événements de l'année précédent(1964) : l'expansion rapide des rébellions mule listes, le retour au pouvoir de Tshombe, l'opération de reconquête et l'action aéroportée belgo - américaine sur Stanley-ville actuelle ville de Kisangani, se présente comme celle de moindre intensité dramatique. Mais elle est marquante et très importante dans l'évolution de l'histoire de notre pays par ses aspects et ses faits : la rigoureuse répression opérée dans les zones rebelles, la démission forcée de Tshombe dans son contexte de rivalité pour la présidence de la république, la prise du pouvoir par le Haut - commandement de l'Armée Nationale Congolaise ( ANC), font en effet des facteurs considérables au cours de l' année 1965. Ils constituent l'objet d'un intérêt important à l'échelle africaine et internationale.

S'agissant de la période de 1965 à 1970, des fortes tensions ont été enregistrées tant au niveau local qu'africaine depuis l'installation du nouveau régime : l'état de relations belgo - congolaises au sujet du contentieux et l'affaire de l'Union minière du Haut Katanga (UMHK), la question des mercenaires au Congo, le problème des réfugiés font l'objet d'une analyse approfondie. En vue de mettre fin au cloisonnement hérité delà colonisation, le zaïre s'ouvre aux autres par la création de l'Union des Etats de l'Afrique Centrale (U.E.A.C.).

La réalisation de ce travail nous renseigne davantage et cherche à satisfaire la curiosité de certaines personnes sur ces épineux problèmes et sur le rapport entre le zaïre et les pays africains. Il est hardi étant donné que ces événements abordés sont déjà connus. Notre souci est loin d'être celui de porter les facteurs purement nouveaux, mais bien de reconsidérer ces mêmes faits à notre contexte. C'est - à - dire, notre recherche ne peut se comprendre que dans un effort d'explication, d'interprétation, de précision de certains phénomènes par un point de vue capable de les enrichir par sa convergence ou sa divergence.

En abordant ce travail, nous reconnaissons avoir crée de multiples interrogations qui d'ailleurs, n'ont pas trouvé satisfaction dans l'état actuel des choses. Ce n'est que pour certains spécialistes, qui s'intéressent aux relations du zaïre avec les Etats africains, un point de départ, une approche des recherches plus approfondies à entamer qui, tout de même reste utile à consulter.

En ce sens, nous avons contribué modestement à l'état de connaissance de la crise congolaise dans les rapport avec l'Afrique qu'obéit cette étude. S'il arrivait de ne pas atteindre ce but ce travail réclamerait le seul mérite d'avoir réuni un bon nombre des documents liés à la question congolaise.

Concernant la méthode utilisée, notre recherche s'est déroulée en deux étapes : Au cours delà première, notre démarche a consisté à rassembler et sélectionner les sources ayant de près ou loin des interférences avec le sujet. Cette analyse est l'aboutissement d'une série de recherche bibliographique menée à travers la ville de Kinshasa. Elle fut complétée par plusieurs voyages effectués au Congo - Brazzaville afin de réunir des documents nécessaires non trouvé sur le marché local. La deuxième étapes a consisté en un dépouillement et une analyse de ces sources. Ce qui a conduit enfin à l'interprétation et l'explication des faits.

Nous ne saurions mettre fin à cette introduction sans faire mention des difficultés rencontrées. Elles ont été énormes. Tout d'abord, la rareté de la documentation concernant les relations interafricaines est une difficulté fondamentale. Il est vrai que les rapports de décisions importantes de la politique extérieure pris dans les sommets ou souvent au cours des tête-à-tête, sont jalousement enfouis dans les tiroirs des personnalités qui y ont pris part et disparaissent finalement avec fin de service de ces derniers ; alors que les extraits restent dans les revues et journaux.

Ensuite, l'accès dans nos bibliothèques ou l'on trouve quelques rares sources nous a été difficile à cause de moyen financier et le transport qui sont épineux pour tout étudiant en particulier et tout « Kinois » en général.

Etant donné ces difficultés, nous ne pouvons prétendre présenter une analyse exhaustive et parfaite. Ce travail n'est qu'une goutte d'eau qui, ajoutée à d'autres formeront un lac ou les « notres » iront se baigner. Les erreurs sont inhérentes à la nature humaine q'on veuille bien nous en excuser.

De ce point de vue, notre étude est présentée en cinq chapitres. Le premier est consacré à l'étude de l'opposition interne du congo. Il traite les événements concernant la course au pouvoir entre TSHOMBE et KASA - VUBU ainsi que les circonstances décisives de la prise du pouvoir par l'armée. Le second chapitre parle du contentieux belgo - congolais au sujet de l'Union Minière du Haut Katanga(UMHK) et les problèmes posés par le nouveau régime. Notamment celui de transfert du siège social de cette société de la Belgique à Kinshasa, la naissance de la GECAMIN et recherche d'une possibilité de coopération en vue de la commercialisation des minerais. La question des mercenaires fait l'objet du troisième chapitre. Elle fut déclenchée le 5 juillet 1967 dans l'Est du zaïre, sous le commandement de deux officiers, le Belge JEAN SCHRAMME et le Français BOB DENARD.

Le quatrième chapitre aborde le problème des réfugiés au zaïre ainsi que leurs implications politique entre les Etats frontaliers. Enfin le cinquième chapitre quant à lui, étudie le raffermissement de relations entre le zaïre et les Etats africains ; il analyse aussi les différentes attitudes prises par ces pays face au gouvernement de Kinshasa dans ses difficultés avec les mercenaires et le conflit économique contre les représentants de l'ancienne U.M.H.K.

D'où ces relations sont étudiées d'abord au sein de la Conférence des Etats de l'Afrique Centrale et Oriental( C.E.A.C.O.) qui englobe la quasi - totalité des Etats voisins du zaïre et les pays de l'Afrique orientale. Ensuite au niveau de l'O.U.A. Une section est réservée à l'étude des relations particulières du zaïre avec certains Etats de l'Afrique du Nord, de l'Ouest et de l'Afrique équatoriale.

Nous tenons à signaler enfin que, la débaptisation du pays et de ses provinces étant intervenue le 27 novembre 1971, nous avons préféré maintenir encore chaque événement dans son contexte historique. C'est ainsi que les anciennes appellations sont reprises dans plusieurs circonstances au cours de cette dissertation.

CHAPITRE PREMIER

OPPOSITION INTERNE DU CONGO

L'opposition interne de cette période se nourrit de différent par KASA - VUBU et TSHOMBE ainsi que les tensions entre les candidats concurrents à la direction des provinces. Il s'agit de l'action menée par les hommes tels que KALONJI, KAMITATU, NENDAKA, NGALULA etc....

Notre propos dans ce chapitre est d'aboutir aux circonstances décisives da la prise du pouvoir par l'armée. A savoir, la course au pouvoir des politiciens TSHOMBE et KASA - VUBU, et la crise gouvernementale de novembre 1965. Le problème lié aux candidats concurrents à la tête des provinces ne fera pas partie des aspects fondamentaux analysés au cours de cette étude.

* 1 N'KWAME NKRUMA, I speak of Freedom, New-York 1961; p. 257. Traduit de l'anglais par Y. LELOUX, cité dans CAHIERS ECONOMIQUES ET SOCIAUX, vol . III , sept. 1970 IRES Lovanium Kinshasa p. 417.

* 2 M.P.R : Mouvement Populaire de la Révolution

sommaire suivant