WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Revue de la littérature relative au nonprofit marketing et au fundraising. Etude exploratoire du marché belge du don

( Télécharger le fichier original )
par Denis Mercier
ICHEC Brussels Management Sch. - Master en Mangement International 2012
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

2.3 CONCLUSION DE LA 2ÈME PARTIE

Les Belges de plus de 18 ans perçoivent majoritairement la philanthropie comme quelque chose d'important ; c'est une bonne nouvelle pour les organisations caritatives du pays. Les donateurs belges - principalement des personnes âgées, éduquées et faisant partie de classes sociales élevées - considèrent même, pour la plupart, la philanthropie comme essentielle.

56% des individus belges de plus de 18 ans auraient fait des dons entre mars 2010 et mars 2011 ; cet indice est élevé par rapport au pourcentage de ménages donateurs - de 20,3% en 2010 - observé dans la première partie de notre analyse. Le biais peut notamment être expliqué par une définition différente du don dans les deux études.

Les Belges sont plutôt sensibilisés par les projets liés à la recherche médicale et, dans une moindre mesure, par des organisations actives dans les domaines de l'aide aux personnes défavorisées et de l'action humanitaire dans les pays pauvres. Ils accordent tout autant d'importance aux causes défendues par les organisations qui les sollicitent, qu'aux résultats obtenus par ces dernières sur le terrain. Ils préfèrent majoritairement soutenir des organisations qui agissent sur le long terme ; cependant, ils restent nombreux à privilégier le soutien en réaction à des catastrophes.

Ceux qui ne donnent pas l'expliquent principalement par le manque de moyens dont ils disposent ; ils évoquent aussi le manque d'information, le manque d'intérêt et la perception que leur don ne sera pas utile.

Enfin, les donateurs belges attendent des organisations qu'elles communiquent des informations claires et précises. Les jeunes - majoritairement non-donateurs - réclament, en plus des informations, des images fortes.

55 | P age

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour