WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Caractérisation des communautés végétales d'une réserve de Miombo en relation avec la faune (Lubumbashi, RDC)


par Margaux Muyle
Gembloux Agro-Bio Tech - Bio-ingénieur en gestion des forêts et des ressources naturelles 2012
  

sommaire suivant

CARACTÉRISATION DES COMMUNAUTÉS

VÉGÉTALES D'UNE RÉSERVE DE MIOMBO EN

RELATION AVEC LA FAUNE (LUBUMBASHI,

RDC)

MARGAUX MUYLE

TRAVAIL DE FIN D'ÉTUDES PRÉSENTÉ EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLÔME DE
MASTER BIOINGÉNIEUR EN GESTION DES FORÊTS ET DES ESPACES NATURELS

ANNÉE ACADÉMIQUE 2011-2012

PROMOTEUR: MAHY G.

Le présent document n'engage que son auteur.

(c) Toute reproduction du présent document, par quelque procédé que ce soit, ne peut être réalisée qu'avec l'autorisation de l'auteur et de l'autorité académique de Gembloux

Agro-Bio Tech.

CARACTÉRISATION DES COMMUNAUTÉS

VÉGÉTALES D'UNE RÉSERVE DE MIOMBO EN

RELATION AVEC LA FAUNE (LUBUMBASHI,

RDC)

MARGAUX MUYLE

TRAVAIL DE FIN D'ÉTUDES PRÉSENTÉ EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLÔME DE
MASTER BIOINGÉNIEUR EN GESTION DES FORÊTS ET DES ESPACES NATURELS

ANNÉE ACADÉMIQUE 2011-2012

PROMOTEUR: MAHY G.

Remerciements

J'aimerais remercier ici toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont participé à la réalisation de ce travail :

· Le Professeur Grégory Mahy, promoteur de ce travail, pour sa disponibilité, son aide, ses conseils et ses multiples relectures ;

· Pacifique Kizila, de l'Université de Lubumbashi, sans qui ce travail n'aurait probablement jamais vu le jour (Mungu wa ba kambo haku kumbuke) ;

· Aurélie Hick, doctorante, pour sa disponibilité, ses conseils, son soutien et son amitié ;

· Julie Linchant et Denis Maekelbergh, pour le partage réciproque de données ;

· Michel Anastassiou, propriétaire de Mikembo, et Michel Hasson, administrateur de BAK, pour leur accueil au sein de ce magnifique sanctuaire ;

· Vanessa Anastassiou, gestionnaire des asbl Mikembo et BAK pour sa disponibilité et sa gentillesse aux cours des trois mois passés à Lubumbashi ;

· François Kyakaba, gestionnaire de la réserve, pour sa gentillesse et son aimable contribution à ce travail ;

· Maxime Seleck, pour son cours sur la complexité des analyses multivariées ;

· Cynthia Thomas, pour sa gentillesse et son aide lors du broyage de la biomasse ;

· Marianne Flahaux et Anne Mouteau, du CRAW, pour la réalisation des analyses SPIR ;

· Yves Brostaux, pour ses conseils statistiques avisés ;

· François Lehaire, pour le partage de son expérience des relations faune-flore ;

· Et pour finir, toutes les personnes qui ont accepté de relire ce travail : mes parents, Romain et Valérie.

J'aimerais également remercier toutes les personnes qui ont rendu la vie à Lubumbashi extrêmement agréable : les papas de Mikembo, Augustin et Joseph, ainsi que Maman Claude. Merci également à tous les étudiants, doctorants et autres qui sont passés par cette maison à côté de Manoah et à tous les expat' qui nous ont fait découvrir la vie lushoise.

Dans ce travail, marquant la fin de cinq ans d'étude, simplement merci à nos professeurs, qui tout au long de ces années, nous ont supporté et finalement, nous ont faits devenir ingénieur.

Plus personnellement, j'aimerais remercier tous ceux qui ont fait que ces cinq merveilleuses années au sein de la faculté de Gembloux furent ce qu'elles fussent. Merci à cette fabuleuse famille gembloutoise, nous ne nous oublierons pas. Plus particulièrement, merci à Marie, Nicolas, Romain, Hélène, Hada, et tant d'autres, vous vous reconnaitrez, j'en suis sûre.

Le dernier mais non le moindre, un grand merci à mes parents, ma soeur et mes grands-parents qui m'ont soutenu durant ces études, m'ont encouragé et ont supporté mes jérémiades.

Sachez que tous, chacun à votre échelle, avez rendu ce travail possible. Merci.

Résumé

La présente étude se déroule dans une réserve de miombo, créée en 2006 en périphérie de Lubumbashi, avec présence de grands herbivores. Le miombo est un type de forêt claire caractérisée par les genres Brachystegia et Julbernardia. Actuellement, cet écosystème subit d'énormes pressions anthropiques. L'abattage de ses arbres, en vue de la production de makala ou pour la conversion des terres pour l'agriculture, a été accéléré ces dernières années, principalement à cause de l'ouverture des routes et de la croissance démographique. Cette dégradation impacte non seulement la faune et la flore de cet écosystème mais également les populations locales dépendant de cet écosystème. L'écologie des communautés du miombo katangais n'avait plus été étudiée depuis longtemps : son étude a repris depuis une dizaine d'années. L'objectif de ce travail est de déterminer les dynamiques des communautés végétales d'une réserve de miombo en régénération en présence de la grande faune. Cette étude a identifié une communauté de forêt ancienne, trois communautés de forêts hétérogènes de type Brachystegia-Julbernardia (avec zones anciennes mais également zones de régénération), un fourré à Uapaca spp., une communauté de savanes boisées et des savanes arborées, principalement en zone humide. Déterminer la dynamique entre ces différentes communautés s'avère difficile au vu de la zone d'étude. Néanmoins, il a été possible de constater que les espèces en régénération correspondaient généralement aux espèces en place dans le peuplement. Les sols gris contiennent principalement les savanes arborées. Les sols de faible profondeur ont comme espèce caractéristique Marquesia macroura, alors que les sols les plus profonds sont caractérisés par les Uapaca spp. Les ongulés marquent une préférence pour les zones de savanes boisées et les principaux impacts de cette faune sont une diminution de la richesse spécifique, de l'importance de la régénération et du poids en matière sèche de la strate herbacée.

Mots-clés : miombo, relations flore-herbivore, communauté végétale, régénération, Katanga

sommaire suivant