WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 6 - Notre proposition de typologie

Les différentes typologies exposées ci-dessus nous offrent des visions partielles, car unidimensionnelles, des chemins de fer touristiques. Afin de mieux décrire nos « petits trains », tentons une approche plus globale, plus qualitative, et donc nécessairement plus subjective. Dans cette quête, Etienne Auphan nous indique la voie à suivre : il met en avant une typologie191 qui nous semble pertinente. Ainsi nous nous proposons de la retenir, moyennant toutefois quelques adaptations. Etienne Auphan distingue trois types de chemins de fer touristiques :

les chemins de fer touristiques à caractère ludique

les chemins de fer touristiques à fonction principale de préservation du matériel ou « musées vivants »

les chemins de fer touristiques d'animation régionale

Par contre, il rejette hors du domaine des chemins de fer touristiques les systèmes ferroviaires d'accès aux grands sites touristiques qui selon lui n'ont rien de commun avec les « petits trains » apparus dans les dernières décennies. Ce rejet, s'il semble effectivement logique dans le cadre de son article, ne se justifie pas eu égard à la définition donnée par nos soins des chemins de fer touristiques.

Aussi, nous retenons la typologie d'Etienne Auphan, à deux nuances près :

nous y ajoutons les chemins de fer touristiques d'accès aux grands sites

nous préférons parler de « chemins de fer touristiques d'animation locale» plutôt que de « chemins de fer touristiques d'animation régionale ». Le terme « régional » nous semble en effet trop ambitieux pour décrire la plupart des situations rencontrées sur le terrain.

191 Voir Auphan (1999), p 255-268.

Tableau 10 : répartition en Km de voies (base : « E1 ») Légende : CFT= Chemin de fer touristique

 
 

Accès grands sites

Caractère ludique

Musées vivants

Animation locale

Nombre CFT

81

5

12

18

46

Longueur Km

1255,9

61,0

35,3

58,7

1100,9

Longueur moyenne Km

15,5

12,2

2,9

3,3

23,9

% longueur totale

100

4,9

2,8

4,7

87,6

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

Avec plus de 87 % de la longueur totale, les chemins de fer d'animation locale font preuve d'une domination écrasante. Ce qui est logique : d'une part les réseaux de ce type sont majoritaires (46 sur 81) ; d'autre part ils sont bien plus longs que les autres catégories (23,9 Km en moyenne contre 2,9 Km pour les chemins de fer touristiques à caractère ludique et 3,3 Km pour les « musées vivants »).

Tableau 11 : répartition en nombre de visiteurs (base : « E2 ») Légende : CFT= Chemin de fer touristique

 
 

Accès grands sites

Caractère ludique

Musées vivants

Animation locale

Nombre CFT

51

5

7

9

30

Nombre visiteurs (milliers)

2356,9

1360,0

176,1

88,3

732,5

Nombre moyen de visiteurs par CFT (milliers)

45,9

272,0

25,2

9,8

24,4

%visiteurs

100

57,7

7,5

3,7

31,1

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

La situation est toute autre en terme de fréquentation. La palme revient aux chemins de fer touristiques d'accès aux grands sites (58 % des visiteurs) avec une

moyenne de 272.000 visiteurs par exploitation. Les chemins de fer touristiques à caractère ludique et d'animation locale affichent quant à eux une fréquentation moyenne plus de 10 fois moindre (respectivement 25.200 et 24.400 visiteurs). Enfin la fréquentation moyenne des « musées vivants » (9.800 visiteurs) est plus de 25 fois moindre !

Par ce biais est révélée une des caractéristiques essentielles du secteur des « petits trains » : l'existence de contrastes énormes entre les différentes familles de chemins de fer touristiques. Nous pouvons supposer qu'il en découle des situations très diverses en termes de pérennité des exploitations:

avec des fréquentations très fortes sur des longueurs de voie moyennes, les chemins de fer d'accès aux grands sites semblent solides

en situation intermédiaire, les chemins de fer à caractère ludique qui ont certes des trafic modestes mais sur des voies heureusement courtes et étroites

en situation a priori plus difficile, deux catégories : les chemins de fer d'animation locale qui présentent des trafics modestes sur des voies longues et normales, ainsi que les « musées vivants » caractérisés par des voies certes courtes, souvent étroites, mais aussi par des fréquentations faibles. Les trois graphiques qui suivent résument par l'image ces contrastes.

Accès
grands sites

Graphique 1 : nombre de chemins de fer touristiques par catégorie

Animation
Locale

Musées

vivants

Ludiques

Accès
grands sites

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

Graphique 2 : longueur des chemins de fer touristiques par catégorie

Animation
Locale

Accès

grands sites Ludiques

Musées
vivants

Source : fichier BaseDonnéesCFT.

Graphique 3 : fréquentation des chemins de fer touristiques par catégorie

précédent sommaire suivant