WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Revue de la littérature relative au nonprofit marketing et au fundraising. Etude exploratoire du marché belge du don

( Télécharger le fichier original )
par Denis Mercier
ICHEC Brussels Management Sch. - Master en Mangement International 2012
  

précédent sommaire suivant

1.4.2.6 DON MOYEN DES MÉNAGES DONATEURS PAR QUARTILE DE REVENU ET PAR RÉGION

FIGURE III-21

DON MOYEN DES MÉNAGES DONATEURS BELGES (1999-2010) PAR GROUPE DE REVENU & PAR RÉGION (EN - AUX PRIX DE 2012)

 
 
 

735

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

419

403

 
 

355

322 304

331 343

361

 
 

354

316 319

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Q1 Q2 Q3 Q4

Bruxelles Flandre Wallonie

800

700

600

500

400

300

200

100

0

Données brutes: Bureau fédéral du Plan, Direction générale Statistique et Information économique ; Calculs: D. Mercier.

Les conclusions tirées de l'analyse des deux diagrammes précédents (Figure III-19 & Figure III-20) sont applicables, comme le montre la Figure III-21, aussi bien au niveau national qu'au niveau régional : il n'existe pas de lien linéaire significatif entre le don moyen annuel des ménages donateurs et le quartile de revenu dans lequel ils se trouvent.

Nous avons pu déterminer - plus tôt au cours de cette analyse - que Bruxelles-Capitale est la région dans laquelle le don moyen annuel des ménages donateurs est le plus élevé pour la période étudiée (1999-2010).1 Cette assertion est confirmée par la Figure III-21 et elle se vérifie dans chacun des quartiles de revenus, à l'exception du second quartile - dans lequel les ménages donateurs bruxellois sont moins généreux que les ménages flamands et wallons.

Notons également que les ménages donateurs bruxellois du quatrième quartile de revenu sont ceux qui contribuent le plus nettement à l'indice élevé du don moyen annuel des ménages donateurs de cette région ; leur don moyen annuel pour la période 1999-2010 est 1,75 fois plus élevé que le don moyen annuel des ménages flamands et 1,82 fois plus élevé que celui des ménages wallons. Ils sont par ailleurs, dans ce quartile, proportionnellement plus nombreux à

1 Cf. Supra Figure III-8, p. 29.

45 | P a g e

donner que les ménages wallons mais proportionnellement moins nombreux que les ménages flamands.1

1.5 CONCLUSION DE LA 1ÈR E PARTIE

En conclusion de cette première partie de notre étude exploratoire du marché du don en Belgique, nous allons résumer les principaux enseignements que nous avons pu tirer de l'analyse des données dont nous disposions.

1ER ENSEIGNEMENT

Il y a en Belgique, depuis 1985, une tendance à l'augmentation du nombre de libéralités déclarées par les citoyens ; cette augmentation en nombre entraîne une augmentation du montant total des dons fiscalement déclarés - les deux variables sont fortement corrélées.

2ÈM E ENSEIGNEMENT

On observe, par contre, une tendance à la diminution du montant moyen des dons déclarés fiscalement par les citoyens du royaume. Les donateurs auraient donc tendance à multiplier leurs dons mais en versant des sommes plus modestes. Le montant moyen du don annuel - déclaré ou non-déclaré - des ménages donateurs belges suit également une tendance décroissante entre 1999 et 2010.

Les évolutions des libéralités déclarées et des dons des ménages sont par ailleurs perturbées par des pics de croissance importants lorsque surviennent des catastrophes majeures fortement médiatisées, comme le Tsunami dans l'océan indien.

3ÈM E ENSEIGNEMENT

La proportion de ménages donateurs à l'intérieur des frontières est relativement stable ; elle a oscillé, de 1999 à 2010, entre 15 et 20% ; et cette variable semble influencer - sur cette même période - le nombre de libéralités déclarées. C'est en Flandre qu'on retrouve la proportion moyenne de ménages donateurs la plus importante, la Wallonie se place en deuxième position et la région de Bruxelles-Capitale ferme la marche.

1 Cf. Supra Figure III-18, p. 42.

46 | P a g e

4ÈM E ENSEIGNEMENT

Le pourcentage de ménages donateurs est une fonction croissante du niveau de revenu ; plus le quartile de revenu observé est élevé, plus la proportion de ménage donateurs à l'intérieur du quartile est importante. Le don moyen des ménages donateurs n'est, par contre, pas directement proportionnel au revenu. Le don moyen annuel des ménages donateurs d'un quartile de revenu donné n'est pas forcément plus élevé lorsqu'on passe à un quartile supérieur.

5ÈM E ENSEIGNEMENT

Par contre, le don moyen des ménages donateurs diffère d'une région à une autre ; il est le plus élevé à Bruxelles, puis en Flandre, et la Wallonie ferme la marche. Les indices observés à Bruxelles sont nettement supérieurs à ceux observés en Flandre et en Wallonie ; particulièrement lors de la survenance de crises humanitaires graves. Ce sont le ménages donateurs bruxellois du dernier quartile de revenu - les 25% de ménages bruxellois les plus aisés - qui poussent l'indice vers le haut ; leur don moyen annuel est, entre 1999 et 2010, 1.75 fois plus élevé que celui des ménages donateurs flamands et 1,82 fois plus élevé que celui des ménages donateurs wallons.

On a émis l'hypothèse selon laquelle les ménages donateurs bruxellois du dernier quartile de revenu - instruits, citadins, fortement exposés aux médias et aux campagnes de communication des organisations caritatives - sont conscientisés et sollicités dans une plus grande mesure que les ménages wallons et flamands lors de la survenance de catastrophes majeures dans le monde.

C'est aussi les ménages Bruxellois qui consacrent la part la plus importante de leur revenu à la donation ; ils sont suivis par les ménages flamands et les ménages wallons.

6ÈM E ENSEIGNEMENT

Enfin, le don moyen annuel par ménage (ménages non-donateurs compris) - indice dépendant de la proportion de ménages donateurs, d'une part, et du don moyen des ménages donateurs d'autre part - est le plus élevé à Bruxelles ; la Flandre se classe deuxième, et la Wallonie dernière. L'indice est influencé à Bruxelles par les montants très élevés du don moyen par ménage donateur du dernier quartile de revenu lors de survenance de catastrophes majeures.

47 | P a g e

précédent sommaire suivant