WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude comparée des stratégies de lutte anti-braconnage dans le parc national et la réserve nationale. Cas du PNKB et de la RNT

( Télécharger le fichier original )
par Muzalami Kakule Dalmon
Université de Kasuo -  2007
  

précédent sommaire suivant

5.6. L'ATTITUDE DE LA POPULATION LOCALE FACE A LA LUTTE ANTI-BRACONNAGE

En interprétant le tableau N°06, nous avons constaté que 85,06% de la population riveraine est contre le braconnage dans les APS. Cependant 14,94% n'ont pas été d'accord pour la lutte anti-braconnage.

Selon MUMBU, P, (2007) lors de la création de nos parcs nationaux, la population a été chassée du territoire qu'elle occupait depuis plusieurs génération En outres lors de l'extension du PNKB en 1975, la population n'a été ni dédommagée, ce qui engendré un sentiment de révolte de la part de la population.

En outre des structures pilotes de gestions et de communication participative ont été crées dans certains villages, à titre expérimental. Ces structures jouent le rôle de cadre de concertation, d'espace de dialogue et d'instance de prise de décision. Ce sont à quelque sorte des « parlements villageois » qui sont chargés d'examiner les options possibles, d'où discuter et d'élaborer un plan de développement pour chacun de cas villages établis en bordure des APS. Les membres de ces structures de gestion participative proviennent de divers horizons, institutions publiques, institutions religieuses, chefs coutumier, leaders des initiatives locales de développement et d'autres groupes tel que les gardes forestiers et les associations des femmes.

Chaque structure compte un comité de pilotage, une commission de suivie et une commission de dénonciation des braconniers. Depuis la formation de ces structures participatives, le type d'initiatives mises de l'avant a changé sensiblement et a donné lieu à l'intensification de l'appui aux initiatives productrices de revenus répondants ainsi aux besoins exprimés par les populations locales.

CONCLUSION ET RECOMMANDANTIONS

1. CONCLUSION

La protection de la nature est une nécessité, car sa destruction a des effets néfastes sur la vie de l'homme qui fait partie intégrante de celle-ci et dont il tire profit. Les différentes stratégies qui luttent contre la destruction des ressources naturelles et l'hostilité latente face à la conservation sont la manifestation que les plans de gestion des besoins de communautés locales. Pour éviter les situations conflictuelles, l'aménagement et la gestion des aires protégées doivent être participatifs, fondées sur les besoins exprimés par les communautés locales qui devront êtres associés à la conception et à la création des aires protégées.

Toutefois, la stratégie de la gestion communautaire d'où la création de comité de conservation communautaire devra être adoptée dans les aires protégées et en particulier favorisée une viabilité financière dans la création des emploies.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !