WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quel avenir pour le Buzz online ?

( Télécharger le fichier original )
par Renee Bani
ISCPA - Master Communication Institutionnelle 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.1.7. Vers un Web 3.0?

L'expression de Web 3.0 est un buzzword (mot à la mode qui désigne à la fois tout et n'importe quoi). Cette expression définit le Web à venir, mais les spécialistes débattent sur le sens exact de ce terme. Il n'est donc pas évident de comprendre les caractéristiques du Web 3.0, mais deux aspects se dégagent des nombreuses publications sur le sujet.

La mobilité et les objets. Tim O'Reilly, l'inventeur du concept de Web 2.0, pense que le Web 3.0 sera celui des objets. Si de nombreuses personnes s'accordent sur l'aspect mobile du futur du Web, il sera caractérisé par la multiplication des objets permettant d'aller sur Internet. On envisage aujourd'hui d'aller sur Internet grâce à un mobile, un GPS, et il est probable que ce type d'objets se multiplie. Il s'agirait d'objets existants aujourd'hui, et qui développeront les capacités d'aller sur le Net (un lecteur MP3 par exemple). Cela peut également se matérialiser par le développement des applications sur téléphone mobile, de type recettes de cuisine, GPS, vidéos, programme TV, le tout relié à Internet.

Centré sur les besoins de l'internaute. On envisage l'avenir du Web comme centré sur l'internaute. Tout serait envisagé pour que l'internaute navigue de

façon plus simple. Avec le Web sémantique par exemple, où les informations sur Internet seraient traitées de façon intelligente par les ordinateurs, afin d'apporter à l'internaute ce qu'il cherche vraiment. Cet aspect répond à la multiplication continue des sources d'informations sur Internet. Mais c'est également, les plateformes et les identifiants uniques, comme nous l'avons évoqué précédemment. Car avec la multiplication de sites auxquels l'internaute est inscrit, il est de plus en plus difficile de gérer et suivre toutes ses actualités. Les identifiants uniques répondent donc à ce besoin (Facebook Connect, Yahoo IDÉ). Mais on peut se demander si ces identifiants uniques n'entraîneront pas une bataille entre géants du Net. En effet des sites comme Yahoo et Google ont tout intérêt à avoir le monopole de ces identifiants uniques. Pour une marque qui communique, choisir son identifiant unique pour un site doit se réfléchir en termes de fréquentations (nombre d'abonnés) et en termes de retombées (sociales ou pas). Pour l'instant la meilleure solution reste de proposer différents identifiants et de laisser à l'internaute le loisir de choisir celui qu'il préfère.

4.1.8. La publicité qui me correspond

Ce n'est pas nouveau. La publicité sur Internet est de plus en plus ciblée en fonction des sites que l'on visite, des mails que l'on reçoit, ou de son identité. La publicité comportementale va se développer massivement dans les années à venir. Parce qu'on sait que sur le Net, on ne s'adresse pas à la masse mais à l'internaute, la publicité comportementale semble toute trouvée face à cette problématique.

De nouveaux outils pour les marketeurs vont certainement se développer. Ils permettront de dresser un portrait précis des internautes et de leurs relations: qui sont les amis avec qui je communique le plus (Google identifie déjà les personnes que l'on contacte le plus sur Gmail), qui sont les internautes les plus réceptifs aux sollicitations commerciales (sur les réseaux sociaux par exemple), qui sont les internautes qui ont le même profil, et bien sur qui sont les influenceurs. L'identification de ces profils d'internautes permettra d'appréhender différemment les stratégies de communications.

Il faut néanmoins noter que ces stratégies ciblées risquent d'être ralenties par les lois qui se font plus intransigeantes. La Commission Européenne a en effet décidé d'intensifier la surveillance de ces publicités ciblées, qui comme nous l'avons vu implique le consentement de l'internaute. Certains sites, notamment Google ne demandent pas l'autorisation des internautes, mais fonctionnent sur un système d'option de refus. Ce système est dénoncé par la Commission Européenne. On peut donc s'attendre dans les années à venir à une augmentation des publicités ciblées, toujours plus pertinentes et plus en adéquation avec mon profil, mais avec un durcissement des contrôles de l'application de la loi sur l'autorisation préalable de l'internaute. Les sites qui remportent un grand succès, comme Google ou Facebook n'auront a priori pas

de difficulté à obtenir l'accord des utilisateurs (surtout si l'accès au service est lié à l'acceptation de la publicité ciblée).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net