WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude comparée des stratégies de lutte anti-braconnage dans le parc national et la réserve nationale. Cas du PNKB et de la RNT

( Télécharger le fichier original )
par Muzalami Kakule Dalmon
Université de Kasuo -  2007
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE DEUXIEME : PRESENTATION DU MILIEU D' ETUDE

Notre travail a été effectué dans deux aires protégées dont le parc national de kahuzi biega( PNKB) et le Réserve Naturelle de Tayna( RNT).

II.1. P.N.K.B

II.1.1 Histrorique

Le parc national de Kahuzi-biega a été créé par les étapes successives dans le souci protéger la sous espèce de gorilles de plaine orientale. Le point de départ fut la Réserve Intégrale Zoologique Forestière (RIZF) dans la région du mont kahuzi créé en 1937 par l'ordonnance loi n° 81/AGR de Monsieur RYMANS, gouverneur général du Congo Belge, sur la superficie à l'élevage.

En 1954, un accord signé par les chefs de collectivités de Nindja, Kabare, Kalonge, Ngweshe, et l'administration coloniale permis de maintenir la Réserve forestière.

Ainsi,un groupe d'étudiant congolais en Belgique originaires du Sud Kivu dont le célèbre feu Docteur LURHUMA sollicitant auprès des organismes internationaux de conservation d'élever le statut de la Réserve de kahuzi à parc national. Ce qui a été fait le 30/11/1970 avec l'ordonnance n° 70/316

II.1.2 Situation du PNKB avant la guerre de 1996

Avant la première guerre de 1996, le Parc était  bien surveillé dans presque 80% : la haute comme la basse altitude était contrôlée. Les agents affectés dans la surveillance et dans le  développement  vaquaient normalement à leurs occupations. Les Sous-stations de Nzovu et d'Itebero ainsi que tous les Postes de Patrouilles étaient occupés par les gardes.  Plus de 128 km des limites ont été matérialisées en collaboration avec la population.  Plus de 253 actions de développement en faveur des populations de l'hinterland du Parc étaient réalisées. Les recensements des grands mammifères faisaient état de plus ou moins 8OO éléphants dans l'ensemble du Parc et de 258 Gorilles seulement dans sa la partie de haute altitude.

Il y avait 4 familles  des Gorilles touristiques qui pouvaient attirer plus 314 touristes en moyenne  par an.Dont Mubalala avec 21 individus, Mushamuka avec 9 individus, Nindja  avec 29 individus et Maheshe avec 24 individus (ICCN, 2000).

Les rites traditionnels des habitants de Kalonge et le peuple pygmée étaient organisés régulièrement dans le Parc sur les monts Biega  et Bugulumiza.

 La présence des réfugiés Rwandais  en 1994  en RDCongo et plus spécialement aux alentours du Parc a augmenté la pression sur les ressources naturelles du Parc. Les boisements des particuliers qui constituaient en quelques sorte la zone tampon ont été ravagés pour approvisionner les réfugiés en bois de chauffe .Après cet épuisement, la population et les réfugiés se sont vus obligés  de recourir au stock restant « le Parc » surtout  pour le bois de chauffé, de construction  et la  faune. C'est ainsi qu'on a assisté à la mort du très célèbre silverback Maheshe lâchement assassiné par les braconniers.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.