WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Cinquième partie - Typologie des chemins de fer touristiques

Introduction - Le « phénomène » chemins de fer touristiques

Ayant déroulé l'histoire des chemins de fer touristiques dans une perspective dynamique, il nous faut maintenant, pour préciser notre vision, figer le mouvement. Autrement dit prendre un instantané de la situation présente. A cette fin, nous avons réalisé un fichier 183qui recense les chemins de fer touristiques et contient diverses informations les concernant.

Sur la base de ce fichier, nous dénombrons sur le territoire national une

« nébuleuse » d'environ 190 structures de toutes tailles, plus ou moins assimilables à des chemins de fer touristiques existant ou ayant existé. Nous parlons volontairement de « nébuleuse » car les données sont souvent très parcellaires. En faisant une entorse très éphémère à notre définition plus restrictive, nous y avons inclus des chemins de fer de parc d'attraction et des installations de particuliers, cela pour mieux traduire l'effervescence du secteur.

A l'intérieur de cette « nébuleuse », nous définissons un premier ensemble de 121 structures se décomposant ainsi : 81 chemins de fer touristiques au sens de

notre définition, 20 vélorails ou cyclo-draisines, 20 matériels anciens « circulants ».

Les 81 chemins de fer touristiques au sens de notre définition constituent notre base de travail. Nous appelons cet ensemble « E1 »184.

Ne disposant pas d'informations sur la fréquentation pour tous les chemins de fer touristiques appartenant à « E1 », nous sommes contraints d'en extraire un échantillon de 51 chemins de fer touristiques. Nous notons cet échantillon « E2 ».

183 Fichier BaseDonnéesCFT. Ce fichier se trouve dans le CD remis avec notre étude.

184 Le lecteur ne doit pas s'étonner de la différence entre les 77 chemins de fer touristiques apparaissant sur la carte des chemins de fer touristiques en 2006 et les 81 auxquels nous faisons maintenant référence. Elle s'explique par le fait que nous intégrons dans nos données 3 « petits trains » supplémentaires ayant cessé au moins provisoirement leur activité (il s'agit de partir sur des bases comparables entre 1991 et 2006).

Avertissement concernant le traitement statistique :

sur « E1 » (et par voie de conséquence sur « E2 »), les données relatives aux exploitations (catégorie, cadre, dates, localisation, longueur) sont relativement fiables.

sur « E2 » nous disposons, en plus, des données relatives à la fréquentation des exploitations touristiques. Ces données sont à utiliser avec prudence. En effet, l'obtention de données fiables sur les chemins de fer touristiques est un exercice délicat, y compris pour l'UNECTO : le faible taux de réponse aux sollicitations, le goût du secret, les comptages « artisanaux » constituent des maux hélas assez répandus. Toutefois, les résultats obtenus donnent des ordres de grandeur qui correspondent à la réalité. En effet, il existe une forte concentration des fréquentations sur les exploitations les plus importantes, et le caractère professionnel de ces dernières donne à leurs chiffres une bonne présomption de fiabilité. Les chiffres les moins fiables émanent de petites exploitations aux structures généralement associatives. Or la fréquentation de ces exploitations étant faible par rapport aux grosses structures, des erreurs, même substantielles, s'appliquent sur de petits chiffres et ne faussent guère le résultat final.

Chapitre 1 - Nos « petits trains » ont-ils de bonnes

fréquentations ?

Les 51 chemins de fer touristiques de l'ensemble « E2 » représentent une fréquentation annuelle de 2.357.000 visiteurs, en légère hausse (de 8 à 9 %) par rapport à 1991 (2.170.000 visiteurs). Si nous y ajoutons la fréquentation plausible des « petits trains » pour lesquels nous n'avons pas de données, les flux générés par les circulations de matériels préservés, par les vélorails ainsi que par les trains touristiques SNCF, nous pouvons raisonnablement tabler sur une fréquentation annuelle au moins égale à trois millions de voyageurs185. Cet ordre de grandeur représente seulement dix jours de fréquentation d'un système de transport urbain comme celui de l'agglomération bordelaise mais le nombre d'entrées annuelles du Château de Versailles. Ainsi, le phénomène des chemins de fer touristiques apparaît marginal au regard du transporteur mais substantiel du point de vue du professionnel du tourisme186.

185 Chiffre déjà avancé par Jean-Michel GASC dans son étude de 1994, et confirmé à nouveau pour l'année 2006.

186 Outre le fait que nos chemins de fer touristiques ne sont plus un moyen de transport, c'est également pour cette raison que nous utilisons par la suite les données en nombre de visiteurs et non les données en voyageurs x Km. Toutefois, le lecteur qui souhaite disposer d'un ordre de grandeur des données en voyageurs x Km peut se référer au fichier BaseDonnéesCFT, dans lequel elles figurent.

précédent sommaire suivant