WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2 - Typologie selon les matériels.

Il peut paraître tentant de classer les chemins de fer touristiques en fonction des matériels exploités : nous l'avons vu187, chaque type de matériel possède ses propres caractéristiques, ses contraintes, ses coûts d'achat et d'exploitation. Toutefois, une part des chemins de fer touristiques met en oeuvre simultanément plusieurs types de matériels, par exemple engins diesel (locotracteurs ou autorails) et locomotives à vapeur, ce qui limite l'intérêt d'une approche par type de matériel.

Sur la base de nos informations, les locomotives à vapeur sont employées (de manière non exclusive) dans la moitié des exploitations touristiques. Seuls quatre « petits trains » fonctionnent à l'électricité188. Les engins diesel (locotracteurs ou autorails) sont utilisés presque partout.

Tableau 4 : utilisation de la traction à vapeur et de la traction électrique (base « E1 ») Légende : CFT= Chemin de fer touristique

Nombre CFT

Traction vapeur

Traction électrique

81

41

4

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

Chapitre 3 - Typologie selon l'écartement des voies

Nous avons déjà souligné l'importance de l'écartement des voies dans les frais d'équipement et d'entretien189. En résumé, la voie normale est chère, elle nécessite une base financière solide (avec le soutien de collectivités territoriales pour les infrastructures) tandis que les voies à écartement submétrique (ou d'écartement inférieur) sont la portée d'associations ou de particuliers passionnés. Cela peut donner du sens à une typologie selon l'écartement.

187 Voir supra, Troisième Partie, Chapitre 2.

188 Train du Montenvers - Mer-de-Glace, Tramway du Mont-Blanc, Petit Train de la Rhune, Chemin de fer de la Mure, Tramway touristique de la Deûle.

189 Voir supra, Troisième Partie, Chapitre 1.

Toutefois, une des limites de cette typologie vient de ce qu'elle inclut dans l'écartement métrique les systèmes à crémaillère, dont les coûts d'équipement et d'exploitation sont très nettement supérieurs à ceux de la voie métrique classique (sans crémaillère). La catégorie principale en matière de fréquentation (et c'est la deuxième en longueur de voies) est donc hétérogène. Plus grave encore, un écartement peut cacher des réalités extrêmes190.

Tableau 5: répartition en Km de voies (base : « E1 »)

Légende : CFT= Chemin de fer touristique ; v50= voie de 50 ; v60= voie de 60, VM= voie métrique, VN= voie normale, Autres : voies de 38, de 70, de 1,17 m.

Type de voie
(écartement)

 

v50

v60

VM

VN

Autres

Nombre CFT

81

4

21

13

40

3

Longueur totale (Km)

1.255,9

15,7

72,6

207,1

950,5

10,0

Longueur moyenne (Km)

15,5

3,9

3,5

15,9

23,8

3,3

% longueur totale

100

1,3

5,8

16,5

75,7

0,7

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

En terme de longueur de voie ferrée, c'est la voie normale (75,7 % de la longueur totale) qui domine, suivie de très loin par la voie métrique (16,5 %). Mis à part la voie de 60 (5,8 %), les autres écartements sont présents à titre anecdotique. La prégnance de la voie normale s'explique par la « seconde vague » dont la conséquence est le fort développement des chemins de fer touristiques à cet écartement.

En terme de longueur moyenne, les différences sont énormes entre les chemins de fer touristiques à voie étroite (de 3 à 4 Km) et ceux à voie normale (près de 24 Km). Seule la voie métrique (15,9 Km) s'approche d'une valeur moyenne de 15,5 Km, finalement bien peu révélatrice de la diversité des chemins de fer touristiques.

190 C'est notamment le cas de la voie de 50 : voir infra, nota bene du Tableau 6.

Tableau 6 : répartition en nombre de visiteurs (base : « E2 »)

Légende : CFT= Chemin de fer touristique ; v50= voie de 50 ; v60= voie de 60, VM= voie métrique, VN= voie normale, Autres : voies de 38, de 70, de 1,17 m.

Type de voie
(écartement)

 

v50

v60

VM

VN

Autres

Nombre CFT

51

3

10

11

25

2

Visiteurs (milliers)

2.356,9

163,2

194,1

1513,5

450,9

35,2

Nombre moyen de visiteurs par CFT (milliers)

46,2

54,4

19,4

137,6

18,0

17,6

96 visiteurs totaux

100

6,9

8,3

64,2

19,1

1,5

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

N.B : le nombre moyen de voyageurs moyen par exploitation est à interpréter avec prudence en ce qui concerne la voie de 50. En effet, cette catégorie est extrêmement hétérogène. On y trouve : une exploitation (le Petit Train d'Artouste) qui génère des flux importants (140.000 visiteurs), une autre de taille moyenne (21.300 visiteurs) et enfin une petite (1.865 visiteurs).

La situation en terme de trafic est toute autre. La voie normale qui représente environ les trois quarts de la longueur totale draine moins de 20 96 des flux. La voie métrique est la « reine » des chemins de fer touristiques avec presque 65 96 des voyageurs. L'importance du trafic en voie métrique résulte des flux importants générés par les chemins de fer touristiques d'accès aux grands sites, pour la plupart équipés de ce type de voie.

Très significative est à notre avis l'écart entre le nombre moyen de voyageurs par exploitation entre la voie métrique (137.600) et la voie normale (18.000) : un rapport de plus de 7 à 1. Elle révèle la différence d'échelle entre des systèmes anciens, qui existaient dès avant la « première vague », et les exploitations les plus récentes, issues de la « seconde vague ». Nous y viendrons.

précédent sommaire suivant