WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude comparée des stratégies de lutte anti-braconnage dans le parc national et la réserve nationale. Cas du PNKB et de la RNT

( Télécharger le fichier original )
par Muzalami Kakule Dalmon
Université de Kasuo -  2007
  

précédent sommaire suivant

A. LA FLORE

· .Promouvoir des études d'inventaires et d'évaluation de la flore dans tous les écosystèmes du pays : - renforcer les capacités en matière de taxonomie en favorisant la formation des botanistes qualifies,

· identifier, inventorier et localiser les espèces endémiques, les espèces rares ou menacées de disparition en vue de leur conservation ex-situ,

· évaluer en permanence le statut des espèces et des écosystèmes naturels de manière à provenir leur disparition.

· .Favoriser la création et le développement des institutions et les programmes de conservation ex-situ au niveau du pays,

· .Réduire les impacts de l'exploitation des ressources énergétiques sur la biodiversité,

· .Impliquer les populations et plus particulièrement les femmes dans l'identification et la solution aux problèmes de dégradation des ressources végétales,

.Favoriser le libre accès à l'information concernant la diversité biologique à travers les programmes d'éducation, de formation, de sensibilisation et les activités régulières de diffusion,

.Valoriser la commercialisation de certaines espèces à potentiel économique élevé tout en respectant les capacités de maintenir de ces espèces ainsi que celles de leur habitant.(MENGUE-MEDOU ,C,2002).

B. LA FAUNE.

· .Impliquer les populations locales dans la gestion de R.N (Ressources Naturelles.)

· .Parvenir à une meilleure gestion des aires protégées dédiées à la faune existantes :

· former des agents qualifiés,

· acquérir des moyens financiers et matériels adéquats,

· réhabiliter le centre de formation de gardes-chasse.

· .Valoriser au mieux la faune en développement des activités génératrices de revenus tel que l'écotourisme.

· .Lutter contre le braconnage :

· -impliquer l'année et les populations riveraines dans la surveillance des parcs et des aires protégées.

C. LES ZONES HUMIDES.

· . Promouvoir une connaissance approfondie des zones humides de la R.D.C :

Ø mobiliser les compétences et les ressources financières en faveur des zones humides,

Ø encourager l'inventaire, l'évaluation écologique des zones humides.

· .Encourager la préservation des zones humides vulnérables :

Ø recenser et vulgariser les pratiques locales d'utilisation rationnelle des zones humides,

Ø identifier et maîtriser les facteurs qui provoquent la dégradation des écosystèmes aquatiques.

· .Redynamiser le services des eaux, pêche et pisciculture pour un bon suivi écologique des zones humides :

Ø renforcer les capacités opérationnelles de le direction de l'hydrologie,

Ø encourager l'élevage des crocodiles,

Ø Mettre en place un comité national de conservation des zones humides comprenant toute parties prenantes (pouvoirs publics, O.N.G, société civile,. . .)

· .Renforcer et promouvoir les capacités en matière de gestion des zones humides :

Ø former les spécialistes des zones humides,

Ø sensibiliser les utilisateurs des zones humides. (htt.//bch-cbd.naturelsciences.be-/rca/implantation/strategie/chap.3htm)

I.3.3.6. législation relative à l'environnement et aux ressources naturelles en RDC.

La législation en RDC en matière de l'environnement et des RN est constituée des textes légaux et réglementaire le plus remarquables sont :

1) la constitution actuelle qui constitue un net progrès par rapport aux textes antérieurs, dans la mesure où elle est la toute première, dans le pays à passer des principes et directives non équivoques en ce qui concerne la protection l'environnement et l'utilisation des RN. Ce texte consacre la souveraineté de l'Etat congolais sur le sol, le sous sol et toutes les autres ressources naturelles comprises sur le territoire national, d'une part et fixe les règles de base visant la protection de l'environnement et la santé des populations de la RDC de l'autre part.

2) la loi n°82-002 du 28 mai 1982 portant réglementation de la chasse qui prévoit les conditions et les règles relatives à la pratique de chasse. Elle complète la loi n°69-041 précité sur le régime des réserves et domaines de chasse. En plus, il y a l'arrêté ministériel n°014/CAB/ min/ ENV/ 2004 du 12/04/2004 relatif aux mesures d'exécutions de cette loi.

3) Le décret du 12 juillet 1932 et celui du 21 avril 1937 qui traite respectivement des concessions de pèche et de la pratique de la pèche en générale.

4) La loi n° 011-2002 du 29 août 2002 portant code forestier, lequel donne le régime applicable à la conservation, à l'exploitation, et à la mise en valeur des ressources forestières. Ce régime vise la promotion d'une gestion rationnelle et durable des ressources forestières pour accroître leur contribution au développement social, économique et culturel des générations présentes, tout en préservant les dites ressources au profit des générations futures.

5) L'arrêté interministériel n° 066/ CAB/ MIN/ FIN/ BUD et n°067/ CAB MIN/ EFFET/ 2003 du 27 mars 2003 fixant les taux des taxes et redevances en matière forestière et faunique ainsi que l'arrêté n° 119/ CAB/ MIN/ ECNT95 du 30/12/1995.

En fin il y a lieu de citer certaines conventions internationales et nationales traitées auxquels la RDC fait partie et dont le plus concerner au regard de PFNL sont :

Ø La convention phytosanitaire pour l'Afrique au sud du Sahara (1954)

Ø La convention africaine sur la conservation de la nature et les RN (Alger, 15/09/1968).

Ø La convention de RAMSAR (02/02/1971).

Ø La convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (BONN1979).

Ø La convention sur la diversité biologique (RIO DE JANEIRO, 4/06/1992).

Ø La convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacée d'extinctions (WASHINGTON 03/03/1973).

Une pression de plus à plus importante s'exerce sur les écosystèmes congolais, et il est évident que des mesures doivent être mise en vigueur pour augmenter la population et le revenu, et en même temps, pour apprendre à mieux gérer la base des ressources biologiques.

La RDC dépend et continuera à dépendre de ses ressources biologiques pour la nourriture, le logement et permettra à l'Afrique de relever les défis de prochaines décennies. ( WWW.ICCN.RDC). La RDC héberge des nombreuses espèces animales rares et parfois uniques au monde. Notre pays représente de ce fait, l'une des réserves de faune la plus variée et la plus importante de l'Afrique.

Mais depuis quelques temps, l'on assiste en RDC, à la recrudescence du braconnage et de la contre bande qui menacent ainsi dangereusement la faune nationale. (MBALANDA, KISOKA, allii).

Pour prévenir ces méfaits et sauvegarder son patrimoine faunique, notre pays en collaboration avec les gestionnaires des aires protégées doivent se garder d'exploiter abusivement ses ressources animales au risque d'en être dépourvu en plus ou moins brève échéance.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.