WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'énergie et le processus de mise en valeur du Cameroun français (1946-1959)

( Télécharger le fichier original )
par Moà»se Williams Pokam Kamdem
Dschang - Maitrise 2007
  

précédent sommaire suivant

B. L'impératif de mobilisation imposé par la Reconstruction

La demande d'armistice, formulée le 17 juin 1940 par le maréchal Pétain face à l'avancée fulgurante des troupes allemandes, avait dans un premier temps limité les destructions sur le territoire français. Mais dès 1943, les bombardements et le débarquement des troupes alliées n'avaient pas épargné l'infrastructure. Le besoin de recourir à la planification dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale s'imposa alors.

1. La conférence de Brazzaville

L'Outre-mer avait également souffert du conflit : l'absence d'investissement d'origine métropolitaine et l'effort de guerre considérable de ces territoires pour sauver "... l'honneur bafoué de la métropole"84(*) avaient laissé l'infrastructure sans entretien. La Conférence africaine française tenue à Brazzaville du 30 janvier au 8 février 1944 avait alors été présentée comme le remerciement de la France libre à l'Afrique noire. De Gaulle y proclama ainsi :

Au moment où commençait la présente guerre mondiale, apparaissait déjà la nécessité d'établir sur des bases nouvelles les conditions de la mise en valeur de notre Afrique, du progrès humain de ses habitants et de l'exercice de la souveraineté française. Comme toujours, la guerre elle-même précipite l'évolution...85(*)

Bien que les participants à cette conférence réaffirmèrent leur opposition à toute idée d'autonomie des colonies et se prononcèrent pour une vision prudente quant à l'industrialisation de celles-ci, une volonté nette se dégageait d'établir des plans de mise en valeur pour l'Outre mer. Le plan Monnet y servit de base.

2. L'orientation générale du plan de mise en valeur

Il faut dire que la planification de l'Outre mer s'est inspirée de celle de la métropole. En effet, la France fut placée sous le régime du plan dès janvier 1946. Pour cause, "l'idée de planification était conforme à l'orientation politique générale, mais imposée aussi par les besoins de la reconstruction et la nécessité d'utiliser au mieux les faibles investissements disponibles."86(*) La reconstitution de la France imposait alors la mise en valeur méthodique de l'Outre-mer. Il fallait donc coordonner leur développement avec celui de la métropole pour en faire des économies complémentaires, intégrées, cohérentes. La reconstruction consista alors pour l'Outre-mer à mettre sur pied l'infrastructure de transport et la production en faveur de la métropole. Coquery-vidrovitch note ainsi :

Dans son premier plan (plan Monnet 1946 - 1952), la France incluait l'Outre-mer mais dans le second plan (plan Hirsch 1954 - 1957), il y avait pour l'Union française un plan d'équipement distinct visant à une intégration accélérée des territoires à l'économie métropolitaine. 87(*)

La loi du 30 avril 1946 peut alors être perçue comme l'aboutissement d'un long processus débuté en 1921 et que les affres de la guerre avaient imposé comme une nécessité.

* 84 ANY, 1AC5138, Programme triennal de Grands Travaux. 1943-1944-1945. Territoire du Cameroun.

* 85 Cité par Marseille, Empire colonial ..., p. 440.

* 86 C. Ambrosi, A. Ambrosi, La France 1870-1990, Paris, Masson, p.285.

* 87 Coquery - Vitrovitch, "Les changements économiques en Afrique...", p.208.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.