WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des risques de change

( Télécharger le fichier original )
par Madihou NIAKASSO
Institut Privé de Gestion de Dakar - Master 2007
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

CHAPITRE II : LES FACTEURS QUI ENTRAINENT LE RISQUE DE CHANGE

Le risque de change peut résulter des transactions commerciales ou financières effectuées par l'entreprise au plan international. Il peut également, dépendre du développement international de l'entreprise et des investissements qu'elle a réalisés à l'étranger. Il existe un risque économique plus général qui peut porter atteinte à la rentabilité et à la bonne santé de l'entreprise.

On peut ainsi distinguer plusieurs catégories de risques de change à savoir :

v les risques résultant des opérations commerciales ;

v les risques résultant des activités financières ;

v les risques liés aux investissements à l'étranger ;

v les risques économiques appelés parfois risques de compétitivité ou risques induits.

Les risques concernant les opérations commerciales et certaines opérations financières sont parfois appelés risques de transaction.

Section 1 : Les risques de change liés aux opérations commerciales 

Toute entreprise qui réalise des transactions commerciales libellées en devise est soumise à un risque de change : le règlement financier de cette transaction peut se réaliser à un cours différent de celui qui a été retenu au moment de l'engagement de la transaction.

Le risque de change est dû au décalage de temps qui peut exister entre le règlement de la transaction et de l'engagement de cette transaction.

Toute entreprise exportatrice de biens ou services, payés en devise à une certaine échéance, est exposée à une baisse éventuelle de la devise de facturation, à l'inverse, l'importateur est confronté à un risque de change lorsque la devise de facturation croît entre la période de la commande à celle du règlement du prix d'importation en devise.

Section 2 : Les risques liés aux opérations financières 

Toute entreprise qui prête ou emprunte en devises étrangères, à court, moyen ou long terme, s'expose à un risque de change.

Une entreprise, en empruntant, craint une appréciation de la devise dans laquelle est libellé son emprunt, car elle pourrait être amenée à payer un montant plus élevé que celui qu'elle a contracté.

Egalement, une entreprise qui prête prend le risque de voir se déprécier la devise dans laquelle elle a libellé son prêt, ce qui aura pour effet de diminuer le capital qui lui sera remboursé.

Section 3 : Les risques de change liés aux investissements transfrontaliers 

Le développement international d'une entreprise et les investissements réalisés à l'étranger peuvent engendrer plusieurs types de risques. Ces risques de change peuvent porter soit sur les flux financiers provenant des filiales par exemple, le paiement des devises ou des redevances, soit porter sur la valeur des actifs possédés à l'étranger et la conversion de la valeur de ces actifs en monnaie nationale dans les comptes consolidés.

Notons enfin, qu'il peut exister un risque de change conditionnel résultant, par exemple, des cautions souscrites en faveur des filiales à l'étranger.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour