WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La valorisation des parcs nationaux

( Télécharger le fichier original )
par Stéphane ANGO
Ecole Nationale d'Administration - Conseiller des Affaires Etrangères 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Deuxième partie :

Les enjeux de la valorisation et la réorientation

possible des politiques de coopération

gabonaises suite à la création des parcs

nationaux

Chapitre III : Les enjeux de la valorisation des parcs nationaux du Gabon

La valorisation des parcs nationaux offre une perspective nouvelle de développement pour le Gabon. Cette nouvelle perspective de développement va dans le sens de la diversification de l'économie gabonaise, qui jusqu'alors était principalement dominée par l'exploitation brute de ses matières premières. Les lignes qui vont suivre vont nous permettre de dégager quels sont les enjeux de la gestion des parcs nationaux du point de vue de vue de leur promotion locale.

Section 1 : Les enjeux de la gestion des parcs nationaux

De la gestion des parcs nationaux découle deux principaux enjeux, les enjeux économiques et sociaux et les enjeux écologiques et scientifiques.

A- Les enjeux économiques et sociaux

Depuis son indépendance en 1960, l'économie gabonaise est surtout basée sur l'extraction de ses matières premières dont la première fut le bois. Au début des années 70, l'économie gabonaise est désormais dominée par l'exploitation du pétrole qui représente plus de 80% des revenus d'exportation, 60% des recettes budgétaires et environ 40% du PIB courant.

La dépendance de l'économie gabonaise à une ressource au prix si volatile soumet le Gabon, à vivre au rythme des fluctuations des cours du brut et en fonction des volumes des exportations, eux mêmes dépendants de la taille des gisements. Or, après avoir atteint un pic de 18 millions de tonnes, la production de brut n'a cessé de décroître pour se stabiliser aujourd'hui autour de 13 millions de tonnes. À la vue de cette situation, les plus hautes autorités du pays ont décidé de la diversification de l'économie qui met un accent particulier sur la valorisation des ressources naturelles renouvelables. Au regard de ce qui précède, il ressort que l'enjeu premier attendu de l'exploitation des parcs nationaux est la diversification et la restructuration du tissu économique gabonais, de manière à faire en sorte que l'économie gabonaise dépende de moins en moins du secteur pétrolier et faire émerger de nouveaux secteurs générateurs de revenus et permettre par la même occasion l'élargissement d'un marché de l'emploi qui devient de plus en plus étroit. « A l'instar de certains pays africains pour lesquels le tourisme en général, l'écotourisme en particulier, contribue pour beaucoup au PIB, le Gabon à travers son réseau de parcs, à l'opportunité de faire émerger une forêt filière éco touristique. Celle-ci serait, en même temps que les secteurs bois et pêche industrialisée et le secteur environnement à développer, une alternative au secteur pétrolier dont la contribution au budget national décroît au fil des années. L'objectif étant à moyen et à long terme de parvenir à : (i) une diversification de l'économie, (ii) une dynamisation du secteur privée, et une faible dépendance à l'égard du secteur pétrolier. » (CNPN, 2003, p.6)

S'il y a une activité non extractive qui pourrait valoriser les parcs nationaux c'est bien l'écotourisme. C'est un type de tourisme basé sur le respect de l'environnement.

Pour y arriver, le Gabon doit lever un certain nombre de contraintes. En effet, « les préalables pour parvenir à concrétiser le fort potentiel économique des parcs passent par (i) la mise en place de structures d'accueil et de moyens de communication adéquats, (ii) l'aménagement efficient des parcs, (iii) la formation des différents intervenants de la filière, (iv) la réforme de la politique d'entrée au Gabon, (v) la réforme de la fiscalité des secteurs du tourisme et des transports, (vi) la mise en place d'un environnement législatif libéralisé favorable à la venue d'entrepreneurs non gabonais et des opportunités de crédit favorables à l'émergence des privés gabonais avec un accent particulier sur la micro- finance.

L'enjeu social des parcs nationaux est indéfectiblement lié à l'enjeu économique qui vient d'être abordé.

L'enjeu social est composé de deux volets :

- la création d'emplois engendrée par l'administration des parcs ;

- l'amélioration des conditions de vie des populations rurales vivant à l'intérieur ou à proximité des parcs.

Le potentiel de création d'emplois du secteur de l'écotourisme est immense. En dehors des emplois classiques générés par l'hôtellerie et la restauration, l'écotourisme génèrera de nouveaux métiers dans la gestion des parcs tels que les éco-gardes, éco-guides et les conservateurs.

Le développement de l'écotourisme communautaire qui est une forme d`écotourisme qui implique les populations locales dans la gestion des activités écotouristiques des parcs permettrait de lutter contre la pauvreté en milieu rural.

La mise en oeuvre d'un projet d'écotourisme n'est cependant pas aisée, car il nécessite des investissements importants. Toutefois, les bénéfices auxquels on devrait s'attendre pourraient rapidement compenser les engagements initiaux. Le Gabon dispose à travers son réseau de parcs nationaux d'un fort potentiel économique comme le montre ce tableau de simulation de fréquentation du parc national de Loango.

Tableau n°1 : Simulation de fréquentation au parc national de Loango

Statut

Droit d'accès /
par jour
(xi)

Nbre de
touristes
/ jour pour le
tourisme de

Nbre de
touristes
/ jour pour la
pêche sportive

Nbre de
touristes
/ jour pour le
tourisme

(xi*
(qi1+qi2+qi3)

 
 

vision

(q2)

scientifique

 
 
 

(qi)

 

(q3)

 

Etrangers non
résid.

15 000 F.CFA

10

5

3

270 000 F.CFA

Etrangers

 
 
 

6

 

résidents

7 500 F.CFA

15

10

 

232 5000 F.CFA

Nationaux

 
 
 
 
 
 

2 500 F.CFA

20

15

9

110 000 F.CFA

Total

-

45

30

18

612 500 F.CFA

Ce tableau montre qu'il existe des opportunités de développement de l'écotourisme qui
pourraient être avantageuses aussi bien pour les opérateurs économiques privés que pour l'Etat,

en million de F.CFA 2006

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

Bénéfice tiré de l'écotourisme

52

60

78

90

140

140

160

191

255

306

Bénéfice différentiel tiré de la séquestration du carbone

1 465

2 867

4 207

5 485

6 700

7 853

8 944

9 972

10939

11842

Bénéfice tiré des ressources génétiques

79

16

0

0

0

0

0

0

0

0

Bénéfice de non-usage

680

680

680

680

680

680

680

680

680

680

TOTAL

2 275

3 622

4 965

6 255

7 520

8 673

9 784

10844

11873

12828

s'agissant du parc national de Loango.

Un autre exemple sur l'estimation économique des bénéfices auxquels on pourrait s'attendre pour le parc national de l'Ivindo nous donne les résultats suivants :

Tableau 2 : Evaluation des bénéfices associés au scénario avec PNI

Cette étude de Lescuyer montre que les bénéfices vont en s'accroissant au fil des années. De plus, le scénario sans parc national de l'Ivindo montre que les bénéfices auxquels on s'attendrait seraient très nettement inférieurs à ceux auxquels on s'attendrait avec un parc national.

Si la filière écotouristique venait effectivement à prendre son essor, elle pourrait être à l'origine de la valorisation du monde rural qui jusqu'à présent a souffert de l'absence d'activités économiques et de l'exode rural.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy