WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mise en place d'un sig web pour le suivi de l'urbanisation cas de la commune de Manouba


par Boutheina Hamrouni
Faculté des lettres des arts et des humanités de la Manouba - Master professionnel en géomatique 2016
  

précédent sommaire suivant

II. Publication des données dans Geoserver

1. Mise en place et exploration du Geoserver

La version installée est 2.2. J'ai lancé le serveur web sur le port 8080, on obtient donc l'interface d'administration web de GeoServer a l'adresse suivante :

http://localhost:8080/geoserver (login administrateur par défaut : admin / geoserver), on remarque que cette installation de GeoServer contient son propre serveur http (TomCat/Jetty), et qu'il n'a pas été besoin d'installer et de configurer un nouveau serveur http Apache comme le montre la figure ci-dessous (figure 19).

Source : internet

Figure 18 : Principe de Geoserver

Dans GeoServer les données sont structurées de la manière suivante :

ü Espaces de travail : répertoires qui ne servent que de moyens pour regrouper des entrepôts.

ü Entrepôts : zone de stockage de données de même format (vecteur ou raster). Les entrepôts définissent une source de données et la décrivent

ü Couches : les couches sont un moyen de présenter les informations des entrepôts, en précisant la boîte d'encadrement (bounding box, ou coordonnées du rectangle d'encombrement maximum), et en affectant un style d'affichage de ces données (en attribuant l'un des styles gérés par GeoServer par ailleurs) (figure 19).

Les styles sont donc la définition de l'apparence d'affichage d'une couche, selon un format standardisé très utilisé, le format SLD - Styled Layer Descriptor (cette notion sera détaillée plus tard). On peut également prévisualiser la couche, avec son style défini ou un style par défaut (selon le type des données), grâce au client OpenLayers inclus dans l'installation de GeoServer.

Source : internet

Figure 19: Structuration des données dans GeoServer

2. Publication des données dans Geoserver

a) Création des styles SLD

Les données géospatiales n'ont pas de composante visuelle intrinsèque. Pour voir et comprendre une donnée, elle doit être symbolisée. Cela signifie préciser un couleur, épaisseur et autres attributs visibles. Dans GeoServer, cette symbolisation est effectuée en utilisant un langage balisé appelé "Styled Layer Descriptor" ou SLD.

Les fichiers SLD contiennent une description des styles d'affichage des couches (figure 20), en fonction du type de forme géométrique, des échelles de visualisation, d'une classification sur une valeur attributaire, etc. Ils sont rédigés en XML selon une syntaxe normalisée par l'OGC, mais de nombreux utilitaires permettent de les générer à l'aide d'une interface visuelle.

Un fichier SLD est structuré de la manière suivante: Header (en-tête) / FeatureTypeStyles / Rules (règles) / Symbolizers (symbolisant)

Source : travail personnel

Figure 20 : Hiérarchie d'un fichier SLD

Pour générer les fichiers SLD pour chaque couche, j'ai utilisé le logiciel uDIG qui permet l'exportation du fichier XML/SLD à partir de la symbologie (figure 21).

Source : imprime écran

Figure 21 : Création des SLD avec AtlasStyler

Toute couche (featuretype) enregistrée dans GeoServer a besoin d'avoir au moins un style associé. GeoServer est livré avec quelques styles simples, et il est possible d'y adjoindre autant de styles que souhaité (figure 22). Il est possible de modifier à tout moment le style associé à une couche.

Source : imprime écran

Figure 22 : Implémentation de l'SLD dans Geoserver

précédent sommaire suivant