WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Conclusion

Au terme de chapitre, orienté à l'analyse de l'enseignement sur stratégies d'adaptation aux effets des changements climatiques. Il nous a permis de retenir d'un côté, l'adaptation autonome qui est mise en oeuvre par des individus (privés) qui recherchent leur profit de l'autre côté, l'adaptation planifiée qui correspond à celle mise en oeuvre par les organismes publiques (Etat, les organisations non gouvernementales).De plus, nous sommes passés en revue des résultats de l'utilisation des stratégies d'adaptation autonomes. Nous avons de ce fait distingué les techniques d'adaptation traditionnelles ne nécessitant pas la technologie de celles nécessitant la technologie.L'implémentation de ces stratégies peut avoir des résultats mitigés sur le rendement agricole dans la mesure où les individus ne respectent pas les doses prescrites sur les étiquettes des produits. Ainsi, les économies étant différentes, la nécessité d'effectuer une analyse empirique s'impose dans les pays de la CEEAC.

Chapitre 4 : Analyse de l'efficacité des stratégies d'adaptation agricole aux effets des changements climatiques sur le rendement dans les pays de la CEEAC

L'enseignement de la littérature sur le lien entreles stratégies d'adaptation aux effets des changements climatiques et rendement agricolenous a permis de montrer qu'il existe véritablement une corrélation théoriqueentre stratégies d'adaptation et rendement agricole.

Pour analyser l'efficacité des stratégies d'adaptation agricole mises en oeuvre dans les pays de la CEEAC, nous utilisons une base de données constituées à partir de la base de données de la Banque Mondiale sur les changements climatiques (CCPK, 2018) et sur les indicateurs de développement dans le monde (WDI, 2018) ; de la base de données de FAOSTAT(2018).

Ce chapitre s'articule tel qu'il suit : dans la première section, une analyse descriptive des indicateurs des actions d'adaptation aux effets des changements climatiques est faite; dans la deuxième section, une analyse économétrique de l'efficacité des stratégies d'adaptation sur le rendement agricole est mise en oeuvre.

Section 1 : Analyse descriptive des stratégies d'adaptation aux effets changements climatiques et du rendement agricole dans les pays de la CEEAC

Dans cette section, on s'interroge sur la nature de la relation qui existe entre les stratégies d'adaptation aux effets des changements climatiques et le rendement agricole dans les pays de la CEEAC. Une analyse sur l'évolution des différents indicateurs semble nécessaire. De fait, nous présentons en (I.1) l'analyse de l'évolution et les statistiques descriptives des stratégies potentielles d'adaptation; en (I.2) la coévolution des indicateurs moyens du rendement agricole et des stratégies d'adaptation mises en oeuvres dans les pays de la CEEAC sur la période allant de 2003 à 2011.

1.1 Evolution et statistiques descriptives des indicateurs des stratégies d'adaptation agricole aux changements climatiques dans les pays de la CEEAC

Dans cette première sous-section, nous présentons l'évolution et les statistiques descriptives des indicateurs stratégiques d'adaptation.

Ø Angola

Graphique 4.1: Evolution des indicateurs des stratégies d'adaptation agricole aux effets des changements climatiques en Angola.

Source : Auteur à partir de données de FAOSTAT(2018)

De l'évolution du graphique (graphique 4.1) ci-dessus et des statistiques descriptives (confère annexe II.7, II.8) sur l'utilisation des intrants agricole en Angola, il ressort que le taux de croissance moyen de l'utilisation des intrants est positif à l'exception de celui des herbicides qui diminue au cours de la période de l'étude. Cela signifie que les agriculteurs recours de plus en plus à l'utilisation de ces produits pour améliorer leurs productions agricole. En moyenne, les agriculteurs de l'Angola utilisent 21331,36 tonnes d'engrais, 60,24 tonnes d'herbicides, 95,607 tonnes d'insecticides, 135,093 tonnes de fongicides sur la période de l'étude. L'utilisation de ces produits a atteint son niveau le plus élevé en 2010 pour les engrais, 2010 pour l'herbicide, 2008 pour l'insecticide et 2004 pour le fongicide.

De ce qui précède, on remarque qu'en Angola l'utilisation des nouvelles techniques de production agricole augmentent il en ait de même pour les surfaces cultivées. Maintenant on se pose la question de savoir comment est-ce que l'utilisation de ces intrants agricoles évolue au Cameroun.

Ø Cameroun

Graphique 4.2: Evolution des indicateurs des stratégies d'adaptation agricole aux effets des changements climatiques au Cameroun

Source : Auteur à partir de données de FAOSTAT(2018)

L'examen visuel du graphique (graphique 4.2)ci-dessus et l'analyse des statistiques descriptives (confère annexe II.9, II.10) de l'évolution de l'utilisation des intrants agricole au Cameroun nous montre que, sur la période de 2003 à 2011 seuls le taux de croissance de l'utilisation des engrais est négatif ; cela montre que les agriculteurs des secteurs concernés ne recourent pas suffisamment à l'utilisation des engrais pour améliorer leur production. En moyenne, au Cameroun, pour des fins agricoles, 15366,22 tonnes d'engrais 268,21 tonnes d'herbicides 182,003 tonnes d'insecticides 513,016 tonnes de fongicides sont utilisés ; en terme d'investissement moyen agricole 121000 millions de dollars sur la période de l'étude. L'utilisation de ces produits a atteint son maximum en 2006, 2011, 2010 et 2011 respectivement pour l'engrais, l'herbicide, l'insecticide et le fongicide ; tandis que les plus bas niveaux d'utilisation sont enregistrés en 2011, 2009, 2009 et en 2007 respectivement pour l'engrais, l'herbicide, l'insecticide et le fongicide.

De ce qui précède, l'on constate qu'au Cameroun l'utilisation des engrais décroît, la superficie récoltée de coton et de café diminuent sur la période de l'étude. Cependant, les surfaces récoltées de banane, de cacao augmentent très faiblement. Qu'en ait-il de cette évolution en République Démocratique du Congo ?

Ø République Démocratique du Congo

Graphique 4.3: Evolution des indicateurs des stratégies d'adaptation agricole aux effets des changements climatiques en RDC.

Source : Auteur à partir de données de FAOSTAT(2018)

De l'évolution des indicateurs d'adaptation agricole aux changements climatiques en RDC (graphique 4.3)ci-dessus et des de l'analyse des statistiques descriptives (confère annexe II.11, II.12), il ressort que l'utilisation des insecticides évolue à un taux de croissance négatif ; tandis que les utilisations des engrais, des herbicides des insecticides et fongicides évoluent à taux de croissance positif. La moyenne d'utilisation des engrais est de 2399,2 tonnes, des herbicides 4,156 tonnes, des insecticides 72,57 tonnes, des fongicides 243,367 tonnes ; les investissements moyens agricole s'élèvent à 123000 millions de dollars sur la période de l'étude. Les pic d'utilisation de intrants sont observés en 2008 pour les engrais, 2006 pour les herbicides, 2009 pour les insecticides et 2003 pour ce qui est de les fongicide tandis que les plus petit quantités utilisées sont enregistrées respectivement en 2005, 2008, 2008 et 2011 pour les même produits.

En ce qui concerne les surfaces, seul le taux de croissance de la surface récoltée de banane est positif. Les agriculteurs font de plus en plus recours aux intrants agricole tels que les engrais, les fongicides et les herbicides. On se demande à présent comment les indicateurs moyens de rendements et l'utilisation des intrants agricoles évoluent ?

précédent sommaire suivant