WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Conception et simulation d'un brouilleur GSM

( Télécharger le fichier original )
par Merleau King TCHEUMTCHOUA KAMDEM
Ecole nationale supérieure polytechnique, Yaoundé - Master rercherche en systèmes de télécommunications numériques 2010
  

précédent sommaire suivant

Les canaux non dédiés

Un canal logique non dédié est simplex et partagé par un ensemble de mobiles. Dans le sens descendant, cela signifie que les données sont diffusées et tous les mobiles de la cellule sont à l'écoute du canal, si, bien sûr, la cellule est suffisamment chargée. Ces données peuvent concerner le système dans son ensemble ou des mobiles qui doivent être réveillés (appel entrant) et qui ne disposent pas encore de canaux dédiés. Dans le sens montant, la fonction remplie par un canal non dédié est la fonction d'accès multiple.

On distingue deux classes de canaux non dédiés :

§ Les canaux de contrôle diffusés BCCH, Broadcast Control Channel ;

§ Les canaux de contrôle commun CCCH, Common Control Channel.

· Les canaux de contrôles diffusés BCCH (Broadcast Control Channel)

Figure 22 : Les canaux de contrôle diffusés BCCH [8]

Les canaux logiques en diffusion permettent à chaque mobile de s'accrocher au système local en acquérant les paramètres analogiques et logiques nécessaires. Il s'agit des canaux suivants :

o Le canal FCCH, Frequency Control Channel, pour le calage en fréquence ; 

o Le canal SCH, Synchronisation Channel, pour la synchronisation en temps ;

o Le canal BCCH, Broadcast Control Channel, pour la diffusion des informations locales du système.

Le canal CBCH, Cell Broadcast Channel, pour la diffusion des informations spécifiques (informations routières, météo, etc.).

· Les canaux de contrôles communs CCH (Common Control Channel)

Figure 23: Les canaux de contrôle communs [8]

Ils sont impliqués dans toutes les procédures d'accès du mobile au réseau. On distingue :

· Le canal d'accès aléatoire RACH, Random Access Channel, mobile, vers réseau) est utilisé par le mobile en mode ALOHA pour accéder au réseau lorsqu'il veut s'enregistrer dans une cellule ou passer un appel. Le protocole d'accès dit ALOHA consiste à émettre un appel sur le canal d'accès sans précaution particulière. Si un autre mobile utilise le même canal au même moment, il y a risque de collision et de perte des messages émis. Au bout d'un temps aléatoire, il y a alors réémission, en principe de manière non simultanée, donc sans collision. Ce type de protocole est peu performant en cas de forte charge. C'est un point faible du GSM. toutefois ce canal nous permettra de nous renseigné sur le service sollicité par un mobile.

· le canal d'allocation de ressources AGCH, Access Grant Channel, réseau vers mobile est utilisé pour allouer des ressources dédiées (canal de signalisation SDCCH ou canal de trafic TCH) au mobile qui les a demandées via un canal d'accès aléatoire RACH ;

· Le canal de messagerie PCH, Paging Channel, réseau vers mobile] est utilisé pour rechercher et avertir un mobile lors d'un appel en provenance du réseau. Il est à noter qu'un mobile n'a jamais l'usage d'un AGCH et d'un PCH en même temps.

· Le canal BCCH

Le canal BCCH, Broadcast Control Channel, permet la diffusion des données caractéristiques de la cellule. C'est par ce canal que le mobile peut identifier la cellule sur laquelle il se trouve. Il comprend les informations système diffusées au mobile. Ces informations sont diffusées plus ou moins fréquemment suivant la rapidité d'acquisition par le mobile.

Le BCCH contient des informations déterminant les règles d'accès à la cellule :

· Les paramètres de sélection de la cellule permettent à un mobile de déterminer s'il peut se mettre en veille sur la cellule après une mise sous tension ou après y être entré ;

· Le numéro de zone de localisation permettant au mobile de savoir si une inscription est nécessaire (deux diffusions par seconde).

Chaque cellule diffuse également son identité complète CI, Cell Identity, au sein de la zone de localisation.

En bref, l'interface radio d'un réseau GSM constitue la porte d'accès aux services fournis par l'opérateur. L'établissement d'une requête d'un mobile vers le réseau se fait sur le lien montant, utilisant la bande fréquentielle basse attribuée par la norme à cet effet. Après traitement de la demande, le système répond au mobile sur un canal physique de la fréquence descendante équivalente (duplexage). L'ensemble des messages échangés entre le mobile et le réseau se fait au moyen de canaux logiques multiplexés dans le temps et le mobile en particulier occupe son spectre fréquentiel lorsqu'il est en veille sur le canal RACH.

Une fois que le mobile est en mode veille, il peut initier ou recevoir une communication, en suivant la procédure d'allocation des ressources radio (voir annexe 1). Cette dernière aboutit à l'octroi d'un canal physique (TS) qui, ordinairement, correspond à une fréquence et un espace temporel fixes. Or, à mesure que le réseau s'agrandit, la planification des fréquences opérationnelles sur les cellules devient d'autant plus ardue que le réseau en lui même est victime d'importantes interférences. L'implémentation du saut de fréquence pour les opérateurs de téléphonie, constitue une échappatoire certaine à ces désagréments.

précédent sommaire suivant















9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy