WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact des communications modernes et traditionnelles sur les relations sociales dans le secteur Gisenyi (1998-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Pascal BIZIMANA
Université libre de Kigali campus de Gisenyi - Licence 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.3 MOYENS UTILISES FREQUEMMENT PAR LES ENQUETES POUR COMMUNIQUER

Il s'agira d'identifier d'après les résultats obtenus sur terrain au près des enquêtés, les moyens utilisés fréquemment pour communiquer à distance pour la réception ou la transmission des messages.

Tableau 6: Les moyens modernes de communication utilisés fréquemment pour communiquer à distance

Moyens modernes de communication fréquemment utilisés

effectif

pourcentage

Téléphone

53

61.2%

Internet

18

21.2%

Tambour

0

0%

Fax

7

8.2%

Messager

1

1.1%

Courrier postal

6

7.1%

total

85

100%

Source : Notre enquête, avril 2010

Comme nous pouvons le remarquer dans le tableau ci-dessus, 61,2% des répondants affirment utiliser les téléphones comme moyens de communication à distance, 21.2% des enquêtés, recourent l'Internet, 0% de personnes enquêtées utilisent le tambour, 8.2% utilisent le fax, 1.1% des nos enquêtés se servent d'une personne pour transmettre l'information ou le message, enfin 7.1% utilisent le courrier postal pour transmettre le message.

Ces résultats nous montrent à quel niveau l'usage du téléphone est courant par rapport à d'autres outils de communication, et qui est suivi par l'internet, dont l'usage s'avère intéressant pour un grand nombre du public, même si les moyens pour se payer un accès se montrent toujours difficiles et étant un obstacle au grand public. Notamment peu sont ceux qui envoient une personne pour transmettre l'information à cause de l'avènement du téléphone qui a tout basculé.

Il est jugé plus facile de passer un coup de fil que de transmettre le message par l'intermédiaire d'une autre tierce personne. Comme il est clair, on utilise plus le tambour pour communiquer vu la facilité que la technologie nous offre, par contre certaines personnes écrivent une lettre qu'ils font parvenir au destinataire via la poste.

Tout au long de l'histoire de l'humanité, les technologies sont destinées et font évoluer l'organisation de nos sociétés. Aujourd'hui, les nouvelles technologies, et notamment celles de l'information et de communication ouvrent la voie des modèles de société plus durables.

2.4. LA PLACE DE LA COMMUNICATION TRADITIONNELLE DANS LA SOCIETE

De nos jours, le monde opte pour un développement durable où tous les moyens convergent à améliorer et à faciliter le style de vie au quotidien. Autrefois avant l'avènement des voies modernes de communication à distance, l'homme communiquait malgré ses moyens jugés inefficaces de nos jours, mais actifs dans temps là.

Actuellement, ces voies de communication dites traditionnelles notamment : le tambour, la flute, occupent une place symbolique au sein de la société, nous les trouverons notamment au musée national où ils symbolisent la tradition et font partie de notre héritage ancestral.

Tableau 7: Moyens de communication traditionnelle ayant une place prépondérante dans la société

Place prépondérante dans la société actuelle

Effectif

Pourcentage

Tambour

41

41.3%

Flute

5

5.9%

Corne d'antilope

2

2.6%

messager

37

43.5%

total

85

100%

Source : Notre enquête, avril2010

Comme nous le voyons ci-dessus dans le tableau, 48.3% de nos enquêtés nous ont témoigné que l'usage du tambour occupe toujours une place importante dans la société dans la mesure où il est symbole toujours de la tradition ou la culture. «Pendant les manifestations culturelles sur la scène internationale, ce qui nous différencie des autres peuples, ce n'est pas seulement notre façon de nous habiller ou de danser, il ya aussi les outils utilisés notamment la flute, les lances et boucliers mais surtout le tambour, parce que quand nous le battons, c'est tout le monde qui veut comprendre le message que nous voulons véhiculer à travers son battement», souligne un enquêté. 5.9% useraient de la flute, et c'est toujours dans le cadre des manifestations culturelles, par contre, la corne d'antilope, semble disparaitre comme nous le montre le pourcentage soit 2.6%. Le tambour est également utilisé lors des cérémonies de mariage et dans les églises tant protestantes que catholiques.

Enfin 43.5% transmettent l'information ou le message par biais d'une tierce personne couramment appelée messager. « Bien sûr, ce pas toujours prudent et sûr lorsque vous transmettez une information par l'intermédiaire d'une autre, parce que il ya risque toujours de détérioration du message à l'arrivée au destinataire», souligne un interrogé.

Aujourd'hui, les TIC ont pris le devant dans le domaine de la communication et de l'information. Le contexte économique actuel exige d'énormes besoins de compétences pour développer les technologies pouvant contribuer à répondre aux enjeux du développement durable. C'est à travers le développement de compétence que la société évolue en profondeur.

«Au commencement était la parole», dit la Sainte Bible. Toute société est d'abord passée par l'oralité. Le tambour en tant que moyen de communication, se voit remplacer par des moyen plus modernes (téléphone, Internet,...) qui de nos jours sont plus efficaces et rapides pour communiquer.

Les possibilités et les attentes que nous avons à l'égard des TIC sont démesurées. Jusqu'en 1994 le service de télécommunication du Rwanda était surtout utilisé par le gouvernement ; mais le génocide a marqué un changement fondamental dans la communication et le gouvernement s'est lancé dans sa stratégie visant à améliorer la connectivité au profit du développement. C'est ainsi qu'est née la politique socio-économique intégrée, axée sur les TIC au Rwanda adoptée par le cabinet au début de 2000 et le plan de l'infrastructure nationale de l'information et la communication (NICI). Le plan devait être mis en oeuvre par intervalles de cinq ans, chaque étape s'attaquant à un schéma différent.

Dans sa politique de la vision 2020, les TIC figurent sur la liste des objectifs à atteindre voire même parmi les priorités. Aujourd'hui, les TIC sont d'accès libre à tout citoyens même si la majorité ne peut jouir de ce privilège vu le revenu par habitant encore faible.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net