WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mise en place d'un sig web pour le suivi de l'urbanisation cas de la commune de Manouba

( Télécharger le fichier original )
par Boutheina Hamrouni
Faculté des lettres des arts et des humanités de la Manouba - Master professionnel en géomatique 2016
  

précédent sommaire suivant

c) Normalisation des solutions Open Source Géospatiaux

Les traitements de l'information géographique sont caractérisés par des méthodes et des processus complexes, et par l'hétérogénéité des systèmes sur lesquels ils se basent. Bien souvent, les systèmes n'ont pas été conçus pour pouvoir communiquer entre eux.

En effet, chaque Système d'Information Géographique (SIG) utilise son propre format de données, le plus souvent propriétaire. Suivant les modèles de données utilisés, ils peuvent avoir chacun un avantage significatif en terme de performance. Cependant ces différents formats constituent un frein au partage de l'information.

Présentation de L'OGC

L'Open Geospatial Consortium, ou OGC, est un consortium international pour développer et promouvoir des standards ouverts, les spécifications OpenGIS, afin de garantir l'interopérabilité des contenus, des services et des échanges dans les domaines de la Géomatique et de l'information géographique.

Ce consortium regroupe aujourd'hui plus de 200 membres dont les principaux acteurs du marché (Microsoft, Oracle, Sun, Adobe, ESRI, MapInfo, BRGM, NASA, des fournisseurs de données, ainsi que des universités...).

L'OGC à plusieurs objectifs dont celui de promouvoir l'utilisation d'applications ouvertes pour le traitement de l'information géographique, ou encore d'impliquer l'ensemble de la communauté (industries, gouvernements, milieux universitaires, organismes de normalisation) dans le processus d'interopérabilité.

L'OGC s'applique également à fournir une plateforme d'échange pour promouvoir les partenariats, initiatives et projets communs de développement dans le domaine des technologies de l'information.

L'OGC s'applique à normaliser des formats de données libres afin de favoriser les échanges entre plateformes. Parmi ceux-ci on peut notamment citer le GML (Geographic Markup Language) ou encore le KML (Keyhole Markup Language).

Présentation de L'OSGeo

Open Source Geospatial Foundation, a vu le jour en 2006, il s'agit d'une organisation dont la mission est d'aider et de promouvoir le développement collaboratif des données et des technologies géospatiales ouvertes. La fondation fournit une aide financière, organisationnelle et légale à la communauté géospatiale libre la plus large.

Plusieurs projets Open-Source sont actuellement soutenus par l'OSGeo :

Webmapping: degree, geomajas, GeoServer, Mapbender, MapBuilder, MapFish, MapGuide Open Source, MapServer, OpenLayers

Logiciels SIG: GRASS GIS, Quantum GIS, gvSIG

Libraries Géospatiales: FDO, GDAL/OGR, GEOS, GeoTools, MetaCRS, OSSIM, PostGIS

Catalogue de Métadonnées: GeoNetwork

D'autres projets Open-Source peuvent être intégrés par l'OSGEO après avoir passé une phase dite, d'incubation. Le but de cette phase est de vérifier l'intégrité du projet candidat.

Passer l'incubation signifie que les éléments suivants sont réunis :

- Une communauté ouverte autour du projet.

- Un modèle de gouvernance du projet responsable.

- Une vérification de la provenance du code.

- Une vérification de la licence.

- Une bonne gestion générale du projet.

Obtenir le sceau de l'OSGEO donne aux utilisateurs potentiels du projet une confiance accrue dans la viabilité et la santé de celui-ci.

Il apparaît donc clair que le choix d'un outil libre ne peut se faire sans tenir compte de son positionnement global dans le monde du libre et du soutien éventuel de la part de l'OSGEO. Ce point est crucial en termes de garanties concernant l'évolutivité et le suivi de la solution.

précédent sommaire suivant