WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Participation des populations au processus d'élaboration et de mise en œuvre du plan de développement de la commune de Dogbo

( Télécharger le fichier original )
par François ZINSOU
Université d'Abomey-Calavi ( Bénin) - Maàtrise 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V- JUSTIFICATION DU THEME

5.1 RAISONS OBJECTIVES

Le concept de participation est devenu depuis un certain temps le maître mot des documents de projet d'intervention de développement. On parle de participation des concernés, d'approche participative, diagnostic participatif, de participation communautaire, etc. C'est aujourd'hui une notion centrale du développement en général et du développement local en particulier.

Pour certaines des administrations et des partenaires au développement, c'est une exigence de recevabilité des projets et programmes par les bailleurs de fonds, les structures de financement ou partenaires financiers. Pour d'autres, c'est une attitude indispensable pour une fondation sociale de l'action, des projets à réaliser, pour la durabilité et la pérennisation des actions. Pourtant, les conditions de ce que doit être une bonne participation font objet de discussion, tant la définition elle-même de la participation laisse libre cours aux interprétations. En effet, chaque structure ou acteur semble comprendre et mettre en pratique le concept à sa façon dans ses actions de développement.

Certains auteurs7(*) avaient déjà reconnu que si l'unanimité s'est créée autour de quelques concepts généraux à l'instar de : information et présence des acteurs, prise de décision concertée, contribution financière, contribution matérielle, apport en main-d'oeuvre, ceux-ci résistent mal aux disparités du terrain. Les pratiques ne coïncident pas toujours avec les bonnes intentions. La multiplicité des acteurs, des statuts, des expressions culturelles sont autant de portes ouvertes aux interprétations. Les besoins évoluent et s'accommodent mal de critères politiquement corrects et stéréotypés qui, mal appliqués et parfois imposés, tendent à édulcorer les rapports de force entre individus et à étouffer les divergences d'intérêts.

Eu égard à tout ce qui précède, les approches d'intervention, si participatives soient-elles, ne se ressemblent pas toujours, ne prennent pas toujours en compte les aspirations de toutes les couches sociales, surtout les couches les plus marginalisées, les plus pauvres, les minorités.

Cette insuffisance, pour une raison ou une autre, constitue un risque important de l'échec des plans de développement locaux. Face à cette situation, des auteurs se sont intéressés à la question de participation. En effet, les sociologues et agronomes comme BAYER Ann waters et BAYER Wolfgang ont décrit la typologie des participations locales au programme de développement. Ils distinguent la  participation passive, la participation en fourniture d'informations, la participation par consultation, la participation interactive, l'auto mobilisation.

Les auteurs BOON André, MONGBO Roch, VODOUHE S. Davo et CINO Bernard ont montré l'évolution des approches en milieu Adja depuis 1905. Ils reconnaissent que jusqu'à une période récente, la participation des paysans « se réduisait, outre la cession obligatoire de leur terre et / ou de leur temps de travail, à l'adoption des innovations et à la production des matières premières agricoles destinées à l'exportation. Ils étaient exclus de la prise de décisions et leur savoir était jugé peu ou pas utile »8(*).

En somme, les études précitées sur la participation, malgré leur caractère historique et descriptif, ont fait le point de l'évolution de la participation. Mais elles ne s'interrogent ni sur les fondements de la faible ou non participation des populations aux différentes étapes de réalisation des actions, ni sur ses conséquences quant à ce qui est de la gestion et la pérennisation des actions de développement.

Cette recherche qui prend pour cadre d'étude la commune de Dogbo dans le département du Couffo trouve sa raison d'être en tentant de décrypter les forces et les faiblesses de la participation des populations aux actions de développement communal.

En effet, la documentation faite montre qu'aucune des études faites sur les communes du département du Couffo et en particulier la commune de Dogbo n'aborde réellement la question de la participation des populations au développement, notamment dans le cadre du plan de développement local. Ainsi, cette recherche permettra de comprendre ce qui défavorise la participation effective de toutes les couches sociales au processus de développement local en milieu Adja à travers le cas de la commune de Dogbo.

* 7 BAYER, A. W. ; BAYER, W. Planification avec les pasteurs, MARP et au-delà : un compte-rendu de méthodes centré sur l'Afrique. Division 422 GTZ 1995 Göttingen. Pp 8-9

* 8 BOON, A. ; MONGBO, L. R. ; VODOUHE, S. D. ; CINO, B. Interventions et participation paysanne, in DAANE, J. ; BREUSERS, M. et FREDERIKS, E. Dynamique paysanne sur le plateau Adja du Bénin. Paris, Karthala, 1997. P 270.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net