WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des services d'intérêt collectif dans les sous préfectures de Glazoué et Ouessè au Bénin


par Dossou Edouard AKPINFA
Université Nationale du Bénin - Maîtrise Professionnelle en Développement Local 2001
  

précédent sommaire suivant

Chapitre IV : LES PERSPECTIVES POUR OFFRIR UN SERVICE DURABLE ET DE QUALITE AUX POPULATIONS DE GLAZOUE ET OUESSE

L'analyse des différentes expériences de gestion des services menées dans les sous-préfectures de Glazoué et Ouessè, permet d'identifier, en fonction des différentes phases du projet, quelques étapes sur lesquelles il faudrait statuer si on veut s'assurer de la pérennité du service à offrir

En terme de méthodologie, les propositions doivent d'abord émaner des futurs usagers. Elles doivent par la suite être confrontées avec les contraintes financières, techniques et humaines et, validées en fin d'étude par tous les acteurs de la gestion du service.

I- ETUDE DE FAISABILITE

Il ne faudrait pas percevoir l'étude de faisabilité des services d'intérêt collectif comme un moyen de justifier une réalisation. L'étude de faisabilité est un réel outil de réflexion sur l'opportunité ou non de mener une action et sa faisabilité réelle. A cette étape décisive du projet, il est nécessaire de:

1- Définir très précisément les critères de satisfaction du service apporté par l'ouvrage.

Il s'agit de déterminer avec les acteurs, l'objectif attendu du service et les éléments pouvant permettre de dire si cet objectif est atteint ou non.

2- Identifier la localisation de l'ouvrage et ses caractéristiques techniques

La localisation de l'ouvrage constitue un élément très important pour l'appropriation du service.

La proposition de localisation doit prendre en compte des :

- facteurs techniques (nature des sols...)

- facteurs commerciaux

- facteurs juridiques (propriété foncière...)

Les caractéristiques techniques doivent prendre en considération :

- la qualité des conditions de travail du producteur du service

- le rapport coût du service/revenus générés par les usagers (appâtams modernes ou hangars)

- le nombre de personnes que l'on veut satisfaire (les dimensions de l'ouvrage)

3- Définir clairement les caractéristiques du service que l'on veut apporter.

Il est nécessaire que le maître d'ouvrage définisse dès le début, les caractéristiques du service à apporté ( les horaires, les tarifs, le contenu du service...). Ceci devrait être la base du cahier des charges que le maître d'ouvrage impose aux prestataires des services (gérant, fermier...).

4- Définir les tarifs

Le tarif doit tenir compte de la capacité contributive des futurs usagers et éventuellement des prix pratiqués par des acteurs privés.

A ce stade, il faudrait vérifier si:

- le tarif est réaliste par rapport à la qualité du service que l'on se propose d'apporter.(moins le niveau de service est satisfaisant, moins les tarifs seront élevés)

- le tarif reflète les objectifs des acteurs.

La réflexion sur le montant des tarifs doit être couplée avec une recherche sur les différents modes de paiement possibles. Il faut identifier les contraintes locales liées à chaque mode de paiement.

5- S'assurer d'un partenariat avec les services déconcentrés de l'Etat.

L'étude de faisabilité doit permettre au maître d'ouvrage de s'assurer de l'engagement d'un service technique de l'Etat en ce qui concerne le suivi de la qualité du service. Ce critère d'un engagement de principe est déterminant pour décider si l'ouvrage doit être réalisé ou non, c'est-à-dire si le service peut être offert dans des conditions optimales.

6- Identifier les objectifs de chacun

Il arrive des moments où les acteurs impliqués dans la gestion du service ont des objectifs parallèles ou contradictoires. C'est pourquoi il est nécessaire dès le départ de passer du temps en animation à identifier les objectifs de chacun des acteurs , et faire la médiation. Si la médiation n'est pas possible, l'étude de faisabilité doit conclure à l'abandon du projet au lieu d'insister en essayant d'accommoder tout le monde.

7- Donner le choix entre différents modes de gestion

On doit pouvoir proposer au moins deux schémas de gestion du service en indiquant les contraintes liées à chacun. C'est alors en toute connaissance de cause sur les implications à long terme, et en fonction de leurs objectifs, que les acteurs de la gestion pourront prendre leur décision.

8- Mener une réflexion sur le métier à créer

La pérennité du service offert dépend en grande partie de la pérennité du poste de celui qui a à charge d'offrir le service. Il est nécessaire de réfléchir spécifiquement sur le métier ou le poste que l'on crée en terme de contenu (tâches) et de rémunération.

précédent sommaire suivant