WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2 - Une proposition de définition

Nous proposons donc la définition suivante.

Chemin de fer touristique (ou « petit train »8): chemin de fer qui génère des flux touristiques non affectables à un besoin de transport. Couvrant des distances relativement courtes avec des convois circulant à faible vitesse, il est emprunté dans le cadre des loisirs pour l'agrément, pour la visite de sites ou bien la découverte d'un patrimoine ferroviaire préservé.

En conséquence, nous excluons de l'étude :

les circulations par rail de touristes sur toute distance et qui constituent des trajets pour accéder à un lieu de villégiature.

les lignes ferroviaires classiques à caractère plus ou moins touristique. Elles sont nombreuses, relativement longues, et pas forcément évidentes à déterminer. Les flux touristiques ne représentent alors qu'une part du trafic total. Cette part reste difficile à évaluer, mais, même dans l'hypothèse où elle est faible, son intégration dans les données gonfle démesurément les chiffres en « noyant » les chemins de fer

7 N° 283 (2001/1), p 25-26.

8 Dans la suite de cette étude, nous utiliserons également le terme de « petit train ».

1 3

touristiques (au sens de notre définition) que nous voulons pourtant mettre au coeur de notre étude.

-les trains touristiques exploités par la SNCF9

-les entreprises organisatrices de voyages ferroviaires

-les trains de luxe

-les musées présentant des matériels en exposition statique sans circulation10 -les petits trains à caractère de manège des parcs d'attractions

-les trains de jardin, que possèdent ici ou là quelques particuliers passionnés -les finiculaires

-les petits trains routiers (à pneus) qui circulent sur le goudron des routes

-les modèles réduits. Nous considérons que tout réseau ferré dont l'écartement des voies s'avère strictement inférieur à 0,381 m relève du modélisme11.

Nous incluons dans l'étude :

-les chemins de fer touristiques d'accès aux grands sites. Lorsqu'ils représentent le moyen d'accès exclusif ou le plus pratique, ils jouent également un rôle de transport. Mais ils restent largement utilisés pour l'agrément du déplacement et les plaisirs de la découverte.

-les « musées vivants » qui allient présentation de matériel fixe et circulations sur une portion plus ou moins longue de voie.

Nous évoquons brièvement :

-les circulations de matériels préservés sur des itinéraires variables, activité qui s'apparente à l'organisation de voyages ferroviaires

-les vélorails et cyclo-draisines

Spatialement, parce qu'il faut limiter l'aire géographique de l'étude, sauf à trop perdre en profondeur, nous avons choisi de nous intéresser aux chemins de fer touristiques français. Cependant il sera parfois judicieux de regarder ce qui se passe autour de nous, notamment dans les autres pays d'Europe. En effet, tout est plus ou moins lié. Telle locomotive a été achetée en Pologne après la chute du rideau de fer. Tel wagon a servi sur une ligne stratégique au cours de la Grande Guerre.

9 Le lecteur que ce sujet intéresse pourra se reporter au site internet : http://trainstouristiques-ter.com/index2.asp

10 La Cité du Train de Mulhouse naturellement, mais également d'autres structures, telles le Musée des Transports Urbains Interurbains et Ruraux (AMTUIR) à Saint-Mandé créé en 1957 par l'association du même nom.

11 Nous intégrons donc dans notre étude le Chemin de Fer d'Anse (justement à l'écartement de 0,381 m), réseau qui possède déjà un caractère hybride : mi chemin de fer touristique, mi modèle réduit.

Temporellement, le coeur de notre étude s'inscrit dans la période qui va de 1957, année de la fondation de la Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires (FACS) à 2007 qui marque la séparation de la FACS et de l'UNECTO (Union Nationale des Exploitants de chemins de fer Touristiques)12. Toutefois, pour la bonne compréhension de notre domaine d'intérêt, nous faisons à plusieurs reprises et autant de fois que nécessaire, des incursions parfois prolongées avant 1957.

Conclusion - Une définition qui est aussi un fil conducteur

Une définition des chemins de fer touristiques résulte de choix. Elle possède ses propres limites ainsi qu'une nécessaire dimension d'arbitraire. Elle est, à ce titre, critiquable. La nôtre ne fait pas exception à la règle. Toutefois avec ses frontières de nature, d'espace et de temps, elle nous nous permet d'entrer dans le monde des

« petits trains » avec un fil conducteur, qui, nous l'espérons, évitera de nous perdre sur des voies sans issue.

Abordons maintenant l'histoire des chemins de fer en général, et des chemins de fer secondaires en particulier.

12 Plus précisément nous nous arrêtons au 17 mars 2007, date du vote par l'Assemblée Générale Extraordinaire de la FACS-UNECTO de la scission entre la FACS et l'UNECTO

Deuxième parti

Des histoires de trains

précédent sommaire suivant