WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le developpement local face a la politique de decentralisation

( Télécharger le fichier original )
par Yelba Patrice ILBOUDO
Ecole doctorale en dynamique des espaces et sociétés / Université de Ouagadougou - Master II R 2009
  

précédent sommaire suivant

Introduction

Partout dans le monde, des sociétés en crises ! Ici, on parle de dévaluation de monnaie, de programme d'ajustement structurel, de croissance rapide et de surpopulation ; ailleurs de chômage et d'exclusion. De chaque côté, les vieux modèles de développement libéraux, dirigistes ou d'assistance même s'ils gardent leurs défenseurs, ont montré leurs limites et leurs conséquences «funestes«.

Pourtant, depuis une dizaine d'années, de nouveaux discours et de nouvelles pratiques sociales basés sur des expériences concrètes de proximité commencent à être entendus, encouragés et même prônés par les organismes de décision nationaux ou internationaux : aménagement du territoire, responsabilisation de la société civile, décentralisation, lutte contre la pauvreté et l'exclusion, citoyenneté, etc. (Lisch. B Patrick. Neant P, 1995, p8).

Ces idées au coeur du débat actuel sur le rôle de l'Etat sont fondées en Afrique sur des initiatives multiples et diverses dont beaucoup s'intègrent dans l'expérience du développement local.

Pamphile.S (2000), définit le développement local comme étant « un processus consistant à mobiliser les énergies de tous les acteurs locaux en vue de la promotion économique, sociale et culturelle d'un territoire ». Autrement dit, c'est un processus qui vise la participation des acteurs avec pour finalité, l'amélioration des conditions de vie des habitants d'une zone déterminée.

Cependant, il faut noter que le terme de développement local est une notion quelque peu confuse. Même s'il est considéré par bon nombre de scientifiques comme ayant une liaison étroite avec la décentralisation, d'autres néanmoins le dresse contre celle-ci.

Le terme décentralisation est souvent utilisé de manière générique pour désigner une série de processus qui, selon les lieux présentent des traits relativement différents (déconcentration, territorialisation, dévolution, communalisation, décentralisation, municipalisation, etc.). Il est par ailleurs admis que « les processus de décentralisation sont très différents d'un pays à l'autre ; non seulement parce qu'ils s'inscrivent dans des histoires différentes, mais également parce qu'ils édictent des dispositions formelles variées ». Autrement dit, il n'existe pas de modèle de décentralisation qui pourrait être appliqué partout par simple

transposition. Les pays qui s'engagent dans la décentralisation ont une histoire, une culture, des institutions et des pratiques qui leur sont propres. Les réformes qu'ils conduisent ne pourront être appliquées jusqu'au bout que si elles sont susceptibles d'une appropriation par leur population ; c'est-à-dire si elles s'intègrent harmonieusement par leurs modalités concrètes dans le contexte politique et culturel, local et national. Mais que veut dire décentralisation ?

Selon toujours Pamphile.S (2000), La décentralisation est un mode d'organisation institutionnelle qui consiste à faire gérer par des organes délibérants élus les affaires propres d'une collectivité territoriale ou locale par le principe de la personnalité morale ; c'est-à-dire la reconnaissance d'une personnalité juridique propre et des pouvoirs de décisions. Le processus de décentralisation concerne ainsi les aspects administratifs, financiers et politiques.

Notre étude a l'avantage d'appréhender de façon générale la décentralisation et le développement local, d'identifier les rôles et les responsabilités des différents acteurs locaux et de l'Etat dans le processus de décentralisation, d'apprécier les connaissances des populations sur les enjeux et les stratégies de la décentralisation ainsi que leur participation dans les projets et programmes de développement.

Le choix du thème se fonde à la fois sur l'approche PNGT II phase 2 en tant qu'organisme d'appui au processus de décentralisation et la contradiction que les gens font souvent entre développement local et décentralisation. La réalisation de ce travail de recherche se base sur notre volonté à analyser le phénomène de la décentralisation et du développement local à travers une revue de littérature approfondie. Une telle volonté nous semble assez pertinente pour apporter notre contribution à la réflexion sur la problématique du développement local et le processus de décentralisation en cours dans bon nombre de pays africains.

Le présent mémoire comporte deux parties ; chacune constituée de deux chapitres.

Une première partie «cadre théorique et méthodologique « comprend d'abord un premier chapitre qui donne la problématique, les objectifs et les hypothèses de l'étude, et ensuite un second chapitre qui présente la définition des concepts ainsi que la démarche de recherche.

La deuxième partie concerne la présentation et la discussion des résultats dont un troisième chapitre qui présente les enjeux et les stratégies de la

décentralisation et du développement local ainsi que les perceptions de la population vis à vis de ces stratégies et enjeux, et enfin un quatrième chapitre consacré aux compétences et responsabilités des acteurs locaux, et la participation de la population locale dans les différents projets et programmes de développement.

précédent sommaire suivant











Moins de 5 interactions sociales par jour