WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact des communications modernes et traditionnelles sur les relations sociales dans le secteur Gisenyi (1998-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Pascal BIZIMANA
Université libre de Kigali campus de Gisenyi - Licence 2010
  

précédent sommaire suivant

I.3.2. Modèle de H.D LASSWELL

H.D Lasswell s'est fait un nom en modernisant la communication de masse  Pour lui, il s'agit de la décrire à travers les questions : « : Qui, dit quoi, par quel canal, à qui et avec quel effet ? ». C'est la stricte reprise des cinq questions que  Quintilien adressait à tout apprenti  rhéteur.

Ø Qui ? : correspond à l'étude sociologique du ou des milieux et organismes  émetteurs.

Ø Dit quoi ? : se rapporte au contenu du message, à l'analyse de ce contenu.

Ø Par quel  média ou  canal ? : C'est l'ensemble des techniques utilisées pour diffuser l'information à un instant donné dans une société donnée.

Ø A qui ? : vise l'auditoire, ou audience. C'est-à-dire les publics  récepteurs avec des analyses selon des variables

Ø Avec quels effets ? : Il s'agit d'analyser et d'évaluer les influences du message sur l' audience.

Ce modèle conçoit la communication comme étant un processus d' influence et de  persuasion, très proche de la  publicité. Ce modèle dépasse la simple transmission du message (même s'il y reste centré) et envisage notamment les notions d' étapes de communication, la capacité de pluralité des  émetteurs et des  récepteurs et de finalité d'une communication (ses  enjeux).

Pourtant il est critiquable, sur la même base que les critiques émises contre le modèle de  Claude Shannon et Weaver. En effet il envisage la communication comme une relation d'autorité et de persuasion. Et il néglige le message de  rétroaction, ainsi que les notions de  psychologie et de  sociologie de part et d'autre de la  relation de communication. Le  récepteur est toujours considéré comme passif, ce qui est encore inexact, car il existe en général  interaction entre l' émetteur et le  récepteur, ce qui n'est pas pris en compte dans ce modèle.

L'un de ses ouvrages majeurs - Propaganda Technique in the World War ( 1927) - fait partie des ouvrages de référence dans l' usage de la  propagande dans la  Seconde Guerre mondiale. Sa vision autoritaire, voire autoritariste de la communication, lui vaut de nombreux ennemis, encore aujourd'hui ( http://www.wikipedia.org/communication%20-%20W.webarchive consulté le 13/10/2009).

I.3.3. Modèle de John White Riley et Matilda White Riley

Dans ce modèle est considérée en premier lieu l'appartenance des individus humains à des groupes. L' émetteur rebaptisé  communicateur, et le  récepteur sont donc distribués dans des groupes primaires (familles, communauté, petits groupes...) sociologiques.

Ces groupes influeraient la façon de voir, de penser et de juger de leurs membres. Et ces groupes évoluent dans un contexte social dont ils dépendent. Ce modèle de  Matilda White Riley et de  John White Riley introduit de nouvelles notions, notamment celle de  contexte et d'appartenance à un groupe, liées à la  sociologie. De plus ce modèle est le premier à prendre en compte la notion d'une boucle de rétroaction, entre l'émetteur et le  récepteur. Cela montre qu'il y a réciprocité et inter-influence entre les individus. Ce modèle est à l'origine des travaux sur la  communication de groupe.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net