WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des risques de change

( Télécharger le fichier original )
par Madihou NIAKASSO
Institut Privé de Gestion de Dakar - Master 2007
  

précédent sommaire suivant

1.2. La position de change

La position de change de l'entreprise est un inventaire de toutes les opérations comptables en devises avec l'étranger. Elle est liée aux avoirs et dettes de l'entreprise exprimés en devises.

Elle recouvre les créances sur clients, les dépôts en devises, les achats ou ventes à terme, les dettes fournisseurs.

Calculée plus ou moins régulièrement selon la fréquence des opérations commerciales et financières de l'entreprise, elle peut se présenter sous la forme suivante (en supposant que les avoirs et engagements arrivent à échéance au même moment) :

Tableau : Position de change

Libellés des opérations

Montant (en 1 000 USD)

Cours USD/EUR lors de l'opération

Valorisation

AVOIRS
 
 
 

Créances détenues sur des tiers

150

0,8652

129,78

Dépôts ou prêts en devises

50

0,9710

48,55

Achats à terme

70

0,9210

64,47

(a) Total avoirs valorisés au cours moyen (1)

270

0,8992

242,80

ENGAGEMENTS
 
 
 

Dettes clients

5

0,8715

4,36

Emprunts en devises

40

0,8856

35,42

Vente à terme

135

0,8652

116,80

(b) Total engagements valorisés au cours moyen (1)

180

0,8699

156,58

(a) - (b) Position nette

90

1,0174

86,22

Source : Exporter (COFACE)

(1) Cours moyen = moyenne des cours pondérés

La position de change ainsi déterminée est dite :

· nulle ou fermée si les engagements sont égaux aux avoirs ;

· ouverte dès qu'il y a une différence. La position est appelée « longue » s'il y a un excédent de créances en devises (ce qui est le cas dans l'exemple) et « courte » si l'excédent correspond à des dettes.

Ø Une entreprise en position courte par rapport à une devise, redoute la hausse de cette devise, car, en cas de hausse, elle devrait rembourser ses dettes à un cours supérieur à celui auquel elle a emprunté.

Ø Une entreprise en position longue craint une baisse de cours de cette devise car se créances lui seront remboursées à un cours inférieur à celui auquel elle a prêté.

Une entreprise uniquement exportatrice disposera toujours d'une position de change dite longue, recouvrant principalement des créances sur clients. Une entreprise uniquement importatrice, quant à elle, aura une position de change dite courte, matérialisée quasi-exclusivement par des dettes fournisseurs.

La position de change détermine réellement le risque encouru par l'entreprise. C'est sur position que l'entreprise court un risque de perte suite à une variation défavorable des cours de change.

Les cours à prendre en compte pour valoriser les opérations déterminant la position de change peuvent être les suivants :

· le cours du jour de l'entrée en risque de change (ordre, commande, facture par exemple) ;

· le cours à terme ;

· le cours de prêt ou de l'emprunt en devise.

La position de change doit répondre à trois (3) critères :

- elle doit être fiable : toutes les modifications y sont intégrées dans les plus brefs délais ;

- elle doit être claire : facile à lire et à mettre à jour ;

- elle doit être actualisée : il doit s'agir d'un calcul quotidien.

En effet, la position de change d'une entreprise peut être définie comme un document qui recense, par échéance et par devises, le montant des devises à recevoir et à livrer des différents engagements de l'entreprise.

Ces différents engagements peuvent être inscrits au bilan ou hors bilan.

La monnaie de référence est, en principe, celle du pays dans lequel est implantée l'entreprise. S'il s'agit d'une filiale d'un groupe multinational, on peut retenir la monnaie de la société mère.

Gérer en position de change consiste à globaliser les différents mouvements relatifs à une devise pour ne retenir que le solde. C'est ainsi que l'on peut dire que « par position de change, on entend les soldes en chaque devise à payer ou à recevoir pour lesquels il n'existe pas de couverture de change et qui par conséquent, restent exposés au risque de change ».

L'objectif de la position de change es d'apprécier en permanence l'exposition au risque de change de l'entreprise ou du groupe. Elle doit donner une valorisation de ce que résulte aussi bien de la variation du cours de change que des écarts d'échéances des éléments qui la compose.

La position de change est construite en deux (2) étapes :

v on collecte d'abord l'information auprès des différents services ;

v la synthèse de l'information permet de calculer les soldes exposés devise par devise.

Les éléments à retenir dépendent de l'activité et de l'organisation de l'entreprise.

A chaque type d'entreprise peut correspondre un modèle spécifique de position de change.

Sans prétendre donner une liste exhaustive, on peut identifier, à titre d'exemple, les éléments suivants :

q les différents soldes des comptes bancaires en devises ;

q les achats et les ventes en devises déjà comptabilisés qui seront inscrits à leur date de règlement prévu ;

q les commandes passées ou reçues, et les divers engagements, non encore comptabilisés ;

q les différentes opérations de trésorerie en devises : achats et cessions de devises, emprunt et prêts en devises ;

q les opérations financières réalisées avec les filiales à l'étranger, prêts et emprunts, versement de capital ou rapatriement de dividendes.

Nous noterons que ces différents éléments proviennent de sources d'informations dispersées dans l'entreprise. La construction de la position de change nécessite une bonne circulation des informations et de nombreuses communications entre les différents services de l'entreprise.

La position de change est un instrument de gestion du risque de change. Le trésorier doit retenir et classer les éléments en fonction de l'activité et de l'organisation des entreprises. Pour un groupe, par exemple, il peut être important de distinguer les éléments groupe et hors groupe.

La position de change globale peut s'analyser en deux sous ensembles : la position « opérationnelle » et la position « structurelle » :

v la position de change « opérationnelle », ou « position de change de transaction », regroupe l'ensemble des opérations commerciales ou financières qui doivent donner lieu dans un avenir proche et prévisible à un flux de devises contre francs.

Les écarts de conversion correspondant à des gains et à des pertes latents de change, sont, de façon générale, pris en charges ou en produits dans le résultat de l'exercice ;

v La position de change « structurelle » regroupe l'ensemble des éléments constituant des investissements à plus ou moins long terme tels que les investissements immobiliers, et qui, normalement, ne doivent pas donner lieu dans un futur proche et prévisible à un flux de devises.

Les écarts de conversion constatés sur les éléments structurels sont différés et ne sont pas pris en compte sur le résultat de l'exercice.

La position de change au comptant regroupe l'ensemble des opérations d'achats et de ventes au comptant de devises.

La position de change à terme regroupe, d'une part, l'ensemble des opérations d'achat et de vente à terme de devises et, d'autre part, les prêts et créances, les emprunts et dettes, les commandes à livrer et à recevoir existant à la date d'établissement de la position.

Cette distinction est fréquemment utilisée pour établir les positions de change des établissements bancaires ou des entreprises ayant une importante activité financière.

Une fois la position nette au cours du jour évaluée, il est souhaitable d'estimer l'évolution des taux de change. Cette estimation, en effet, sert de base aux décisions qui seront prises en matière de gestion du risque.

précédent sommaire suivant











Moins de 5 interactions sociales par jour